Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:Nocturne en noir et or, La fusée retombante

Un feu d'artifices pour la P 98



 

James Abbott McNeill Whistler, Nocturne en noir et or, La fusée retombante, 1875,huile sur bois, 60 x 46 cm, Detroit Institute of Arts, Detroit




Whistler, peintre dandy

 Et pour en savoir plus Artips, on en apprend des choses !

 

https://imagesreves.blogspot.fr/2018/01/un-feu-dartifices-pour-la-p-98.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+ImagesEtRves+(Images+et+r%C3%AAves)

Nocturne en noir et or, La fusée retombante

Aux feux d’artifices, j’ai toujours préféré le bal   qui les précédait ou les suivait

Je me désolais que l’annonce de la pyrotechnie interrompe ma danse et mes chants.

Cependant, comme tout le monde, je levais la tête pour voir le bal des fusées

Qui retombait ensuite en une gerbe dorée et colorée sur le paysage nocturne.

 

Mes bijoux argentés ou dorés enfilés pour le bal s’unissaient aux tableaux des ciels des

Peintres : depuis Baudelaire, je savais que « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent[1]. »

Kandinsky et Whistler ont ainsi pu lier couleur et musique en des titres

De morceaux comme « Nocturne » ou « Improvisation » où les couleurs dansent

 

[1] bAUDELAIRE, Correspondances

Les commentaires sont fermés.