Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Catégories : Guibert Hervé

Hervé Guibert

Hervé Guibert (Paris, 1955 - Clamart, 27 décembre 1991) est un écrivain français.

Journaliste, romancier et photographe, il fut l'un des proches de Michel Foucault, Isabelle Adjani et Sophie Calle. Passionné de photographie, il sera critique pour le journal « Le Monde » pendant huit ans. Son rapport à l'écriture se nourrit pour l'essentiel d'autobiographie et d'autofiction. En 1990, il révèle sa séropositivité dans son roman À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie - qui le révèlera par ailleurs à un public bien plus important. Ce roman sera le premier d'une trilogie, composée également du Protocole compassionnel et de l'Homme au chapeau rouge. Dans ces derniers ouvrages, il décrit de façon quotidienne l'avancée de sa maladie. Il est mort du SIDA en 1991 après un travail artistique acharné sur cette maladie qui inlassablement lui retire ses forces, notamment au travers de photographies de son corps et d'un film qu'il réalisa avec la productrice Pascale Breugnot quelques semaines avant sa mort.

  • Site Hervé Guibert[1] qui se propose de recueillir le plus grand nombre d'informations concernant l'écrivain, journaliste et photographe Hervé Guibert. Il s'est donné comme objectif de remédier à une relative disparité des ressources sur Hervé Guibert disponibles sur l'Internet. Il espère par ailleurs contribuer à une approche plus complète de son œuvre en dépassant notamment l'étiquette restrictive de l'écrivain sidéen.

 

  • Stéphane Grisi, Dans l'intimité des maladies : de Montaigne à Hervé Guibert, 1996.
  • Coll., le Corps textuel d'Hervé Guibert, 1997.
  • François Buot, Hervé Guibert : le Jeune Homme et la mort, 1999.
  • Bruno Blanckeman, les Récits indécidables : Jean Echenoz, Hervé Guibert, Pascal Quignard, 2000.
  • Jean-Pierre Boulé, Hervé Guibert : l'entreprise de l'écriture du moi, 2001 (Voir le compte rendu de Arnaud Genon sur le site Fabula [2].
  • Christian Soleil, Hervé Guibert, 2002.
  • Mathieu Lindon, Je vous écris : récits critiques, 2003.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Herv%C3%A9_Guibert

Commentaires

  • Merci Laura, tu t'es décarcassée, comme Ducros (les épices) (Pourquoi Ducros il se décarcasse ?)

  • j'ai lu beaucoup de ses livres et c'était un plaisir de lui consacrer 2 notes

  • je ne connaissais pas hervé guibert je le decouvre grace à toi,,,je suis allé en savoir encore un peu plus,,


    raphie

    Au départ, il rêvait d'être cinéaste. A 17 ans, recalé au concours de l'Idhec, Hervé Guibert s'intéresse à la photographie avec un petit Rollei offert par son père qu'il gardera toute sa vie. Il expose et publie plusieurs ouvrages. Après quelques débuts difficiles dans sa carrière de comédien, qui lui font rencontrer Patrice Chéreau - plus tard, il écrira avec lui le scénario de 'L'Homme blessé' - à 21 ans, il intègre la rédaction du 'Monde' où il est critique à la rubrique photographie pendant huit ans ; c'est la période la pleine expansion de cet art de l'image. Petit prince aux dons multiples, il n'a que 23 ans quand il publie, en 1977, grâce à Régine Deforges, son premier livre, 'La Mort propagande'. Son deuxième roman, 'Suzanne et Louise', est davantage un roman photo. Homosexuel, atteint du sida, Hervé Guibert a constamment placé la maladie au coeur de son oeuvre. Après plusieurs livres au succès incontestable, il atteint la gloire en 1990, en révélant sa maladie dans 'A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie', talent qu'il confirme l'année suivante avec 'Le Protocole compassionnel'. De son mal mortel, il va faire le 'grand' reportage de sa vie. Il aura, en tout cas, goûté à toutes les formes d'oeuvre d'art durant sa vie : photographe, journaliste, écrivain - avec pas moins de 28 ouvrages -, chroniqueur de photographies, scénariste et vidéaste... Il meurt, à 36 ans, des suites d'une tentative de suicide ; il ne pouvait plus supporter sa lente agonie.

  • Ce qui est terrible chez cet artiste, quand je relis son œuvre, c'est de voir combien la révélation de son SIDA lui a donné l'occasion de se revendiquer artiste. Il a fait de son SIDA une œuvre d'art et de sa vie une tragédie. Grand ami d'Isabelle Adjani dans le premier livre que tu cites, il se plaint largement d'elle... C'est en Marine qu'on découvre Isabelle Adjani...

  • Des livres très forts que j'ai lus il y a longtemps...

  • Bonsoir,

    Quel plaisir de trouver un article (je farfouille) sur un écrivain que j'ai beaucoup lu au début des années 90 : fou de Vincent, A l'ami..., cytomégalovirus, le protocole..., tous toujours dans ma bibliothèque d'ailleurs. Tiens, tu m'as donnée envie de les relire!!!

    Bonne soirée!

  • J'ai tout lu moi aussi... fascinée...

  • Un écrivain que je ne connaissais pas, une découverte comme tu en tant dans ta bibliothèque
    En ce moment j'appprécie de pouvoir reprendre libre cours à la lecture , les idées se remettent en place , c'est tout plaisir
    Douleurs sans fin, comme toi , doit-on encore en parler ? ( j'ai été choutée durant deux jours par l'augmentation d'une dose pour un médicament) , j'ai sombré dans le vide, c'est bizarre comme effet , mais j'avais déjà ressenti cet effet avec ce dernier tant que mon organisme ne s'était habitué )..Peu présente sur les blogs, mais je ne t'oublie pas pour autant
    Bisous

  • Je n'ai pas lu ses livres mais je me souviens de lui à cause de sa maladie et donc on en avait parlé dans les journaux et à la télé. BONNE SEMAINE.

Les commentaires sont fermés.