Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Canaletto

  • Canaletto

    Ce hors série accompagne l’exposition inaugurale de l’hôtel de Caumont consacrée à Canaletto, peintre vénitien du XVIIIe siècle. Bozena Kowalczyk, la commissaire, spécialiste des vedute, a choisi de présenter son travail dans la cité des Doges, celui qui l’a rendu célèbre, mais aussi ses caprices romains des premières années et ses peintures réalisées durant son séjour en Angleterre, moins connues, en portant l’accent sur le traitement de la lumière et de l'atmosphère par l'artiste.

     


    Avril 2015 - 36 pages

    http://www.connaissancedesarts.com/

    Lien permanent
  • Canaletto - L’Embouchure du Grand Canal, et vue de l’extrémité occidental du Môle - 1722 © Musée de Grenoble - 2012

    Face à face entre védutistes

    Dans un jeu scénographique et didactique qui fait dialoguer les toiles des védutistes, Bożena Anna Kowalczyk met plus particulièrement en regard la filiation entre Canaletto et Guardi. Les comparaisons mises en scène au Musée Jacquemart-André démontrent comment certaines vues de Venise peintes par Canaletto dans sa jeunesse ont pu influencer Guardi, mais aussi Bellotto et Marieschi. L’exposition amène à apprécier les différences de style, la manière dont les uns et les autres s’attachent à rendre la perspective, la lumière, l’architecture… On appréciera particulièrement dans la peinture de Canaletto une recherche de luminosité intense et une rigueur quasi scientifique dans le rendu des détails et des architectures. Le Musée Jacquemart-André rend par ailleurs un bel hommage à Guardi à l’occasion du trois-centième anniversaire de sa naissance, et présente plusieurs chefs-d’œuvre de celui qui a magnifié Venise avec une grande sensibilité et liberté de style.

    Venise, réelle et fantasmée

    Des campi aux fameux ponts et lagune de Venise sans oublier ses légendaires fêtes et cérémonies, ce sont tous les visages de la Sérénissime qui sont révélés au Musée Jacquemart-André. On y découvre également une facette moins connue de la production des védutistes : celle des « caprices ». Au milieu de ruines gagnées par la végétation, on reconnaît dans ces paysages fantaisistes des éléments d’architecture classique. Ainsi est décomposée puis recomposée la réalité vénitienne, dans des vues imaginaires et poétiques.

    http://www.franceinter.fr/evenement-canaletto-guardi-les-deux-maitres-de-venise

    Je précise que cet article n'est pas de moi (lien vers la page citée et si possible son auteur)mais que je suis auteure(inspirée par ce que j’aime, donc par ce blog) et que vous pouvez commander mes livres en cliquant sur les 12 bannières de ce blog

    Précédente publication:

    19/11/2012 15:57

    Lien permanent