Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dürer Albrecht

  • La vie et l'oeuvre d'Albrecht Dürer. " d'Erwin Panofsky

    La vie et l'oeuvre d'Albrecht Dürer. Nouvelle EditionHistorien et théoricien de l’art d’origine allemande (1852-1968), Panofsky a fait école par sa méthode consistant à dégager les modalités créatrices de chaque période par une confrontation des formes artistiques avec leur contexte culturel. Son approche sophistiquée et raisonnée de l’iconographie a abouti, dans ses Essais d’iconologie (1934), à une théorie de la représentation en art.

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Catégories : A lire, Dürer Albrecht

    La vie et l'oeuvre d'Albrecht Dürer.

    Nouvelle EditionErwin Panofsky
    Collection : Bibliothèque Hazan

     
     
    La vie et l'oeuvre d'Albrecht Dürer. Nouvelle Edition
    Erwin Panofsky
    Historien et théoricien de l’art d’origine allemande (1852-1968), Panofsky a fait école par sa méthode consistant à dégager les modalités créatrices de chaque période par une confrontation des formes artistiques avec leur contexte culturel. Son approche sophistiquée et raisonnée de l’iconographie a abouti, dans ses Essais d’iconologie (1934), à une théorie de la représentation en art.

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Catégories : Dürer Albrecht

    Albrecht Dürer (1471 - 1528) :"Ce qu'est la beauté, je l'ignore"

    Contrairement à ce qui se passe pour la majorité des artistes de la Renaissance ayant vécu au nord des Alpes, nous savons tout de la vie d'Albrecht Dürer (1471-1528). L'hypersensibilité de l'artiste, prompt à traduire en écrits et en images, les faits, grands et petits, de sa vie personnelle et à les conserver de façon quasi maniaque ; son recours fréquent à l'autoportrait, genre dont il est le pionnier ; l'habitude qu'il a de dater ses œuvres, en y ajoutant parfois des textes explicatifs ; l'intérêt tout à fait inhabituel qu'il suscita chez les humanistes de l'époque ; la coïncidence qui l'amène à se trouver dans des villes, à des moments et dans des situations d'une importance capitale pour le sort de l'Europe ; les études ininterrompues dont il a fait l'objet : Tous ces éléments fournissent une abondante moisson d'informations, limitant à des aspects presque marginaux les points d'interrogation sur sa vie et son œuvre. À quarante ans, Dürer est un intellectuel engagé, qui rédige d'ambitieux traités théoriques, qui dialogue avec les penseurs et les hommes de science, qui a ses propres idées et ses propres théories sur l'art ; il exprime avec autorité son avis personnel sur l'histoire, la nature, l'homme, la religion. Et c'est pourtant à ce moment qu'avec la phrase "Ce qu'est la beauté, je l'ignore", Dürer évoque clairement, douloureusement, le nœud gordien de son activité d'artiste et d'homme cultivé. Tout au long de sa carrière semée de centaines d'images peintes, dessinées ou gravées, Dürer a recherché une définition de la beauté. Il y a consacré une vaste gamme de facultés humaines, d'expériences sensibles, d'efforts intellectuels. Dans les écrits qu'il a laissés, Dürer insiste à plusieurs reprises sur cette expérience décevante de la recherche du secret de la beauté absolue que l'on approche jusqu'à l'effleurer avant de la sentir, soudain, s'enfuir. Il est tout à fait conscient de sa grandeur personnelle en tant que peintre, mais cette conscience lui rend d'autant plus insupportables les limites de l'art et de la science.

     

    Dûrer, Mélancolie

    Mélancolie I, gravure, 1514, Albrecht Dürer, (Kupferstichkabinett, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe). Cette figure qui a occupé les chercheurs et les interprètes durant des siècles et dont l'imagination n'est capable de saisir qu'une partie de la puissance d'un corps caché derrière une robe éparpillée au milieu de toute une panoplie d'instruments et d'outils. La tête dans la main gauche soutenue par le genou, son visage est plongé dans la pénombre, comme pour mieux exprimer la sombre humeur qui emplit le mélancolique. L’œuvre, doit sans doute être vue comme un autoportrait spirituel de l'artiste - et, plus généralement, de l'Artiste moderne - qui aspire à cette Connaissance suprême, à cet Idéal artistique inaccessible.

    http://www.aparences.net/nordiques/nordiques2.html

    Lien permanent
  • Le "père" du genre paysage en peinture

    b73309d383d39115a07629854062afb6.jpg

    Et Patinir apparut dans le paysage
    LE MONDE | 24.08.07

    © Le Monde.fr

    Joachim Patinir ou Patenier (né vers 1480 à Dinant ou Bouvignes - mort le 5 octobre 1524 à Antwerpen), également connu sous le nom de de Patinier et de Patiner était un peintre et dessinateur de style flamand de la Haute Renaissance. Il fut membre de la guilde des peintres d'Anvers. On pense qu'il était l'oncle de Henri Blès, également peintre. Spécialisé dans les paysages et fortement influencé par Jérôme Bosch, Patinir réalisa des œuvres où se mêlaient des éléments fantastiques, des bois, des contrées imaginaires, des villes et des cours d'eau. Patinir collabora avec Quentin Matsys. On attribue à Patinir certains des paysages présents dans les toiles de ce dernier. À la mort de Patinir, Matsys s'occupa de ses enfants.

    Principales œuvres 

     La Fuite vers l'Égypte, Anvers, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Saint Jérôme dans le désert, 1515, Paris, Musée du Louvre Traversée du monde souterrain, entre 1515 et 1524, Madrid, Musée du Prado Paysage avec Saint Jérôme, Madrid, Musée du Prado Le baptême du Christ, vers 1515, Vienne, Kunsthistorisches Museum

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Joachim_Patinir

  • La catégorie Dürer(paysage)?

    durer.jpgJe l'ai rencontré lors de mes recherches sur le paysage et qu'il fait partie de ceux que j'aime....

    1. LE PERE DU GENRE PAYSAGE EN PEINTURE:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/08/24/le-pere-du-genre-paysage-en-peinture.html

    2. Mélancholia:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/04/10/melancholia-de-durer.html

    3. Mon rêve familier:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2006/08/31/mon-reve-familier-de-paul-verlaine-dans-la-section-melanchol.html

    4. A Dürer:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2006/09/01/a-durer-de-victor-hugo-les-voix-interieures.html

    5. Résignation:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2006/09/01/resignation-de-paul-verlaine-dans-la-section-melancholia-des.html

    6. Nevermore:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2006/09/01/paul-verlaine-nevermore-dans-la-section-melancholia-des-poem.html