Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

1 ère ex-aequo du Café Thé n° 86 - "Jardin extraordinaire"...

C'est un jar-din ex-tra-or-di-nai-re 

 

C'est un jardin public près de chez nous où ma petite soeur a appris à faire de la bicyclette. 

C'est un jardin où je rencontre des femmes peintes par Claude Monet dans la banlieue parisienne. 

C'est le jardin familial où je regardais couler l'eau sur un petit pont de bois avec un livre. 

C'est  une "entrée" de "jardin public à Arles" et les "Alyscamps" que je contemple 

En reproduction chez moi: un paysage parcouru là-bas et peint aussi par Vallotton et Gauguin. 

C'est le jardin en contrebas de la maison de ma grand-mère où je cueillais les dahlias 

Qui illuminaient notre petit appartement  de jeune couple; les dahlias du fleuriste casaoui. 

C'est encore le compagnon d'Arles de Van Goh ,Gauguin qui sait aussi peindre la neige 

Recouvrant un jardin comme j'en ai photographié ici et ailleurs, le blanc silence. 

C'est mon premier jardin de femme amoureuse dont a plus tard incendié la maison. 

C'est "Le Jardin des délices" de Bosch qu'on a parcouru des yeux pendant des siècles 

Sans jamais en épuiser la richesse, la perversité, la beauté et la science du peintre et du paysage. 

C'est notre jardin du Sud-ouest où se plaisait un laurier rose sous la garde des monts d'Olmes. 

C'est un jardin de Bretagne que Renoir met en scène avec un enfant et deux femmes. 

C'est un rosier planté sous la neige et le laurier-rose mort dans un camion, sur la route. 

C'est Pissarro, l'artiste-jardinier d'Eragny, célébré en ce moment à Paris. 

C'est le Parc de la Ligue Arabe à Casablanca, notre exil marocain, bleu, blanc et vert. 

C'est "Le Jardin du Luxembourg" chanté par Nerval et peint par Matisse. 

C'est le jardin public de St Mandé d'où je respirais en sortant de ma chambre de bonne 

Au sixième étage sous les toits pour lire Julien Gracq et autres classiques. 

C'est "Le jardin fleuri de Golding" peint par l'un des pères du paysage anglais, Constable. 

Ce sont les jardins de ville visitées: jardins-mondes de villes-mondes comme Istanbul ou Venise. 

C'est le jardin de Tivoli, paysage rêvé et peint par Corot, un pèlerinage sur un rocher à faire. 

L'année dernière, à Giverny, il y a eu une exposition intitulée, "Caillebotte, peintre et jardinier " Parce qu'il a beaucoup évoqué les jardins dans son oeuvre.

C'est un jar-din ex-tra-or-di-nai-re

Les résultats complets

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.