Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : paris-nice

  • Christian Laborde et son ouvrage ”Tour de France, nostalgie”

    Pau: Christian Laborde, prix Louis-Nucéra

    L'écrivain palois a reçu hier  à Paris le prix 2012 du meilleur livre d'auteur voué au vélo pour "Tour de France, nostalgie"

    Christian Laborde et son ouvrage

     ,ici à Pau en octobre 2012. (David Le Deodic)

     

    Le dernier opus"cycliste" de Christian Laborde  "Tour de France, nostalgie"(éditions Hors-Collection), a reçu hier à Paris le prix Louis-Nucéra, qui distingue chaque année le meilleur livre d'auteur voué au vélo.
    L'écrivain palois recevra son prix lors du prochain Paris-Nice, la "Course au soleil" qui ouvre la saison cycliste.
    Le jury du prix Louis-Nucera est notamment constitué de Bernard Thévenet, Henri Anglade, Michel Drucker et de l'écrivain Irène Frain.

    http://www.sudouest.fr/2013/02/06/pau-christian-laborde-prix-louis-nucera-958643-4344.php#xtor=RSS-10521769

  • « Poupou » raconte ses 50 Tours de France

    A 76 ans, Raymond Poulidor raconte pour la première fois les 50 Tours de France qu’il a suivis dans un livre qui sortira fin septembre aux éditions Jacob-Duvernet

    • Par Annaick Demars
    • Publié le 17/09/2012 | 10:26
    Raymond Poulidor lors du passage du Paris-Nice en Limousin en mars 2012
    Raymond Poulidor lors du passage du Paris-Nice en Limousin en mars 2012
    C’est une première pour celui qu’on surnomme encore « l’éternel second ». À 76 ans, « Poupou » va raconter les 50 tours de France qu’il a suivis. Quatorze en tant que coureur – l’une des carrières les plus longues-, et trente-six en tant que commentateur dans la caravane du Tour de France, soit près d’un demi-siècle d’épreuves ! Intitulé «Mes 50 Tours de France », il sortira aux éditions Jacob-Duvernet le 27 septembre

    Alors que le Tour de France fêtera ses 100 ans en 2013, Raymond Poulidor revient avec la verve qui le caractérise et de nombreuses anecdotes inédites sur les épreuves de 1962 à 2012, avec la collaboration de Serge Laget, éminence grise du journal L’Équipe et Jean-Paul Vespini, journaliste de sport, lauréat du prix Pierre Chany.

    UN CYCLISTE TRES PROLIXE

    Ce nouvel ouvrage fait suite à son autobiographie, « Poulidor par Raymond Poulidor », sortie avec la collaboration de Jean-Paul Brouchon en 2004 ainsi que le livre « Poulidor Intime », un complément à ses mémoires en 2007 et « Le Poulidor », album illustré.
     
  • Le Poulidor

    Le Poulidor

    Raymond Poulidor met un terme à sa carrière en 1977. Il a 41 ans. Pendant 18 ans, les aventures de celui qu'on a surnommé Poupou ont rythmé la vie des Français : plusieurs fois "l'éternel second" fut à deux doigts de remporter la grande boucle mais la maladresse, la malchance l'empêchèrent de gagner. Jamais il ne décrocha le maillot jaune ! Pourtant en 1978, un sondage le désignait, avec 48 % des suffrages, comme le champion le plus populaire de tous les temps aux yeux des Français. Dans ce livre illustré, Raymond Poulidor nous fait revivre les grands moments de sa carrière grâce à son fidèle ami Jean-Paul Brouchon, le journaliste de sport bien connu, qui a sélectionné un florilège d'articles sur les plus beaux faits d'arme du champion. Championnat de France 1961, Milan-San Remo, Tour d'Espagne 1964, Tour de France 1964 - le duel de légende avec Jacques Anquetil, Tour de France 1968 - la chute à Albi -, Critérium du Dauphiné 1,969, Paris-Nice 1972, Tour de France 1974 - le triomphe au Pla-d'Adet - A chaque fait marquant correspond un papier d'anthologie écrit par un grand nom de la presse sportive tels Antoine Blondin, Jacques Goddet, Pierre Chany ou Félix Lévitan. A la lumière de ces articles, Raymond Poulidor se plonge dans ses souvenirs et nous raconte les plus belles pages du cyclisme des années 60 et 70. Pour la première fois, ses anciens équipiers, ses amis proches, sa famille évoquent le champion en coulisses. L'homme simple qu'il a toujours été, l'homme célèbre qui n'a jamais refusé un autographe mais aussi l'homme mystérieux qui ne se livre pas facilement. Enfin cet album collector est l'occasion pour Raymond Poulidor d'ouvrir son armoire à souvenirs. Correspondance, maillots, vélos, photos, produits dérivés, des documents inédits qui constituent la mémoire glorieuse de Raymond Poulidor mais aussi la mémoire vivante des Français !

    http://www.decitre.fr/livres/le-poulidor-9782847242461.html

  • Le prix de Lire à St-Etienne « Les soleils de Nucera » revient à Jean-Paul Versini

    Le prix de Lire à St-Etienne « Les soleils de Nucera » revient à Jean-Paul Versini

    Littérature. Ce journaliste raconte dans un magnifique ouvrage l’histoire d’un coureur cycliste italien Gino Bartali.

    Roland Romeyer et Dominique Rocheteau entourent Jacques Plaine et Jean-Paul Versini qui tient le Babet d’or, emblème du prix . Photo Marie-Louise Savoy Roland Romeyer et Dominique Rocheteau, entourent  Jacques Plaine et Jean-Paul Versini qui tient le Babet d'or, emblème du prix  Photo Marie-Louise Savoy

    Roland Romeyer et Dominique Rocheteau entourent Jacques Plaine et Jean-Paul Versini qui tient le Babet d’or, emblème du prix . Photo Marie-Louise Savoy Roland Romeyer et Dominique Rocheteau, entourent Jacques Plaine et Jean-Paul Versini qui tient le Babet d'or, emblème du prix  Photo Marie-Louise Savoy

    Jean-Paul Versini a reçu, jeudi sur le podium de l’arrivée de Paris-Nice à la Croix de Chaubouret au Bessat, le prix « Les soleils de Nucéra » 2015, pour son ouvrage « Gino le Juste, Bartali, une autre histoire de l’Italie » paru aux éditions Le Pas d’oiseau. Il lui a été remis par Jacques Plaine, président de Lire à Saint-Etienne, et le partenaire du prix, Roland Romeyer, président de l’ASSE.

    Ce prix littéraire, lancé en 2002 par l’association Lire à Saint-Etienne, rend hommage à Louis Nucera, écrivain, fidèle de la Fête du livre, tué sur son vélo le 9 août 2000. Décerné par un jury parisien, il récompense un roman sur le thème du vélo paru dans l’année.

    « J’ai bien connu Louis Nucera. Ce prix, représente une énorme satisfaction et un encouragement à continuer mon activité d’auteur », confie Jean-Paul Vespini, journaliste, pour qui l’écriture tient une grande place dans sa vie.

    Gino-le-pieux qui va devenir Gino-le-juste

    L’auteur, donne à lire un ouvrage où l’histoire de Gino Bartali, est intimement liée à la grande histoire de l’Italie et de l’Europe. Il entraîne le lecteur dans la roue de Gino-le-pieux qui va devenir Gino-le-juste, reconnu à titre posthume le 24 septembre 2013. Juste parmi les nations par le mémorial Yad Vashem. Né à Ponte à Emma près de Florence, ce toscan, est révélé campionissimo le 17 mars 1938 pour ses débuts professionnels lors du Milan-San Remo, dans cette Italie où monte le fascisme. Le sport devient prétexte à l’endoctrinement. Le Duce commande. En 1938, il le prive de Giro pour qu’il se consacre au Tour de France. « Gino-la-rage » prend le dessus, il devient un opposant, un rebelle silencieux. Il s’est imposé au Tour sans apporter un brin de gloire au régime qu’il hait.

    « Jean-Paul Vespini, Gino le Juste, Bartali, une autre histoire de l’Italie », aux éditions Le Pas d’oiseau. 18 €

    > Soyez le 1er informé, inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters, cliquez ici
    Publié le 14/03/2015 à 05:00 - Reproduction interdite  
     
  • Chagall de la poésie à la peinture

    Marc Chagall, Le cirque bleu, 1950-1952 _ Photo RMN-Grand Palais (musee Marc Chagall) Gerard Blot ® Marc Chagall ® Adagp, Paris 2016

     

     
     
        • Chagall

        • de la poésie à la peinture

            • « Une nouvelle vision sur l’œuvre de Marc Chagall,  un nouveau regard sur la poésie et la peinture.  Paris, Nice, Roubaix... jamais Chagall n’avait été offert  à la vue du grand public dans le Grand Ouest français.  C’est le rendez-vous que nous donnons cet été à Landerneau, grâce à l’engagement de Jean-Louis Prat, commissaire de l’exposition. Avec lui, invitation est faite  au FHEL, à redécouvrir cette œuvre emblématique. »


              Michel-Édouard Leclerc

               

              « Peindre. Un homme a passé sa vie à peindre. Et quand je dis sa vie entendez bien. Le reste est gesticulation. Peindre est sa vie. Que peint-il ? Des fruits, des fleurs, l’entrée d’un roi dans une ville ? Tout ce qui s’explique est autre chose que la vie. Que sa vie. Sa vie est peindre. Inexplicablement. » écrit le poète Louis Aragon. Lorsque Marc Chagall disparaît le 28 mars 1985, la reconnaissance de son œuvre est universelle. Peu de personnes cependant ont en mémoire les liens indéfectibles qu’il a toujours entretenus avec la poésie, en écrivant lui-même, gravant ou peignant au contact des écrivains et poètes de son temps. Sur les chemins de la poésie et dans ce « grand jeu de la couleur » dont a parlé son ami André Malraux, il aura forgé une œuvre atypique, intense et généreuse.


              L’exposition, présentée au Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture, réunit des œuvres majeures provenant de musées internationaux et de collections privées. Ces œuvres illustrent le thème de la Bible et les événements qui ont marqué la vie de Chagall : la révolution, la guerre, l’exil… ainsi que des textes essentiels du passé qui lui ont servi d’appui pour de grands livres illustrés : Jean de La Fontaine, Gogol... Des écrivains ou poètes dont Chagall fut l’ami proche, Blaise Cendrars, Guillaume Apollinaire, André Malraux, Louis Aragon,… disent également d’autres rencontres d’exception qu’il fit en son temps.
              Près de 300 œuvres sont réunies à Landerneau et illustrent  ce parcours hors norme de Marc Chagall qui a traversé le 20e siècle et laisse une œuvre présente sur tous les continents et qui nous livre à l’infini un message de liberté.

               

              Commissariat artistique Jean-Louis Prat

              En collaboration avec le Comité Marc Chagall et Meret Meyer

              http://www.fonds-culturel-leclerc.fr/En-cours-Chagall-642-11-0-0.html

  • Nous y étions:Saint-Étienne / Chamrousse

    Crêt de Roch © Multipoles

    Étape 13

     

    L'étape en vidéos

    vidéo18/07/2014 

    Analyse de l'étape

     
     
    12
     
     
    • Analyse de l'étape
    • Le pic noir
     

    Côté sport

     
    Légende
    • Tête de course
       
    • Caravane
       
    • Ville de départ
       
    • Ville d'arrivée
       
    • Ravitaillement
       
    • Points chrono
       
    • Sprint
       
    • Dernier kilomètre
       
    • Col hors catégorie
       
    • Points d'intérêts
       
    • Secteur pavé
       

    Côté tourisme

     

    Saint-Étienne

    Outre le Tour de France, la capitale du Forez est un lieu de passage encore plus régulier de Paris-Nice qui y a fait étape à 58 reprises. Généralement placée en première partie de la Course au soleil, Saint-Étienne a souvent vu des arrivées au sprint sur le cours Fauriel, notamment remportées par plusieurs vainqueurs du maillot vert du Tour, dont Rik Van Looy, Rudy Altig, Eddy Merckx, Franco Bitossi, Freddy Maertens, Sean Kelly ou Eddy Planckaert. Plus récemment, en 2008, Kjell Carlström y devenait le premier vainqueur d'étape finlandais, tandis que Sylvain Chavanel y endossait pour la première fois le maillot de leader.
    fr-fr.facebook.com/pages/Ville-de-Saint-%C3%89tienne
    www.twitter.com/saint_etienne_ 

    Sites internet

    Crêt de Roch © Multipoles
    Ville-étape pour la 25e fois
    Préfecture de la Loire (42)
    Population : 180 000 habitants (Stéphanois), 400 000 habitants pour les 45 communes de la Communauté d'agglomération de Saint-Étienne Métropole
    Économie : siège mondial de Casino, première entreprise privée de la Région Rhône-Alpes
    Culture : Comédie de Saint-Étienne (Centre dramatique national fondé par Jean Dasté en 1947), Musée de la Mine, Musée d'Art et d'Industrie (armes, cycles et collection de rubans). Festivals : Piano Passion, Nouveau Siècle, Biennale internationale Massenet, Roches Celtiques (danse et musique)
    Sport : athlétisme (club Coquelicot 42), tir à la sarbacane (discipline régionale comptant environ 350 pratiquants), base nautique de Saint-Victor-sur-Loire (école de voile, port de plaisance, croisière), randonnée, VTT, ski et via ferrata dans le Parc Naturel Régional du Pilat.
    Événements : SaintéLyon (course pédestre en grande partie nocturne entre les deux villes), Indoor international de BMX
    Spécialités : pommes et myrtilles du Pilat, rubanerie et textile médical
    Développement durable : tramway le plus ancien de France, créé en 1881
    Labels : Ville d'Art et d'Histoire pour son patrimoine industriel des XIXe et XXe siècles, Ville créative UNESCO du design, Ville Amie des Enfants