Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes textes en prose

  • Mon texte inédit sur ce blog:Je suis la nouvelle(coms ouverts)

    Surtout, s'il vous plait, pensez à poser le lien du texte atelier

    sous ce billet ce serait gentil, ainsi je n'oublie personne 

    *******

    les 1, 10, 20, du mois

    Les liens seront à déposer sous le thème, 

    c'est à dire  sous ce billet..

    Comme d'habitude

     Vous pouvez les déposer jusqu'à la veille de l'atelier suivant.


    *******

    Cette semaine , l'atelier compte 2 nouvelles écrivaines , 

    Assoula et Séverine

    à qui nous souhaitons la bienvenue.

    Il y aura , soit, des mots, une ou des phrases, ou un thème imposé.
    Parfois, , vous pourrez choisir un thème à tour de rôle
    si cela vous dit..

    Je ferai un récapitulatif le même jour que le Jeu suivant.

    Vous pouvez conjuguer les verbes. 
    mettre pluriel, singulier, féminin, masculin,
    mais NE PAS CHANGER un adjectif en nom ou adverbe

    ex.....

    Lent .......en lentement ou lenteur..

     

    Plaisir........... en plaisant ou plaisamment 

    **********

    Cette semaine, je vous demande de faire un texte avec les mots suivants ;

    Nouvelle, haut, écho, cour, région.. laisser, vivre, entendre, parler, dire

     

    http://ghislaine53.eklablog.com/atelier-de-ghislaine-c28669842

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Mon texte inédit sur ce blog:Maya l'abeille

    Sujet semaine 40/2016

    ---

     Source image : Wikimédia

    (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

     

     

    Le mot à inclure est : DARE-DARE

    (rappel : le mot est facultatif)

     

    -------------------

     

    Passez une douce semaine,

     

    Mil et une 

    http://miletune.over-blog.com/2016/10/l-apiculture-lilousoleil.html

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Mon texte inédit sur ce blog:Les Faux-Saulniers de Gérard de Nerval, 1850

    Le thème de la semaine

     
     
    Après nous avoir fait partager vos paysages et vos états d'âme, saurez-vous imaginer un lien entre les dix mots suivants?
    boutoué, bât, bégayer, expansible, haï, motoculter, paradoxal, ponctionner, réoccitaniser, tubulaire 


    En prose ou en vers, bégayant ou paradoxal votre texte devra nous parvenir avant dimanche 25 septembre minuit à l'adresse habituelle :impromptuslitteraires[at]gmail.com

    ____________________________________________

    Vous pouvez toujours, bien sûr, visiter la page Facebook des Impromptus Littéraires : Cette page est accessible ici !

    Notre souhait est que cette page devienne un lieu d'échange à la fois convivial et décontracté, tout en conservant bien entendu l'esprit des Impromptus et le respect des Instructions Générales du site.

    Vous pourrez vous exprimer à votre guise, poster des photos, proposer des idées de thème, parler de vos coups de cœur (ou coups de gueule) littéraires, nous faire part de vos impressions, suggestions, avis sur le site … etc …[1]

    Nous nous efforçons d'illustrer les thèmes hebdomadaires, mais aussi de communiquer de façon plus interactive :)

    N’hésitez pas à nous y rejoindre …

    Les instructions générales de participation sont accessibles ici.
    Pour revenir à la page d'accueil il faut cliquer ici

    Notes
    [1] Si vous êtes vous-même inscrits sur Facebook. Mais si vous n’êtes pas (encore) inscrits, ou ne le souhaitez pas, vous pouvez tout de même consulter la page, et nous faire des retours par mail.
     
    http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/p/le-theme-de-la-semaine.html

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Ma rentrée au Maroc

    C’est la rentrée chez les Croqueurs de Môts!!!

     

    meragitee

    J’ai mal au coeur
    J’ai vomi tout mon quatre-heures

    J’ai mal au tripes
    Même pas la grippe

    J’ai mal à la tête
    Point de fête

    J’ai mal au pieds
    Je ne veux plus avancer

    J’ai mal à la gorge
    Je m’interroge

    Pourquoi tant de maux
    Je ne trouve pas les mots

    J’ai mal partout
    Serait-ce un tout

    Mais non, j’aurais du m’en douter
    Aujourd’hui c’est la rentrée

    -dimdamdom-

    http://i54.tinypic.com/mct4hu.jpg

    Ben oui, même si je ne suis plus une petite fille

    J’ai gardé ces traces indélébiles

    Que laisse la rentrée !!!

    Et vous???

    Aussi je sais que vous étiez nombreux hier à rentrer

    Que ce soit à l’école ou au bureau

    Je viens donc ici vous souhaiter une très bonne rentrée!!!

    Alors voilà pour cette rentrée

    Je vous annonce la reprise des défis

    Sur la communauté des Croqueurs de Môts

    Et pour commencer, c’est votre commandant Dômi qui s’y colle.

    Voici le planning : jeudi 8 septembre, premier jeudi poésie

                                   lundi 12 septembre “A l’abordage, le défi”

                                 jeudi 15 septembre, second jeudi poésie

    Je vous attends en espérant de vous voir nombreux pour participer

    A cette super communauté

    Ou chacun vogue sur les flots de l’inspiration.

    Surtout n’hésitez pas à venir compléter le tableau.

    Au plaisir de vous retrouver

    Chers amis Croqueurs de Môts.

    Bises amirales.

    Dômi.

    http://croqueursdemots.apln-blog.fr/2016/09/02/cest-la-rentree-chez-les-croqueurs-de-mots/

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Mon texte inédit pour:Mathilde Bouvier, du site "38 000 kilomètres"

    Paysages MarocainsJ’a crée mon blog il y 10 ans alors que je vivais au  Maroc , à Casablanca, avec mon mari qui y a monté une usine textile alors qu’en France, nos perspectives de carrière étaient peu intéressantes. L’employeur de mon mari était un juif marocain et non une entreprise française. Par conséquent, nous avions une carte de résident et avons demandé une carte de séjour que nous avons obtenu au bout d’un an et demi après de multiples visites et démarches à la Préfecture  et autres bureaux. Vivre au Maroc n’était pas spécialement mon rêve mais je l’ai tout de suite pris-comme je prends tout dans ma vie-comme une nouvelle aventure à vivre avec  mon mari. Nous avions beaucoup déménagé en France, dans toutes les régions textiles. J’ai aimé voir cette usine (comme j’avais aimé les autres avant) naître  littéralement, grandir et croître  à quelques  kilomètres de la capitale économique. Même s’il n’y a pas de barrière au niveau de la langue, ce fut tout de même un sacré challenge pour mon mari d’embaucher du personnel et de faire vivre cette usine selon un droit et une culture étrangère à la nôtre. Pour ma part, j’ai tiré de ces trois ans de ma vie un livre où j’évoque les Paysages marocains que nous avons parcouru ensemble ( la semaine de travail étant de 44 heures et mon mari travaillant du lundi au samedi vers 13h, nous avons eu peu de temps pour voyager) ou séparément. Je conçois les paysages comme des « états de l’âme » (expression  tirée de l’auteur suisse Frédéric Amiel). Ainsi, lorsque j’ai écrit aussi Istanbul avec toi, il s’agissait plus de sensations de voyage à la suite de mes illustres prédécesseurs que d’un guide pratique. C’était encore plus difficile avec un sujet autant traité que Venise de sortir des sentiers battus, d’où le titre: Oser Venise.J’a crée mon blog il y 10 ans alors que je vivais au  Maroc , à Casablanca, avec mon mari qui y a monté une usine textile alors qu’en France, nos perspectives de carrière étaient peu intéressantes. L’employeur de mon mari était un juif marocain et non une entreprise française. Par conséquent, nous avions une carte de résident et avons demandé une carte de séjour que nous avons obtenu au bout d’un an et demi après de multiples visites et démarches à la Préfecture  et autres bureaux. Vivre au Maroc n’était pas spécialement mon rêve mais je l’ai tout de suite pris-comme je prends tout dans ma vie-comme une nouvelle aventure à vivre avec  mon mari. Nous avions beaucoup déménagé en France, dans toutes les régions textiles. J’ai aimé voir cette usine (comme j’avais aimé les autres avant) naître  littéralement, grandir et croître  à quelques  kilomètres de la capitale économique. Même s’il n’y a pas de barrière au niveau de la langue, ce fut tout de même un sacré challenge pour mon mari d’embaucher du personnel et de faire vivre cette usine selon un droit et une culture étrangère à la nôtre. Pour ma part, j’ai tiré de ces trois ans de ma vie un livre où j’évoque les Paysages marocains que nous avons parcouru ensemble ( la semaine de travail étant de 44 heures et mon mari travaillant du lundi au samedi vers 13h, nous avons eu peu de temps pour voyager) ou séparément. Je conçois les paysages comme des « états de l’âme » (expression  tirée de l’auteur suisse Frédéric Amiel). Ainsi, lorsque j’ai écrit aussi Istanbul avec toi, il s’agissait plus de sensations de voyage à la suite de mes illustres prédécesseurs que d’un guide pratique. C’était encore plus difficile avec un sujet autant traité que Venise de sortir des sentiers battus, d’où le titre: Oser Venise.

    Lire la suite

    Lien permanent