Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon texte inédit sur ce blog:Les Faux-Saulniers de Gérard de Nerval, 1850

Le thème de la semaine

 
 
Après nous avoir fait partager vos paysages et vos états d'âme, saurez-vous imaginer un lien entre les dix mots suivants?
boutoué, bât, bégayer, expansible, haï, motoculter, paradoxal, ponctionner, réoccitaniser, tubulaire 


En prose ou en vers, bégayant ou paradoxal votre texte devra nous parvenir avant dimanche 25 septembre minuit à l'adresse habituelle :impromptuslitteraires[at]gmail.com

____________________________________________

Vous pouvez toujours, bien sûr, visiter la page Facebook des Impromptus Littéraires : Cette page est accessible ici !

Notre souhait est que cette page devienne un lieu d'échange à la fois convivial et décontracté, tout en conservant bien entendu l'esprit des Impromptus et le respect des Instructions Générales du site.

Vous pourrez vous exprimer à votre guise, poster des photos, proposer des idées de thème, parler de vos coups de cœur (ou coups de gueule) littéraires, nous faire part de vos impressions, suggestions, avis sur le site … etc …[1]

Nous nous efforçons d'illustrer les thèmes hebdomadaires, mais aussi de communiquer de façon plus interactive :)

N’hésitez pas à nous y rejoindre …

Les instructions générales de participation sont accessibles ici.
Pour revenir à la page d'accueil il faut cliquer ici

Notes
[1] Si vous êtes vous-même inscrits sur Facebook. Mais si vous n’êtes pas (encore) inscrits, ou ne le souhaitez pas, vous pouvez tout de même consulter la page, et nous faire des retours par mail.
 
http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/p/le-theme-de-la-semaine.html

Les Faux-Saulniers de Gérard de Nerval, 1850

Contrairement à ce qu’on peut penser, cette œuvre de mon écrivain préféré  n’a pas grand-chose à voir avec le boutoué et l’univers de la saliculture. Cela peut sembler paradoxal car « Saulnier » est bel et bien un synonyme de « paludier » c’est-à dire celui qui récolte le sel. Les faux-Saulniers sont des trafiquants de sel. Le personnage principal de cette œuvre est le Valois, paysage, d’ailleurs, où se situent  de nombreuses œuvres de Gérard de Nerval. Si vous ne connaissez pas ce territoire, il faut aller le découvrir entre la Picardie et l’Ile de France actuelles. Comme il y a beaucoup de cours d’eaux petits et grands, le paysage est celui du « vert paradis des amours enfantines » de Charles Baudelaire[1]  et de Nerval, mes deux auteurs fétiches.

C’était il y a « seulement »  166 ans, une époque qui a beaucoup inspiré notre époque contemporaine, le début même, par bien des aspects de ce qu’on appelle le moderne par Baudelaire notamment. Cependant, dans la campagne, on ne songeait pas encore à motoculter.

L’enquête que Nerval mène dans ce récit le mène de Paris à Senlis via Soissons et il faut imaginer d’une part que le poète ne prenait pas forcément le chemin le plus court et d’autre part, que les trajets se faisaient dans une voiture à cheval et c’est là que le bât blesse pour nous, obsédés de vitesse alors que l’objectif même de ces voyageurs était de prendre le temps de voir, écrire. Les « Touristes » loin d’être des acharnés du « tout compris » et du « low coast » faisaient au contraire « Le grand Tour » ; il n’était pas à la portée du premier venu tout de même.

Comme on avait découvert que l’eau était expansible, on avait pu inventer la machine à vapeur puis le chemin de fer mais le rythme du voyage était loin de celui d’aujourd’hui et dont beaucoup se plaigne pourtant.

Aucune alerte information secondaire sur un fait divers déjà passé de mode ne venait ponctionner le temps de celui  qui mettait toute son énergie et sa pauvre bourse dans le voyage en Italie sur les pas de Stendhal ou en Orient comme Nerval.

Son ami Théophile Gautier, lorsqu’il est (sans doute) passé par le Sud-ouest pour son « Voyage en Espagne », ne pensait pas à réoccitaniser cette région qui devait être fière déjà de ses traditions et de sa langue.

On a souvent ranger-parce qu’on aime bien ranger dans des cases- Nerval parmi les auteurs mineurs, les « petits maîtres » disait-on avec dédain et sans bégayer. On devait d’ailleurs sûrement imaginer que Nerval bégayait ; cet être chétif et fou. N’a-t-il pas effectué plusieurs séjours chez le Docteur Blanche, là où il y a quelques années, j’ai vu un consulat ?

Nerval s’intéressait à beaucoup des choses qui l’entouraient (comme moi) et c’est sûrement pour ça qu’il a écrit des œuvres dans tant de domaines différents : théâtre, poésie, récit de voyage etc. Je ne sais pas s’il a eu le temps de s’intéresser à l’industrie et à la production  en tubulaire. Il est mort si jeune, trop jeune. J’ai haï cette rue de la Lanterne où il se serait pendu

 

[1] Moesta et errabunda dans Les Fleurs du Mal

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur ce blog

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.