Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La chapelle Foujita à Reims(à voir lors d'un prochain voyage)

C'est à la suite de la visite de la basilique Saint-Remi que Tsuguharu Foujita décide de se convertir au christianisme et qu'il reçoit son nom de baptême, Léonard. C'est donc à Reims qu'il décide d'édifier une chapelle...

La Chapelle Foujita

En 1964, René Lalou, directeur d'une Maison de champagne et Léonard Foujita (1886-1968), peintre japonais de l'école de Paris, décidaient de concrétiser, par la construction d'une chapelle, leurs sentiments de reconnaissance suite à l'illumination mystique que Foujita avait ressentie à la basilique Saint-Remi de Reims et qui l'avait conduit au baptême, avec René Lalou pour parrain et Béatrice Taittinger pour marraine, le 14 octobre 1959 en la cathédrale de Reims.


Commencée en 1965, la chapelle a été entièrement conçue par Foujita, qui en avait tracé les plans, dessiné les ferronneries, les vitraux et les sculptures. Il surveilla l'exécution et décora l'intérieur.


Foujita avait choisi le style roman à la fois pour accentuer l'impression de recueillement et parce qu'il reconnaissait la place de la fresque. Abordant à 80 ans, pour la première fois, cette technique si difficile, il eut dès le début "la certitude de son travail et la joie de la découverte perpétuelle de son œuvre". La sincérité totale fut l'idée-force qui l'inspira.


Soucieux de ne pas céder à la mode, il a conservé ce fond de stylisation qui marqua ses débuts artistiques. Foujita a choisi la fresque qui satisfaisait son goût de la couleur. [C'est une technique de peinture extrêmement ancienne, utilisant un enduit frais, sur lequel l'artiste doit peindre très vite. La fresque exige une grande sûreté de main, car il n'est pas possible de se corriger, la couleur pénétrant rapidement dans l'enduit]. Remarquables par leur fraîcheur, leurs lignes souples, courbes, inspirées par l'art oriental, ces compositions offrent des bleus, des ors, des jaunes et des verts ainsi que des rouges très atténués, proches du brun.


Les vitraux sont traités dans les jaunes, verts et bleus et le maître verrier a notamment retrouvé ce jaune profond des vitraux troyens qui joue si admirablement au soleil.


La chapelle est bénie le 1er octobre 1966 et est solennellement remise à la Ville de Reims le 18 octobre 1966.

http://www.reims.fr/culture-patrimoine/musees-et-collections-permanentes/chapelle-foujita.htm

En savoir plus sur notre voyage-de-l-ete-2017/

Achetez mes livres et lisez mes textes inspirés par ce que je vis en voyage et chez moi

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.