Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes textes en prose - Page 5

  • Catégories : Mes textes en prose

    La tumeur de la paresse

    écriture créative.jpg Bonjour à tous,

    Trente-cinquième proposition, d'écriture créative: nous vous demandons d'écrire un texte à partir des mots indiqués dans la liste ci-dessous.
    Les verbes peuvent être conjugués et les mots utilisés au pluriel comme au singulier.
    Nous vous laissons toute liberté pour votre texte, prose, poésie, ou toute autre forme littéraire à votre convenance.

    tumeur
    jogging
    enivrant
    surgelés
    ménage

    candide

    émoustillé

    darder

    obséquieux

    hachure  

    électricité

    mère

    préserver

    dettes

    combines

     Par ailleurs, deux mots "joker" vous sont proposés en remplacement de deux autres mots dans la liste qui ne vous inspireraient pas. Il s'agit de : enlacer
    baise-main

    A vos plumes....

     Nanou

    http://ecriturecreative.over-blog.com/

    Mon texte ci-dessous:

    Lire la suite

  • Catégories : Mes textes en prose

    1 an que je suis rentrée ici

    kaléidoplulmes2.jpgIl y a quelques mois, Kaléidoplumes fêtait son premier anniversaire(et moi, il y a quelques jours, les 3 ans de ce blog).

    Voilà ce que je leur ai écrit:

    Le 8 janvier 2008

    La consigne 2

    Je ne pensais pas que je venais ici depuis longtemps; je n'ai pas vu le temps passer.

    Toujours le même plaisir de découvrir le lundi la nouvelle consigne.

    De lire.

    Commenter(ici ou ailleurs), je ne suis pas très douée.

    Excusez-moi tous.

    1 an, 4 lieux d'habitations, 2 pays, 2 continents, 3 départements.

    Alors Kaléidoplumes est (un des) point(s) fixe(s) de ma vie.

    Une lumière dans le tunnel.

    Un bonheur parmi les galères.

    De vous lire, vos textes, vos commentaires.

    Un lieu où poser mes bagages perdus.

    http://kaleidoplumes.forumpro.fr/kaleidecrilecture-f134/

    Allez voir ce chouette lieu d'écriture:

    http://kaleidoplumes.forumpro.fr/forum.htm

     

  • Catégories : La littérature, Mes textes en prose

    Résumé de « L’orgue du Titan » de George Sand(1804-1876), nouvelle appartenant au recueil « Contes d’une grand-mère » (1875)

    George_Sand.jpget lue à cette page : http://www.bmlisieux.com/litterature/sand/orgue.htm

     PUBLIE CHEZ AMBROISE  A LA SUITE D'UN VOYAGE DANS LE FANTASTIQUE:

     http://ambroise.hautetfort.com/archive/2007/05/30/voyage-dans-le-fantastique.html

    Je supprime le texte de ce résumé pour que que certains(cf. dernier com) prennent le temps de le lire et de faire des recherches... comme je l'ai fait.

    Portrait de George Sand par Auguste Charpentier (1835) sur Wikipédia.
  • Catégories : Mes textes en prose

    Principe de précaution

    phobie.jpgSur un thème de Dana:

    A tous les membres de la Communauté "un thème par semaine"
    et à tous ceux qui souhaitent nous rejoindre


    Pour la semaine du 23 au 29 mars, j'ai choisi comme thème

    " Les phobies"


    Thème proposé par Lajemy sur le forum

     

     

    En psychologie le terme phobie, du grec ancien phobos (φόβος), désigne un ensemble de souffrances psychiques qui se présentent de manière différente chez l'enfant où elles sont souvent sans conséquence, ou chez l'adolescent et l'adulte.

     

    Voici une petite liste prise sur Wikipédia, des phobies que nous pouvons rencontrer.

    Désolée, ainsi, vous n'aurez pas à le faire....

     

    Ablutophobie - Peur de se baigner. Cette phobie est plus une peur de la noyade qu'une peur de l'eau.

    Acarophobie - Peur des parasites de la peau, des acariens.

    Achluophobie - Peur de l'obscurité.

    Acrophobie - Peur des hauteurs ; s'accompagne souvent de vertiges.

    Agoraphobie - Peur des espaces libres et/ou des lieux publics.

    Aichmophobie ou Achmophobie - Peur des aiguilles et des objets pointus (ciseaux, couteaux, seringue par exemple)

    Ailurophobie - Peur des chats.

    Anthelmophobie - Peur des vers (dite aussi vermiphobie).

    Anuptaphobie - Peur de rester célibataire.

    Apiphobie - Peur des abeilles. Par extension, peur des insectes possédant un dard ou pouvant piquer.

    Apopathodiaphulatophobie - Peur d'être constipé ou de la constipation en elle-même.

    Asthénophobie - peur de la faiblesse

    Aquaphobie - Peur de l'eau

    Autophobie - Peur de soi (Suiphobie)

    Autocheirothanatophobie - Peur du suicide

    Arachnophobie - Peur des araignées.

    Astraphobie - Peur des éclairs.

    Bédéphobie peur des bande-dessinés.

    Bélénophobie - peur des aiguilles.

    Brontophobie - peur du tonnerre.

    Cheimophobie - Peur des tempêtes et des orages.

    Claustrophobie - Peur des espaces confinés.

    Coulrophobie - Peur des clowns.

    Coprophobie - Peur des excréments (voir aussi Scatophobie).

    Cusuraphobie - Peur d'avoir tort.

    Dysmorphophobie - Peur des anomalies physiques.

    Dyspondéromorphophobie - Peur des anomalies physiques engendrées par le poids

    Émétophobie - Peur de vomir.

    Éreutophobie - Peur de rougir en public.

    Gymnophobie - Peur de la nudité.

    Gynéphobie - Peur des femmes.

    Hématophobie - Peur du sang.

    Hémorroïdophobie - Peur d'avoir des hémoroïdes ou de ceux qui l'ont.

    Hexakosioihexekontahexaphobie - Peur du nombre 666.

    Hydrophobie - Peur morbide de l'eau. C'est aussi un des symptômes de la rage

    Hylophobie - Peur des forêts

    Hippopotomonstrosesquippedaliophobie - Peur des mots trop longs.

    Joacodophobie - Peur de la Joconde.

    Kénophobie - Peur du noir et de l'obscurité.

    Katagélophobie - Peur du ridicule.

    Myrmécophobie - Peur des fourmis.

    Nosophobie- Peur de la maladie.

    Ochlophobie - Peur de la foule.

    Ophiophobie - Peur des serpents.

    Ombilicophobie - Phobie liée au nombril

    Pantophobie - Peur de tout.

    Paraskevidékatriaphobie - Peur du vendredi 13.

    Phasmophobie-Peur des fantomes.

    Phobie sociale - Peur de certaines situations sociales.

    Phobophobie - Peur d'avoir peur.

    Pyrophobie - Peur du feu.

    Squalophobie - Peur des requins

    Sidérodromophobie - Peur de voyager en train.

    Taijin kyofusho - Peur d'offenser autrui par l'odeur ou le regard (terme japonais).

    Thanatophobie - Peur de la mort.

    Triskaïdekaphobie - Peur du nombre 13.

    Zoophobie - Peur des animaux en général

    http://la-tribu-de-dana.over-blog.com/article-29323760-6.html#anchorComment

    Mon texte ci-dessous:

    Lire la suite

  • Catégories : Mes textes en prose

    Promis!

    Proposition 75 d'Ecriture ludique

    livres.jpgPour cet exercice lancé en fin d'année 2008, nous vous proposons de réfléchir aux traditionnelles résolutions  que nous prenons tous au nouvel an, et auxquelles souvent nous réfléchissons avant. En effet, qui n'a jamais dit : "L'année prochaine, je ferai... il faut que... je dois... ce serait bien que... allez, c'est décidé ...", ou autre formule de ce genre ?

    Mais parce que sur Ecriture ludique nous ne voulons pas nous contenter d'un énoncé déjà vu de très très nombreuses fois ailleurs, ce que nous vous demandons est de nous parler des résolutions que vous ne prendrez pas.

    Comme il s'agit bien des résolutions que vous ne prendrez pas, les textes traitant de résolutions que vous prendrez (et uniquement de ça) risquent d'être considérés comme hors-sujet et non repris ici.

    Cela vous laisse le champ libre pour tout imaginer, depuis les résolutions qu'il serait bien de prendre (et s'y tenir) parce que "ça serait bien vu", mais qui ne vous correspondent pas, jusqu'à des idées complètement folles, décalées, comme nous les aimons particulièrement.

    Le mot d'ordre sera, une fois encore, de surprendre ! Alors allez-y, lachez-vous !
     Ici seront notées vos participations à cet exercice.
    Début de l'exercice : 20/12/2008

     http://www.ecritureludique.net/article-25975895.html

    Mon texte ci-dessous:

    Lire la suite

  • Catégories : Mes textes en prose

    Mes derniers textes publiés

    bannière blog modifié.JPG1. Saint-Etienne:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/12/26/mon-p...

    2. Le Mysterio de NOEL:


    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/12/24/mon-t...


    3. Valse de Vienne:


    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/12/23/mon-t...


    4. Les 365 marches:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/08/29/mon-p...

    5. Des fleurs pour toi:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/06/26/mes-m...

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/12/26/mes-derniers-textes-publies.html#comments

    6. Promis !

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/12/29/mon-texte-en-prose-inedit-sur-ce-blog-promis.html#comments

    7. Oublier ailleurs:

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2008/06/27/petits-vers-inedits-sur-ce-blog4.html

     

  • Catégories : Mes textes en prose

    Le nouveau riche, l’étrangère et le pauvre ancien.

    Proposition écriture ludique.jpg71 d'Ecriture ludique - Fable (isa / zabilou)

    Pour cet exercice inhabituel (en tout cas pour notre communauté), il vous est demandé d'écrire une fable dans le style de ce que proposais Jean de la Fontaine dans ses fables (le corbeau et le renard, le lièvre et la tortue, ...).

    Il ne s'agit pas bien sûr de réécrire ce qu'il a déjà écrit, mais de mettre en scène des animaux, personnages, ou même des objets, dans un récit, et de tirer de ce récit une morale finale amusante, ironique, plus noire ou simplement réaliste.

    La seule limite étant votre imagination, cet énoncé n'en dira pas plus... à vos plumes !


    http://www.ecritureludique.net/article-25016026.html

    Mon texte ci-dessous:

    Lire la suite

  • Catégories : Mes textes en prose

    La pluie et le beau temps

    Proposition qui quoi.JPG70 d'Ecriture ludique - Début et fin + Ecriture sur image (Flora)
     

    Qui ces fauteuils attendent-ils? Ou quoi? Vont-ils être témoins de quelque chose? A vous de le dire en utilisant impérativement les début et fin que voici:
    Début: "Les deux hommes attrapèrent leur imperméable puis partirent en toute hâte."
    Fin: "Mais comment pouvait-on donc faire ainsi la pluie et le beau temps?"


    http://www.ecritureludique.net/article-25016026.html

    Mon texte ci-dessous:

    Lire la suite

  • Catégories : Mes textes en prose

    VOTEZ POUR MON TEXTE, le numéro 2

    Chez Jo jusqu'au 7 mars:http://imagination.de.jo.arts-lettres.over-blog.fr/article-17284694-6.html#anchorComment

    LE CONCOURS:

    Merci à toutes les trois pour vos participations! Ce sont de très jolies histoires.
    Il n'y a donc que trois participations mais je comprends, le sujet n'était pas forcément inspirant et il était difficile. Mais j'ouvre tout de même les votes, comme cela vous aurez un avis sur votre histoire! Elles méritent d'être lues et appréciées!

    A VOS VOTES
    ouverts jusqu'à vendredi (7 mars)

    S'émouvoir et émouvoir

    Vous devez raconter une petite histoire, de la prose! Elle devra provoquer des émotions. Le ton peut être enfantin, moraliste, satirique etc...comme cela vous convient. Elle devra faire une dizaine de lignes (enfin je ne suis pas à 5 lignes près mais une dizaine c'est bien je pense).
    Les conditions:
    _ Elle doit comporter 3 personnages : un animal, un enfant et la représentation humaine de la mort
    _ Pour provoquer de l'émotion, il faut que cela vienne du coeur, de vos propres émotions, il faut que cela vous émeuve en premier...donc attention à ne pas tomber dans l'excès.
    MON TEXTE:
    Canelle, son grand-père et le corbeau


     

    Cannelle avait onze ans. Elle voulait se marier avec son grand-père qu’elle trouvait beau. Il n’était pas très vieux mais un après-midi, il fit une embolie pulmonaire et une ambulance vint le chercher pour l’emmener à l’hôpital d’urgence. Les adultes allèrent le voir dans la soirée et revinrent avec des nouvelles rassurantes pour Cannelle. Le lendemain matin, on lui apprit qu’il était mort. « Je veux le voir ! » dit-elle. Vit-elle son corps froid allongé sur une table en inox sous un drap blanc ou l’imagina t-elle car on lui interdit finalement de voir son grand-père mort ? A la messe d’enterrement, il y avait beaucoup de monde et le bal des condoléances dura longtemps. Cannelle était triste et émue par tout ce cérémonial. Ce n’est qu’au cimetière qu’elle se rendit vraiment compte qu’elle ne reverrait plus son grand-père quand on mit son cercueil en terre. C’est alors qu’un corbeau passa au- dessus de sa tête en croassant. Son grand-père imitait souvent les corbeaux. Alors Cannelle se dit que son grand-père était encore là quelque part.

  • Catégories : Mes textes en prose

    Le patrimoine

    fc67cb7a73aae97944218d2becbdb399.jpg

    "J'ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac » pour y chercher le code d’un des cadenas du portail de la maison de campagne de mon père. Il me l’avait donné un jour de faiblesse sentimentale. Il n’y allait plus tellement depuis la mort de sa mère et même bien avant, d’ailleurs, c’était une corvée pour lui d’y aller.
    Pourtant, c’était son patrimoine (qui partait en ruines) et il avait peur que mon mari mette la main dessus. Il avait aussi peur des voleurs qui s’étaient introduit dans la propriété plusieurs fois, la croyant abandonnée. C’est pourquoi il avait installé ces chaînes et ces cadenas mais ça ne m’aurait pas empêcher de passer par dessus le portail comme je le faisais avant. Mais aujourd’hui, avec ma jolie robe moulante, ce n’était pas très pratique. Alors, je fis le code puis enlevais peu à peu tous les barrages qui m’empêchaient de rentrer dans un des deux paysages de mon enfance. Je remis le cahier dans mon sac et mon sac et sur mon épaule et m’avançais peu à peu avec émotion. Ca faisait si longtemps que je n’étais pas venue. Mon mari qui constatait avec moi la décrépitude de la maison et l’abandon du parc n’osait pas interrompre la remontée de mes souvenirs. Nous fîmes tristement le « tour du propriétaire » mais je n’eus pas le cœur de rentrer dans la maison. Alors je m’assis sur une vieille souche d’arbre, sortis mon cahier à couverture rouge de mon grand sac et écrivais 2 rimes qui me venaient : paysage, carnage. Puis je me dirigeais vers le portail et re-verrouillais tout.


    Consigne 63
    Et bien voilà! Il est déjà temps de vous donner la consigne suivante
    Pas tellement de participations pour la 62...sans doute ne vous a-t-elle pas beaucoup inspirés...Cela arrive

    Voici la consigne 63

    La photo est de moi (Coumarine)
    Votre texte (qui ne dépassera pas 2000 signes, je le rappelle!!!) commencera par:

    "J'ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac"

    Les textes sont à envoyer à Pivoine pour cette quinzaine
    jardinauxpivoines@yahoo.fr

    Photo de Coumarine
    http://coumarine2.canalblog.com/archives/2008/02/06/7855846.html#comments

  • Catégories : Mes textes en prose

    Chère lectrice,

    Il y a quelque chose de terrible en moi ; vous m’admirez et je vous en remercie mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est immérité. C’est mon côté gentil, modeste, bon ami qui a nuit à mes amours et à ma notoriété.
    Vous me dites que je suis un des plus grands écrivains français mais même l’hommage de Baudelaire (et sa célébrité sulfureuse puis académique) a jeté une ombre sur mon œuvre.
    Comme le « soleil noir » d’ « Aurélia » qui a éclipsé mes « Odelettes » et mes « Chimères. »
    Tout cela a donné de moi une image de « poète maudit » et mineur, un peu « fol », mort vierge et suicidé.
    En fait, je charmais les jeunes et jolies femmes (comme vous) par ma culture livresque et artistique. Seules les sottes n’ont pas vu l’amant derrière ma timidité.
    Je ne leur en veux pas puisque vous parlez encore aujourd’hui de mon œuvre grâce à leurs prénoms.
    Il y a quelque chose de terrible en moi ; je trouve des excuses à tout le monde, même mon fidèle ami Dumas qui me traita publiquement de dément.
    Il y a quelque chose de terrible en vous puisque vous me lisez et vous retrouvez en moi.
    Faites attention à « l’épanchement du songe dans la vie réelle » d’ «Aurélia .»Récitez plutôt « Fantaisie » dans « Une allée du Luxembourg. »
    Je vous remercie encore pour votre travail sur mon œuvre poétique qui révèle votre nature passionnée.

    Gérard de Nerval

    Semaine du 28 janvier au 3 février 2008
    Le lundi 28 janvier 2008 à 00:00 :: Lancement des thèmes

    Nous avons, tout au long de la semaine, voyagé dans le subtile de nos mots et de nos odorats respectifs.

    Nous vous proposons de changer de registre avec un thème teinté de gravité dans l'introspection de soi :

    Terrible

    La contrainte qui vous est imposée est de démarrer obligatoirement votre texte par une phrase de l'auteur portugais Antonio Lobo Antunes "Il y a quelque chose de terrible en moi".

    Bien évidemment rien ne vous oblige à parler de vous, c'est là tout l'intérêt de l'écriture. Et ne prenez malgré tout pas les choses au tragique !

    Vos textes doivent nous parvenir en fichier joint avant le dimanche 3 février minuit.

    Bonne semaine à tous !

    http://www.impromptus.fr/dotclear/index.php?2008/01/28/3279-semaine-du-28-janvier-au-3-fevrier-2008#co

  • Catégories : Mes textes en prose

    Le repas chez Mémère Gisèle

    Nous habitions à plusieurs centaines de kilomètres de chez elle, plusieurs heures de routes. La distance et le travail faisaient que nous ne voyions pas souvent malgré notre envie.
    Le temps passé avec elle était donc précieux et passait trop vite. Nous nous arrêtions acheter à manger sur la route : de la viande et des légumes pour l’équilibre nutritionnel et un gâteau pour son plaisir. Il faut vous dire que mémère Gisèle n’était pas une fée du logis, ni un cordon bleu, bref pas une mamie gâteau au sens propre mais une grand-mère qui s’intéressait au monde et à ce qui se passait dans la vie de sa petite-fille(moi) et son mari qu’elle appelait volontiers son petit-fils. Ce dernier se mettait aux fourneaux avec les modestes ustensiles et l’électroménager rudimentaire qu’elle avait. Pendant ce temps, je lui demandais des nouvelles de sa santé et de ses voisines. Je l’embrassais et lui disais que je l’aimais. Elle me questionnait par rapport à ce que je lui avais raconté pendant notre dernière conversation téléphonique. Elle se réjouissait de nos bonheurs et comme elle était pieuse, elle priait pour nous quand nous avions des problèmes.
    Le repas n’était qu’un prétexte, une occasion de se voir, se parler.
    Sauf le dessert qu’elle dévorait avec un plaisir enfantin.

    http://kaleidoplumes.forumpro.fr/semaine-4-f19/consigne-d-ecriture-pour-ce-texte-t132.htm

    Plaisir d'être à table. Plaisirs de la table. Moment privilégié. Moment de convivialité.
    Ce peut être un repas simple, un repas en semaine.
    Ce peut être un repas en tête-à-tête, avec un amant ou un ami.
    Ce peut être un repas de fête qui réunit une grande famille.

    Racontez-moi ce repas là.
    Et pour vous inspirer, voici Apollinaire qui vous convie au sien:


    Le repas

    IL n'y a que la mère et les deux fils
    Tout est ensoleillé
    La table est ronde
    Derrière la chaise où s'assied la mère
    Il y a la fenêtre
    D'où l'on voit la mer
    Briller sous le soleil
    Les caps aux feuillages sombres des pins et des oliviers
    Et plus près les villas aux toits rouges
    Aux toits rouges où fument les cheminées
    Car c'est l'heure du repas
    Tout est ensoleillé
    Et sur la nappe glacée
    La bonne affairée
    Dépose un plat fumant
    Le repas n'est pas une action vile
    Et tous les hommes devraient avoir du pain
    La mère et les deux fils mangent et parlent
    Et des chants de gaîté accompagnent le repas
    Les bruits joyeux des fourchettes et des assiettes
    Et le son clair du cristal des verres
    Par la fenêtre ouverte viennent les chants des oiseaux
    Dans les citronniers
    Et de la cuisine arrive
    La chanson vive du beurre sur le feu
    Un rayon traverse un verre presque plein de vin mélangé d'eau
    Oh ! le beau rubis que font du vin rouge et du soleil
    Quand la faim est calmée
    Les fruits gais et parfumés
    Terminent le repas
    Tous se lèvent joyeux et adorent la vie
    Sans dégoût de ce qui est matériel
    Songeant que les repas sont beaux sont sacrés
    Qui font vivre les hommes

    Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)

  • Catégories : Mes textes en prose

    J'ai bien fait le tour de la question

    af15898655d5ca4cf479eb7605eb6f15.jpg

    "J'ai bien fait le tour de la question..."
    Laisser les volets fermés
    Rester enfermée chez moi
    Ignorer le monde extérieur
    Mettre des boule quies
    Pour ne pas entendre
    Les allers et venues du voisin
    Et les rumeurs de la rue
    Me faire livrer tout ce dont j’ai besoin
    M’abonner à ma presse préférée
    Ne plus acheter que sur internet
    Et laisser les souvenirs et impressions
    Du passé guider ma plume
    Mais je ne verrais pas le crépuscule
    Du matin se glisser vers mon bureau
    Ni l’obscurité gagner les rues de la ville
    Je n’entendrais pas les oiseaux de six heures
    Ni les bagarres de chats en chaleur
    Je ne sentirais plus le vent de l’océan
    Balayer les derniers restes du sommeil
    Ou la chaleur du soleil naissant inonder
    Mes épaules ; je ne me prendrais plus
    Non plus les pieds dans les trottoirs disjoints
    Je n’entendrais plus les klaxons furieux
    Ni les bonjour comment ça va des gens de mon quartier
    L’accueil commerçant du marchand de journaux
    De légumes ou de la boulangère, le sourire
    De la mendiante et des gardiens de voiture
    Qui réconcilient avec l’humanité
    Je ne verrais plus les nouvelles portées
    De chatons ou leurs petits corps écrasés
    Par cette même humanité sur roues
    Je ne serrais plus abattue par les mêmes
    Spectacles désolants de l’incivilité ordinaire
    Ni attendris par des gestes gratuits d’accueil
    Je serais protégée, bien loin des autres
    Qui me font étrangère et bien vivante
    Alors j’ai commencé à ouvrir les volets
    Vu pigeons et colombes s’envoler
    En pensant à tous ces morceaux d’ailleurs
    A décrire, à écrire, à aimer et à vivre.

    Le 10-01-2008

    Consigne 61
    Bonjour à tous...
    Et voilà que nous sommes en 2008!
    Je souhaite qu'elle soit la meilleure pour vous, à tous points de vue...
    Le moment est venu de vous donner la nouvelle consigne, première de cette année!
    La photo m'a été confiée par D&D, un ami blogueur dont j'apprécie beaucoup la manière d'écrire, parfois un peu déjantée ou désordonnée... mais j'aime ça...
    Ecrire n'est pourtant pas son objectif premier...lui c'est le cinéma qui le passionne et les idées qui vont autour...;-))
    Vous vous inspirerez de la photo et commencerez votre texte par cet incipit:
    "J'ai bien fait le tour de la question..."
    Je rappelle de bien relire le mode d'emploi qui se trouve dans la colonne de droite, et dont voici les points principaux...
    - 2000 signes espaces compris maximum
    - Le texte se trouvera DANS le corps du mail (pas en fichier joint) avec le titre et le pseudo, comme ceci :
    titre (pseudo) + texte
    - Le titre donc PAS comme objet du mail...mais bien en titre de votre texte...sinon cela oblige à des manipulations supp...ayez pitié de moi! de nous!
    Si vous venez pour la première fois, prenez la peine de lire attentivement ce mode d'emploi...le temps m'est parfois compté et vous êtes nombreux à participer... je n'ai pas trop l'occasion de répondre aux mails qui me demandent comment ça fonctionne! ayez pitié de moi! de nous!
    Vous envoyez vos participations à Coumarine: coum.coumarine@gmail.com
    Voici donc la photo, bonne créativité à tous et à chacun...!
    Coumarine

    http://coumarine2.canalblog.com/archives/2008/01/09/7500718.html#comments

    POUR LIRE D AUTRES POEMES CF MES RECUEILS DE POEMES EN VENTE SUR THE BOOK:

    http://www.thebookedition.com/paysages-amoureux-et-erotiques-jacques-coytte-p-143.html

    http://www.thebookedition.com/paysages-jacques-coytte-p-866.html

  • Catégories : Mes textes en prose

    Les diamants

    e97186012eef5177403f4d69e358cf24.jpg

    Source de l'image: Wikipedia

    Les diamants m’évoquent immédiatement Marilyn Monroe chantant « Diamonds are a Girl's Best Friend »( Les diamants sont les meilleurs amis de la femme)dans « Les hommes préfèrent les blondes. » (On entend aussi cette chanson dans « Comment épouser un millionnaire »). J’admire Marilyn Monroe pour sa beauté, son talent, sa force et sa faiblesse. J’aime quand elle chante, quand elle joue cette femme sexy et frivole. Comme un diamant, elle a plusieurs facettes. Je ne rêve pas spécialement de diamants, je ne suis même pas trop bijoux et je n’aime pas cette image de femme-objet mais c’est parfois amusant de l’être.
    Facettes.
    Aimer cette femme, ces films kitschissimes, être midinette et intello, sexy et féministe, objet et sujet indépendant et libre.
    Facettes.
    Comme les diamants, fruits de la terre et de l’exploitation la plus monstrueuse des hommes.
    Ornement de femme-potiche, gage d’amour et objet d’art.
    Si pure et si souillé par tous les trafics qui l’entourent.
    Facettes.
    Parce que l’ « on ne naît pas femme, on le devient » ; on peut jouer avec les codes de la féminité et ne pas en être esclaves ; se faire photographier nue et être une femme indépendante.
    Cela peut paraître audacieux d’associer Marilyn et Simone de Beauvoir mais c’est à cause des facettes.
    Deux diamants bruts façonnés par la vie, leur éducation, la culture, deux être humains purs au-delà de leur statut de femme et de leurs contradictions.

    Pour lire le texte chanté par Marilyn :http://www.marilynmonroe.com/about/music3.htm
    Pour voir Marilyn chanter :http://www.youtube.com/watch?v=p0FDGnAIWpk

    32 - du 11 au 17/02/2007 - "Le silence des diamants" (Zazou / Indéfini / Z.)

    Si les diamants pouvaient parler... que pourraient-ils bien nous raconter ?

    Ces pierres précieuses fascinent, et provoquent par leur présence (ou absence) beaucoup de choses... Il y a ce dont tout le monde parle - la vie dans les mines, les guerres, les diamantaires,... mais aussi bien sûr l'amour - et ce dont les diamants seuls pourraient nous faire partager le secret. Il vous est proposé cette fois de nous faire partager un récit plutôt de cette deuxième sorte, de faire du ou des diamant(s) les témoins, les narrateurs, de votre récit.

    Le but de l'exercice est aussi de surprendre, alors n'hésitez pas à nous entraîner de rebondissements en rebondissements, de rires en peurs, d'égrener la gamme des émotions jusqu'à totale adhésion du lecteur !

    Tous les genres et tous les thèmes sont acceptés alors... lancez-vous !

    Bonne écriture à toutes et tous : -)

    http://www.ecritureludique.net/article-15705809-6.html#anchorComment

  • Catégories : Mes textes en prose

    Les voeux

    Je ne crois pas beaucoup plus aux vœux qu’aux prières. Parce que depuis que je suis ado, je ne les ai pas vu se réaliser ou être exaucés. Les seules choses qui se produisent vraiment, ce sont les résolutions, les décisions (bonnes ou mauvaises) auxquelles se tient. Alors raconter l’histoire d’un vœu fait (il y en a tant et d’années en années, souvent les mêmes)et réalisé (les choses non cherchées comme l’amour et le bonheur qui va avec me sont tombées dessus sans que je fasse rien au départ pour que ça arrive), j’ai du mal à imaginer. Ce qui me surprendrait c’est que mes vœux se réalisent…. Remarquez, je n’en ai pas fait cette année…. J’ai pris des résolutions et pour l’instant, je les tiens à peu près.

    29 - du 16/01/2008 au 27/01/2008 - "Vœux" (Indéfini)

    Traditionnellement, en début d'année, on prend des résolutions, on fait des vœux... on se tient à certaines, certains se réalisent... certains même au-delà de nos espérances... ce qui peut avoir des conséquences très inattendues.
    Et si vous deviez cette fois raconter l'histoire d'un vœu fait, réalisé, et dont les résultats... surprennent ? Qu'imagineriez-vous ?

    La question est posée, à vous d'y répondre : -)

    http://www.ecritureludique.net/article-15705809-6.html#anchorComment

  • Catégories : Mes textes en prose

    Mon sac et moi

    Une vieille consigne de Casandra de l'Equipe de choc:http://devantmoi.canalblog.com/archives/2007/10/04/6421762.html
    VIDER SON SAC ... AU SENS PROPRE



    Mon sac, objet plutôt féminin, n’est pas très important pour moi. Je ne le prends que très rarement. Par contre, quand je sors, j’ai toujours avec moi mon portable. J’en fais un usage strictement utilitaire : pouvoir appeler ou être jointe en cas d’urgence (mon mari, les pompiers, la police…), dire « j’arrive » ou « où est-ce que je te rejoins ? »
    J’ai aussi un gros porte-monnaie avec un peu d’argent(ici, on paie beaucoup en liquide) et les papiers essentiels : carte de séjour, numéro de la personne à joindre en cas d’urgence(mon mari), ma carte consulat et de français à l’étranger en cas d’accident.
    Toujours en cas d’accident, ma carte de porteuse de lentilles, de donneuse d’organes, ma carte de retrait (on paie très peu par CB ici) et RIB.
    Enfin des choses un peu inutiles : un calendrier que je ne regarde jamais et une carte de fidélité que j’utilise rarement.
    Dans mes poches, j’ai toujours des kleenex, mes clés et souvent une liste de choses à faire ou/et à acheter.

    J'avais déjà décidé à ce moment là de vider mon sac au sens figuré mais je n'ai pas eu le temps; là, en fin d'année(temps de bilan), c'est le moment.
    Cf. http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/12/29/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-bilan-blog-ecriture-2007.html#comments

  • Catégories : Mes textes en prose

    Débat sur l'écriture sur le blog d'Irène et des Auto-édités qu'elle gère aussi

    Quel est la différence selon-vous entre un romancier et un écrivain ?
    Dans ma logique, je suis davantage une romancière et une conteuse qu'une écrivaine.
    Attend on plus d'un écrivain ?
    Le romancier a-t-il moins de contrainte , d'obligation d'écriture parfaite ? Peut-il prendre des libertés avec la vérité historique, scientifique, etc...

    MA REPONSE

    Instinctivement, je dirais que tout romancier(celui qui écrit des romans) est un écrivain (celui qui écrit) alors que l’inverse n’est pas vrai puisqu’ on peut aussi écrire des poèmes, des nouvelles, des bio, des essais, etc.

    Etymologiquement (Mon petit dico étymologique et historique)
    Jusqu’à la fin du 13 e siècle, l’écrivain était le copiste (du latin « scriba », scribe, greffier).
    Et depuis cette époque, l’écrivain est celui qui compose des ouvrages littéraires.
    « Romancier » est un mot plus récent ; le romancier est d’abord « celui qui adapte, compose en langue vulgaire » puis à partir du 17 e siècle celui qui « écrit des romans. »

    Donc d’après moi et ces définitions, tu es une écrivaine.

    Le blog d'Irène:http://www.mamirene.com/article-15357494-6.html#anchorComment

    Le blog des auto-édités:http://auto.editer.over-blog.com/article-15357669-6.html#anchorComment (tous les 2 dans ma liste de blogs)

  • Catégories : Mes textes en prose

    Ils s’étaient rencontrés au bal…

    e6cc264830bd13fc8c405f4cb1caf575.jpg



    C’était après la Première Guerre Mondiale. On dansait la valse et le tango.
    Il avait le nez un peu écrasé des boxeurs et il boxait. Il avait aussi une moto. Il avait surtout du charme, le savait et en jouait.
    Elle était rousse et avait le nez constellé de tâches de rousseur. Elle venait de Bretagne. Elle avait fui la pauvreté pour travailler en bonneterie. Elle sortait pour la première fois sans chaperon.
    Ils dansèrent puis ils parlèrent. Il ne lui cacha rien de sa situation de jeune père célibataire.
    Comme elle l’aimait déjà et qu’elle avait du caractère, elle se mit en ménage avec lui et s’occupa de son enfant.
    Le couple et l’enfant sont morts maintenant.
    Ils s’étaient rencontrés au bal…

    Image:"Danse de noce" de Brueghel le jeune,1607
    http://www.artyst.net/B/BruegelPieterII16-17/Bruegel.htm#

    Mais oui, la voici la NOUVELLE CONSIGNE :

    un mot : LE BAL

    Vous pouvez écrire sur LE BAL à n'importe quelle époque époque,
    dans n'importe quel milieu,
    à condition de rester dans le sujet.

    M'envoyer vos textes à l' adresse habituelle :
    jb3essarts@orange.fr

    Vous avez jusqu'au 10 Janvier 2008

    À vos plumes

    http://papierlibre.over-blog.net/

  • Catégories : Mes textes en prose

    Petite laine

    Pour se protéger  le corps du froid du dehors bien-sûr mais aussi pour se prémunir l’âme des coups de haine dans les couloirs de la vie sociale, de l’indifférence glaciale de sa famille, des petites phrases assassines des faux amis, des injures de presque inconnus, des silences gênés face au déballage (pourtant demandé) de nos problèmes, de la bêtise de la circulation urbaine. Pour se protéger de l’humidité des marées de soucis, des tempêtes de sable mélancolique.

    Il faut se tricoter maille  après maille sans en perdre un fil une petite laine avec ses rêves d’enfance réalisés ou irréalisables, les lectures faites ou tant à faire, les paysages qu’on a aimés et qu’on revoit en rêve comme si on y était  et tous ses lieux à voir, à visiter ; les connaissances qui font la tête bien faite et l’envie toujours de se lever le matin pour en apprendre plus, la curiosité saine.

    Il faut se tisser un paletot, un gilet d ‘érotisme et de sensualité contre la routine du quotidien, une couverture de pétillant champenois avec des bulles de plaisir, des bouffées de blondes. sans l’addiction, des foies gras et des marches toniques, des pommes croquées et des clémentines acidulées.

    Une petite laine avec le chant des oiseaux le matin au réveil, tes bras qui  bercent mes soirs et mes matins, ses disques préférées qu’on écoute en braillant ou qu’on savoure en silence.

     

    Le 27/12/2007

     

    Semaine du 24 au 30 décembre 2007

    Laissons gambader le sacré lutin et revenons à nos moutons... Le thème de la semaine est :

    Petite laine

    Pas d'autre contrainte sur le dos mais n'oubliez pas : vos textes doivent nous parvenir en fichier joint par mail avant le Dimanche 30 décembre minuit (heure de Paris).

    Et en attendant, ne prenez pas froid !

    Bonne semaine à vous et joyeuses fêtes de Noël.

    http://www.impromptus.fr/dotclear/
  • Catégories : Mes textes en prose, PLAN DE CE BLOG

    PETIT RECAPITULATIF DE MES DERNIERS TEXTES PARUS SUR CE BLOG

        d4cc5d7cb352686a9ac7ad5b800de320.jpg 

    1.A propos d’Halloween :

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/31/ecriture-sur-images-martine.html#comments      

    2.Lettre au Secrétaire du syndicat des héros littéraire : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/30/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu.html#comments

    3.L’amour en public : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/25/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu.html#comments

    4.Ombres mortes : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/22/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu.html#comments

    5.Ce matin-là : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/19/mon-texte-en-prose-inedit-sur-ce-blog-ecrire-la-suite-de-mad.html#comments

    6.Daniel et Cannelle 2 : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/11/mon-extrait-inedit-du-roman-de-cannelle-daniel-et-cannelle-2.html#comments

    7.Commentaire d’un passage extrait du roman de George Sand, "Les maîtres sonneurs » : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/08/mon-texte-en-prose-inedit-sur-ce-blog-commentaire-d-un-passa.html#comments

    8.Petite scène pour une marionnette : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/04/mon-texte-en-prose-inedit-sur-ce-blog-jeu-d-ecriture-propose.html#comments  

     9. La vie des autres :http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/29/vu-samedi-27-octobre-2007-a-l-ifc-maroc.html#comments

    10. Un peu de pub pour mon dernier livre : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/31/un-peu-de-pub-pour-mon-dernier-livre-avec-la-bonne-couvertur.html#comments

    11. Mon 3 e nouveau livre : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/26/mon-3e-nouveau-livre-un-deuxieme-recueil-de-poemes-paysages.html#comments

    12. Une nouvelle couverture pour mon nouveau livre : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/10/29/une-nouvelle-couverture-pour-mon-dernier-livre.html#comments

    13. Promenons-nous dans les bois : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/01/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu.html#comments 14. Les sables mouvants : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/03/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-les-sables-mouvants.html

    15. Le prince charmant : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/05/mon-extrait-inedit-du-roman-de-cannelle-le-prince-charmant.html#comments

    16. Goethe et Baudelaire 2 : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/08/goethe-et-baudelaire-2.html#comments

    17. Cyril C. : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/08/ces-textes-seront-publies-dans-la-revue-acacia-en-decembre-2.html#comments

              18. Enfin libre ! http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/13/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu.html#comments

    19. Ma chimère de chimère:http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/14/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu.html#comments 20. Le rêve :http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/15/mon-texte-en-prose-inedit-sur-ce-blog-le-reve.html#comments

    21. L'autre:http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/19/l-autre.html

    22. L’absinthe : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/21/l-absinthe-par-degas-manet-et-baudelaire.html

    23. La tempête: http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/24/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu-la-tempete.html

    24. Loin des yeux, loin du cœur ? http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/26/mon-texte-inedit-sur-ce-blog-jeu-loin-des-yeux-loin-du-cœur.html

    25. Zurich, un paysage décevant pour Nerval : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/27/zurich-un-paysage-decevant-pour-nerval-lors-de-son-voyage-en.html

    26.Constance, un paysage décevant pour Nerval : http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2007/11/28/constance-un-paysage-decevant-pour-nerval-lors-de-son-voyage.html

    27. Réponse de Cendrillon à la jeune fille parfaite 28. Cythère, un paysage décevant pour Nerval

    Cf mon mémoire en vente sur Lulu: http://stores.lulu.com/store.php?fAcctID=617288 (couverture ci-dessus et lien à droite de ce blog)

     

     
  • Catégories : Mes textes en prose

    La table renversée

    Une des dernières rares (elle à cause de son éloignement géographique, manque de temps et surtout d’envie, lui parce qu’il n’était chez lui que le week-end) fois où Cannelle a vu son père, ça a tourné(comme souvent) à la catastrophe. Il y avait son frère, sa sœur et sa mère qui elle, avait toujours été là pour lui quoiqu’il fasse. Mais Cannelle, elle, était seule, sans son mari. C’était avant leur départ pour l’étranger, avant leur cinquième déménagement en treize ans. Alors, son père se lança dans son couplet préféré : son mari n’était pas stable, ne savait pas garder un travail. Cannelle, comme d’habitude, essaya de rester calme car elle le savait, il n’écouterait pas son plaidoyer en faveur de son mari alors que son frère, sa sœur et sa mère n’osaient rien dire de peur de l’énerver encore plus. Tout le monde se regardait, gêné et Cannelle sentait une boule d’injustice gonfler dans sa gorge. Il pouvait la critiquer elle à la rigueur, elle avait l’habitude ; ça datait de l’adolescence. Mais quand on critiquait son mari, elle se transformait en tigresse. Surtout que toutes ses critiques, elle pouvait les retourner contre lui. Et n’en pouvant plus, c’est ce qu’elle fit jusqu’à la remarque de trop…
    Son père leva un poing rageur pour finalement renverser la table du déjeuner et partir en marmonnant d’autres remarques acerbes.

    Le 11/12/2007


    http://papierlibre.over-blog.net/article-14551508.html

    LA TABLE


    Laquelle ?
    Celle que vous voulez, de cuisine, du repas, de travail , de chevet... ou autre
    Le sujet est large, n'est-ce pas ....

    Envoyer vos textes avant Noël
    (c'est le 25 Décembre, comme d'habitude)
    à :

    jb3essarts@orange.fr

    Ne pas oublier de spécifier l'adrese de votre blog. Merci

    Bonne plume

    http://papierlibre.over-blog.net/

    Pour lire d'autres textes, cf. mes livres en vente sur Lulu:http://stores.lulu.com/store.php?fAcctID=617288
    et sur The book edition:http://www.thebookedition.com/paysages-amoureux-et-erotiques-jacques-coytte-p-143.html

  • Catégories : Mes textes en prose

    Les cadeaux et l'amour

    Le père de Cannelle faisait sans cesse des cadeaux, à sa femme, à sa mère, à sa belle-mère(qu’il ne pouvait pas sentir), à ses enfants et parmi eux à Cannelle, sa fille aînée.
    Pour son travail, il était sans cesse sur les routes et était absent de la maison du lundi au samedi. Et il revenait les bras chargés de cadeaux. Il y avait des vêtements pour sa femme qui en avaient plein ses armoires bien plus qu’elle n’ en avait besoin pour le peu qu’elle sortait de chez elle. Il y avait surtout des livres pour tout le monde. Des livres bien choisis mais en telle quantité qu’on n’avait pas le temps de les lire avant la prochaine « fournée. » Cannelle connaissait l’histoire de son père et savait qu’il avait été conçu pour remplacer un précédent enfant mort dans des circonstances mystérieuses après avoir mené une existence aventureuse. De plus, sa mère avait failli mourir en lui donnant naissance. La pression était très forte sur les épaules du cadet. Alors il lui fallait toujours prouver qu’il était mieux que « l’autre » par des cadeaux plus que par de vraies attentions, des moments agréables partagés, des paroles d’encouragement. Lui-même ne s’était pas senti aimé pour lui-même alors il pensait que les cadeaux le feraient aimer notamment de ses enfants. En fait ces derniers attendaient chaque fin de semaine un père Noël plus qu’un père qui aurait passé du temps et fait des choses avec eux. En achetant des cadeaux pour lui-même, il s’achetait aussi beaucoup de choses assez chères ; il gagnait assez bien sa vie. Il était donc très difficile de lui faire des cadeaux car tout ce dont il avait envie, il se l’achetait. Des achats compulsifs qui ne le rendaient pas heureux. Il jetait ses cadeaux plus qu’il ne les tendait et enfermait ses achats dans des cartons et des sacs qu’il empilait. A chaque occasion de cadeau, c’était un casse-tête pour sa famille. Et quand on lui donnait son présent, il disait vite merci et l’enfouissait dans ses cartons ou sacs. Un jour, cependant, il eut avec Cannelle, une réaction qui la rendit encore plus réticente à lui faire un cadeau de quelque importance. Elle était adolescente et n’avait d’argent que celui qu’on lui donnait pour son anniversaire, Noël, étrennes et Pâques. Elle avait économisé pour offrir à son père son eau de toilette (de marque) favorite, étant sûr que s’il ne lui faisait pas plaisir, il lui serait au moins utile. Quand elle lui tendit avec tout l’amour admiratif qu’elle avait pour lui, il lui cracha : « Toujours la même chose, vous m’offrez toujours la même chose ! … » Et il jeta le flacon contre le mur, le brisant en mille morceaux.

    Le 10/12/2007

    17/12 au 23/12/2007 - Théma : "Le cadeau inattendu"

    A l'approche des fêtes de noël, Ecriture Ludique se devait de vous proposer son exercice "de saison"... mais plutôt que de rester dans cette unique thématique de noël, bien sympathique mais déjà mille fois traitée, que diriez-vous d'élargir un peu le champ ? Il vous est cette fois proposé de raconter, dans un ou plusieurs textes, quels cadeaux inattendus ont reçus vos personnages, de qui, en quelles circonstances (pas forcément noël, ni même un anniversaire ou une date "prévue pour", ce peut être n'importe quand, mais expliquez)le), et ce que cela a provoqué, en n'hésitant pas à surprendre, choquer, faire exploser de rire ou paniquer... tout cela selon vos envies :-)

    Vos participations seront votre cadeau, certainement inattendu, à la communauté Ecriture Ludique, à tous les auteurs et lecteurs qui la font vivre et grandir, ainsi qu'à son papa (Kildar) et au responsable de ce blog (Michel - Faux rêveur). Merci d'avance :-)

    http://www.ecritureludique.net/article-14409576-6.html#anchorComment

  • Catégories : Mes textes en prose

    Loin des yeux, loin du cœur ?

    Un jour, Cannelle a quitté sa maison pour habiter à trois kilomètres avec Daniel.
    En deux ans, sa famille à elle est venue la voir trois fois. Un jour, Cannelle a quitté sa région ; Daniel changeait de travail. Ils se rapprochèrent géographiquement et sentimentalement de sa famille à lui. En trois ans, sa famille à elle vint une fois. Ils changèrent de maison et encore deux fois de région ; trois autres maisons aussi. Ils habitèrent à l’autre bout de la France par rapport à leurs familles respectives puis se rapprochèrent à mi-chemin. En cinq ans, celle de Cannelle vint cinq fois dont une fois presque contrainte et forcée pour leur mariage. Les proches de Daniel vinrent souvent et avec plaisir. Un jour, Cannelle et Daniel quittèrent leur pays, toujours pour le travail. Ses parents, bien qu’âgés vinrent les voir dés qu’ils furent installés. Ils appelèrent aussi régulièrement. Ils sentirent donc quand leurs enfants furent en difficulté et les aidèrent du mieux qu’ils purent. Du côté de Cannelle, ils furent étonnés et firent le minimum pour eux. Peu importe la distance, les gens qui vous aiment, ne vous oublient pas ; les autres vous oublient un peu plus…


    Thème du concours de novembre chez Laurélyne : La morale de l'histoire ....

    Vous devez écrire une histoire ayant comme conclusion une morale
    ( Votre texte ne doit pas depasser les 15 lignes ).
    Envoyez moi votre participation à l’adresse mail suivante : Laurin928@hotmail.com , avant le 22 novembre .
    Les internautes voteront le 23 novembre et le nom du gagnant sera affiché le 25 novembre.
    Le gagnant remportera un lien de son blog, jusqu’au prochain concours (Decembre).

    http://maporteouverte.over-blog.com/article-13722290-6.html#comment22428570

  • Catégories : Mes textes en prose

    La tempête

    13776d047f9f3edd2841d2f24c5d856c.jpg

    Après avoir passé les fêtes dans leur famille, Cannelle et Daniel découvraient en redescendant vers le sud où ils habitaient le spectacle d’apocalypse des forêts dévastées par la tempête. Ils étaient à un tiers de leur route lorsque Cannelle appela sa grand-mère pour lui dire le bonheur qu’elle avait eu à la voir. La tempête avait sévi aussi chez la presque nonagénaire et elle n’avait plus de chauffage électrique depuis plusieurs jours ; elle n’avait que 15 degrés dans sa maison. Les services concernés étaient débordés par l’ampleur des réparations à effectuer. La famille, à cinquante kilomètres de chez elle, n’avait pas réagi. Alors quand Cannelle expliqua à Daniel ce qui se passait, il fit demi-tour pour faire les quelques centaines de kilomètres qui les séparaient de la grand-mère de Cannelle. Daniel était comme ça ! et c’était une des raisons qui faisait que Cannelle l’aimait. Beaucoup en profitaient mais….
    Quand ils arrivèrent chez l’octogénaire, elle était pelotonnée dans plusieurs couches de vêtements mais toujours frigorifiée. Elle avait sorti un poêle à pétrole mais ne savait pas comment le faire fonctionner. Daniel, regarda, l’alluma et lui expliqua. Ils attendirent avec elle que la température dans la maison remonte à un niveau acceptable puis repartirent vers le sud.

    Le 22/11/2007

    http://imaginal.over-blog.fr/pages/proposition_dexercice_pour_ecriture_ludique-64497.html

    fa3d249f28e46d84a15b9feef6d7e939.jpg

    Proposition d'exercice de Françoise:Beaucoup disent que la forêt derrière chez moi n'est pas belle, qu'elle est mal entretenue, car les pins abattus par la tempête du passage au troisième millénaires n'ont jamais été redressés.

    Moi, je l'aime.
    En m'y promenant, j'y rencontre des choses étonnantes.
    Voici quelques photos végétales.
    Puissiez-vous y trouver l'inspiration !

    Comme d'habitude, Il est possible de s'inspirer de l'une ou l'autre des images, de plusieurs ou de toutes, librement.
    Cet exercice n'a pas été retenu pour Ecriture Ludique.

    http://imaginal.over-blog.fr/pages/proposition_dexercice_pour_ecriture_ludique-64497.html

    bfeedd24add57aa214886fb027e75962.jpg

    Je me suis inspiré de ces 3 photos pour mon texte.... la 4 e demain avec un poème...