Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes textes primés

  • 1 ère ex-aequo du Café Thé n° 86 - "Jardin extraordinaire"...

    C'est un jar-din ex-tra-or-di-nai-re 

     

    C'est un jardin public près de chez nous où ma petite soeur a appris à faire de la bicyclette. 

    C'est un jardin où je rencontre des femmes peintes par Claude Monet dans la banlieue parisienne. 

    C'est le jardin familial où je regardais couler l'eau sur un petit pont de bois avec un livre. 

    C'est  une "entrée" de "jardin public à Arles" et les "Alyscamps" que je contemple 

    En reproduction chez moi: un paysage parcouru là-bas et peint aussi par Vallotton et Gauguin. 

    C'est le jardin en contrebas de la maison de ma grand-mère où je cueillais les dahlias 

    Qui illuminaient notre petit appartement  de jeune couple; les dahlias du fleuriste casaoui. 

    C'est encore le compagnon d'Arles de Van Goh ,Gauguin qui sait aussi peindre la neige 

    Recouvrant un jardin comme j'en ai photographié ici et ailleurs, le blanc silence. 

    C'est mon premier jardin de femme amoureuse dont a plus tard incendié la maison. 

    C'est "Le Jardin des délices" de Bosch qu'on a parcouru des yeux pendant des siècles 

    Sans jamais en épuiser la richesse, la perversité, la beauté et la science du peintre et du paysage. 

    C'est notre jardin du Sud-ouest où se plaisait un laurier rose sous la garde des monts d'Olmes. 

    C'est un jardin de Bretagne que Renoir met en scène avec un enfant et deux femmes. 

    C'est un rosier planté sous la neige et le laurier-rose mort dans un camion, sur la route. 

    C'est Pissarro, l'artiste-jardinier d'Eragny, célébré en ce moment à Paris. 

    C'est le Parc de la Ligue Arabe à Casablanca, notre exil marocain, bleu, blanc et vert. 

    C'est "Le Jardin du Luxembourg" chanté par Nerval et peint par Matisse. 

    C'est le jardin public de St Mandé d'où je respirais en sortant de ma chambre de bonne 

    Au sixième étage sous les toits pour lire Julien Gracq et autres classiques. 

    C'est "Le jardin fleuri de Golding" peint par l'un des pères du paysage anglais, Constable. 

    Ce sont les jardins de ville visitées: jardins-mondes de villes-mondes comme Istanbul ou Venise. 

    C'est le jardin de Tivoli, paysage rêvé et peint par Corot, un pèlerinage sur un rocher à faire. 

    L'année dernière, à Giverny, il y a eu une exposition intitulée, "Caillebotte, peintre et jardinier " Parce qu'il a beaucoup évoqué les jardins dans son oeuvre.

    C'est un jar-din ex-tra-or-di-nai-re

    Lire la suite

    Lien permanent
  • 1 ere ex-aequo du Café Thé n° 84 - Le métier que vous n'auriez pas voulu exercer... avec:Je n'aurais pas pu être... un escroc

    Je n'aurais pas pu être un escroc, non que les biens de ce monde me laissent de marbre
    Non que je n’admire pas certains escrocs qui ne tuent personne comme les faussaires
    J’admire l’intelligence des escrocs qui contournent les lois sans blesser quiconque
    J’admire le talent des faussaires qui copient les artistes de génie avec panache
     
    Mais je n’aurais pas pu être un escroc car je ne sais ni mentir, ni tricher sans devenir rouge
    Pivoine : comme tout le monde, je pense, j’ai essayé de frauder dans l’urgence
    Mais soit que je n’étais pas douée, soit que je n’avais pas de chance
    Je me suis à chaque fois fait prendre les mains dans le pot de confiture.
    Je n'aurais pas pu être un escroc car on m’a enseigné l’honnêteté et le sens de la faute
    Ca s’est tellement bien insinué en moi car j’ai tendance, pour tout, à me sentir coupable
    D’avoir fait ou de ne pas avoir fait assez bien ou de ne pas avoir fait, même mon absence
    Me rend coupable et pire que tout, je me sens responsable des fautes des autres
     
    Comment dans ce cas, devenir escroc, mentir, frauder, voler, tricher aux cartes
    Se révélerait un exploit pour moi à qui on reproche souvent d’être trop franche
    Cash, cigarette sans filtre que j’ai fumé, Craven A, nocive pour les menées secrètes
    De tous genres ; j’adore les polars mais dans ce registre, j’aurais fait mauvais genre

    Lire la suite

    Lien permanent
  • 1 ère du Café thé 83 avec "Paysages lacustres"

    1ère) Laura du blog "Le blog de Laura Vanel-Coytte : ce que j'écris, ce(ux) que j'aime..." :

    Paysages lacustres

     

    Mon premier lac fut celui où nous allions faire de l’optimiste avec l’école

    Plus tard, j’y suis allée faire la folle avec des copains puis avec des hommes

    Mon deuxième lac fut celui où tu m’emmenas entre France et Suisse

    Nous avons parcouru à bateau et à pied ce paysage de montagne

     

    Nous avons failli vivre dans le tableau de Vlaminck, « Ville sur la rive

    D’un lac : ça ne s’est pas fait mais y est resté un bout de notre âme

    Au lac du Bourget, j’ai crié « O temps, suspens ton vol » comme Lamartine

    A Aix les bains, j’aurais pu m’arrêter au « Café au bord du lac » du Sidaner

     

    Je voudrais aller voir le lac de Samois peint par Charles Camoin, projet de rivage

    « Près du lac », j’aurais pu croiser en rêvant Auguste Renoir peignant un père et sa fille

    Paul Cézanne dont j’ai suivi les traces à Aix a aussi peint « Le lac d’Annecy » que j’aime

    Quand je vois un paysage de Corot, je pense toujours à « Souvenir à Mortefontaine »

     

    Et à mon cher « fils de feu » qui ne s’est pas noyé dans les lacs de l’Oise.

    Vlaminck a décidé d’ajouter au lac des maisons et des arbres

    Berthe Morisot remplace le père du tableau de Renoir par la mère

    Je suis folle du lac de Ferdinand Hodler comme de tous ses paysages, sublimes.

    Lire la suite

    Lien permanent