Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science - Page 6

  • Catégories : Science

    Un thermomètre à remonter dans le temps

    Par Tristan Vey
    25/05/2010 |

    Pour tester leur méthode, les scientifiques ont déterminé à partir de dents la température corporelle d'espèces vivantes comme l'éléphant ou le requin. Avec succès. (crédits: Florida Museum of Natural History/Jeff Gage)
    Pour tester leur méthode, les scientifiques ont déterminé à partir de dents la température corporelle d'espèces vivantes comme l'éléphant ou le requin. Avec succès. (crédits: Florida Museum of Natural History/Jeff Gage)

    En analysant la composition atomique de dents et d'os fossilisés, les scientifiques parviennent désormais à mesurer la température corporelle d'espèces disparues. Une technique qui permettra à terme de savoir si les dinosaures étaient ou non à sang chaud.

    Lire la suite

  • Catégories : Science

    La première greffe complète du visage réalisée en Espagne

    Cinq ans après la première greffe partielle de la face en France, une équipe de chirurgiens espagnols a passé le cap de la transplantation totale d'un visage.

    http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/04/23/01030-20100423ARTFIG00388-la-premiere-greffe-complete-du-visage-realisee-en-espagne-.php

  • Catégories : Science

    Préface des "Chefs d'oeuvre du génie humain"(notes de lecture)

    grande muraille.jpgp.3:"Il arrive à chacun de regretter de n'avoir qu'une vie. Cette nostagie-là se guérit d'un bon livre et, plus particulièrement, par les moments passés en compagnie des "Chefs d'oeuvre du génie humain."

    Ce livre dans ma bibliothèque Babelio:

    http://www.babelio.com/livres/Collectif-Chefs-doeuvre-du-genie-humain-les-grandes-realis/107459

  • Catégories : Science

    L'Europe s'ancre dans l'espace

    556f1e4b8fc8b3e8e78a71c536f52ba2.jpgLaurent Suply (lefigaro.fr) avec AFP
    12/02/2008 | Mise à jour : 08:54

    Les deux Américains (au centre)préparent l'amarrage de Columbus à l'ISS (AFP/Nasa)

    Le laboratoire européen Columbus s'est amarré avec succès à la Station Spatiale Internationale, inaugurant la première présence permanente de l'Europe en orbite.

    L'Europe est enfin en orbite. Lundi, à 22h44 heure de Paris, Columbus a été amarré avec succès à la Station Spatiale Internationale (ISS). Embarqué le 7 février à bord de la navette Atlantis, le laboratoire spatial européen a été fixé au cours d'une sortie extravéhiculaire de près de huit heures des cosmonautes américains Rex Walheim et Stan Love.

    Les deux mécaniciens de l'espace ont d'abord fixé sur le laboratoire une « prise » qui a permis à Canadarm 2, le bras robotique de l'ISS piloté de l'intérieur par l'astronaute Leland Melvin, de le saisir et de le mettre en position pour l'amarrage.

    De l'intérieur, le Français Léopold Eyharts a alors actionné seize boulons électriques pour verrouiller le module. « Houston, Munich, Columbus fait maintenant partie de l'ISS » a alors pu annoncer Eyharts aux deux centres de contrôle (voir l'histoire du grand mécano de l'espace en images).

    Dès mardi, les astronautes pourront entrer dans Columbus et commencer à tester les équipements. En première ligne, Eyharts restera dans l'ISS plusieurs semaines pour activer toutes les fonctions de Columbus (vérifiez votre connaissance de Columbus avec notre quiz).

    Avec ce module cylindrique de sept mètres de long et de dix tonnes, l'Europe dispose enfin d'un avant-poste permanent dans l'espace. Jusqu'à présent, seuls les Etats-Unis et la Russie disposaient de leur laboratoire. Columbus permettra de réaliser des centaines d'expériences dans les biotechnologies, la médecine, les matériaux et les fluides, augmentant considérablement les capacités de recherche de l'ISS (lire l'interview d'Alain Berthoz à propos des études en microgrativé).

    Revivez l'installation de Columbus minute par minute et en images sur le blog francophone de l'Esa ou sur ce forum de passionnés d'astronautique.

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/02/12/01008-20080212ARTFIG00280-l-europe-s-ancre-dans-l-espace.php

  • Catégories : Science

    Pleins feux sur Mercure

    Laurent Suply (lefigaro.fr)
    31/01/2008 | Mise à jour : 18:57 |
    .

    La sonde Messenger a livré ses premières images sur la face cachée de Mercure. Découvrez les premiers secrets de cette planète méconnue en images.

    .
    .
    Elle semble de prime abord blanche comme la Lune, mais Mercure est en fait subtilement colorée. Cette image montre ces teintes pastel dans des longueurs d’onde de 1000 à 430 nanomètres, là où l’œil humain ne peut saisir que le spectre de 400 à 700 nanomètres. Les traces bleues révèlent les cratères les plus récents.
    Elle semble de prime abord blanche comme la Lune, mais Mercure est en fait subtilement colorée. Cette image montre ces teintes pastel dans des longueurs d’onde de 1000 à 430 nanomètres, là où l’œil humain ne peut saisir que le spectre de 400 à 700 nanomètres. Les traces bleues révèlent les cratères les plus récents. (NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington)

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/01/31/01008-20080131DIAWWW00568-pleins-feux-sur-mercure.php

  • Catégories : Science

    La Lune s’affiche en haute définition

    10/11/2007 | Mise à jour : 21:45 |
    .
    La sonde japonaise Kaguya a tourné de splendides images de notre satellite. Découvrez les en vidéo.
    À 100 km d’altitude au-dessus de la surface lunaire, la sonde japonaise Kaguya a un point de vue privilégié sur notre satellite. Autre particularité, cet engin d’étude scientifique embarque à son bord une caméra de télévision haute définition, financée par la chaîne japonaise NHK, qui fait la promotion de ce format d’image. Le 31 octobre, cette caméra a filmé les premières vues en TV HD de la surface lunaire, lors d’un survol depuis l’océan des Tempêtes vers le pôle nord, avec une lumière très rasante. L’étude détaillée des pôles de la Lune est l’un des objectifs les plus intéressant de la mission japonaise, car ces régions sont envisagées pour accueillir les bases permanentes envisagées par le programme lunaire habité de la Nasa.


    Crédits: Jaxa/NHK

    ICI POUR VOIR LA VIDEO:http://www.lefigaro.fr/sciences/2007/11/10/01008-20071110ARTFIG00207-la-lune-saffiche-en-haute-definition-.php

  • Catégories : Science

    L’origine mystérieuse des rayons cosmiques

    ca773e940fb9ef169e735727bf3e5e0d.jpg

    Marc Mennessier
    09/11/2007 | Mise à jour : 21:20

    Des rayons cosmiques (Simon Swordy/Nasa).
    L’observatoire Pierre-Auger en Argentine lève une partie du voile sur la provenance des particules les plus énergétiques jamais observées dans l’Univers.
    Qui sont-ils ? D’où viennent-ils et comment font-ils pour parvenir jusqu’à nous ? Malgré tous les efforts déployés depuis leur découverte, en 1938, par le physicien français Pierre Auger, ces trois questions restaient sans réponse : les rayons cosmiques d’ultra-haute énergie qui provoquent au contact de l’atmosphère d’immenses gerbes de particules (électrons, photons…) avaient fini par devenir l’une des plus fascinantes énigmes de la physique mo­derne.

    Si elle ne résout pas tout, l’étude qui fait aujourd’hui la une de la re­vue américaine Science, par la collaboration Pierre-Auger qui regroupe plus de 300 chercheurs de 17 pays, constitue un événement scientifique majeur. «Nous avons fait un grand pas pour résoudre le mystère», se réjouit, dans un communiqué, le Prix Nobel de physique James Cronin de l’université de Chicago, qui fut, avec ses collègues Alan Watson, de l’université de Leeds (Royaume-Uni), et Murat Boratav, de l’univer­sité Pierre et Marie Curie-CNRS, l’un des initiateurs de l’observatoire ­Pierre-Auger. Autrement dit, le plus grand instrument scientifique consacré à la traque de ces étranges phénomènes cosmiques, déjà opérationnel, bien que son installation, au cœur de la pampa, près de la ville de Mendoza (Argentine), ne soit pas encore terminée.

    «Nous sommes parvenus à dé­montrer que les rayons cosmiques à ultra-haute énergie se sont formés en dehors de notre galaxie, la Voie lactée, qu’ils proviennent probablement de galaxies à noyau actif relativement proches de la Terre (à quelques centaines de millions d’années-lumière tout de même…) et qu’ils sont plutôt constitués de protons», ré­sume l’un des auteurs de la publi­cation, Antoine Letessier-Selvon, directeur de recherche au CNRS/IN2P3 (Institut national de physique nucléaire et de physique des particules) qui fut, dès 1992, avec Murat Boratav, l’un des promoteurs de l’observatoire Pierre-Auger en France.

    Pour bien comprendre l’importance de la découverte, il faut se représenter de minuscules grains de matière (protons ou noyaux d’éléments plus lourds comme le fer) fonçant à travers l’espace à des vi­tesses proches de celle de la lumière (environ 300 000 kilomètres par se­conde). Le tout à des niveaux d’énergie inimaginables. Sur les milliers de rayons cosmiques détectés depuis 2004 par l’Observatoire Pierre-Au­ger, environ 80 avaient une énergie supérieure à 40 milliards de milliards d’électrons-volts, des exaélectrons-volts ou EeV (un 4 suivi de 19 zéros !). «Cela signifie qu’une seule de ces particules possède l’énergie suffisante pour élever d’un degré Celsius la température d’un gramme d’eau qui en contient environ dix mille milliards de milliards», ex­plique Antoine Letessier-Selvon qui propose une seconde analogie. Dans son anneau souterrain de 27 km de circonférence, le futur grand accé­lérateur (LHC) du Cern, près de Genève, sera capable de produire des faisceaux de protons d’une énergie de 10 13 électrons-volts (1 suivi de 13 zéros) : un niveau encore jamais atteint sur Terre. «Or, pour produire un rayon cosmique de 57 EeV, il faudrait construire un accé­lérateur d’une circonférence de 270 millions de kilomètres, soit 7 000 fois le tour de la Terre à l’Équateur!»


    Galaxies dotées de noyaux actifs

    Où et comment l’Univers parvient-il à accélérer des particules à de tels niveaux d’énergie, inatteignables à l’échelle sur notre planète ? On comprend mieux pourquoi cette question excite la curiosité des scientifiques depuis des décennies. Et pourquoi dix-sept pays ont réuni 54 millions de dollars pour lancer en 1999 la construction de l’observa­toire Pierre-Auger.

    Si les rayons cosmiques de «faible» énergie (moins de 3 EeV tout de même !) ont une répartition spatiale à peu près uniforme, les auteurs de l’étude ont montré, en reconstituant leur trajectoire dans l’atmosphère terrestre, qu’il n’en va pas de même pour les plus énergétiques d’entre eux (plus de 57 EeV). Ces derniers proviennent, en effet, de régions du ciel relativement proches, comme le plan supergalac­tique, où la densité de matière est la plus élevée et où l’on trouve le plus de galaxies dotées de noyaux actifs. Alimentées par des trous noirs supermassifs qui en­gloutissent la matière environnante, ces galaxies à noyaux actifs pourraient effec­tivement jouer le rôle d’accélérateurs cosmiques, mais les scienti­fiques ignorent encore par quels mécanismes précis ils pourraient produire des niveaux d’énergie aussi élevés.

    La faible déviation de trajectoire (entre 3 et 6 degrés) provoquée par les champs magnétiques galactiques et extragalactiques suggère également que les rayons cosmiques sont plutôt composés de protons que de noyaux d’éléments plus lourds. Ces derniers possédant plus de charges électriques devraient être beaucoup plus fortement dé­viés. Mais là en­core, il est impos­sible de trancher, car ces champs magnétiques que l’on connaît très mal peuvent avoir une intensité plus faible que prévu et donc avoir une action moindre sur les particules chargées.

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2007/11/09/01008-20071109ARTFIG00005-lorigine-mysterieuse-des-rayons-cosmiques-.php

  • Catégories : Science

    Une ligne grande vitesse Paris-Clermont à l'étude

    1eba5d90d80d20cce43a19392ac604bc.jpg

    Clermont-Paris en deux heures par le train à l'horizon 2020. En Auvergne, on se réjouit de cette annonce...

    Le 30 octobre, le gouvernement a annoncé son intention de réaliser une ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Paris à Lyon, via Clermont-Ferrand. Objectif : désengorger l'actuelle liaison TGV Paris-Lyon. Une ligne au bord de la saturation. Paris et Clermont sont actuellement reliées par une ligne classique qui passe par Nevers et Vichy

    "Dans le cadre du Grenelle de l'environnement, nous avons décidé (...) de demander une étude à Réseau ferré de France" (RFF) sur cette liaison qui pourrait passer par Orléans et Bourges, a annoncé mardi le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau lors d'un point de presse. Il était aux côtés de Brice Hortefeux ministre de l'Immigration,de l'identité nationale et du co-développement, et conseiller régional d'Auvergne. Cette étude de faisabilité, commandée cette semaine, doit être remise "avant le printemps" et sera alors présentée au CIACT (Comité interministériel d'aménagement et de compétitivité des territoires) avant une prise de décision du gouvernement, a-t-il ajouté. Il faudra alors compter dix à quinze ans pour la réalisation de la ligne sielle est décidée, a estimé Dominique Bussereau.  "L'objectif est de mettre Paris à deux heures de Clermont à terme" contre près de 03h30 actuellement, et Clermont à environ une heure et demie de Lyon, a précisé Brice Hortefeux. Le tracé exact ainsi que le coût seront déterminés par l'étude de RFF, propriétaire du réseau national et à ce titre maître d'ouvrage en matière de construction de lignes.


    En 2005, le conseil économique et social d'Auvergne avait préconisé une rénovation de la ligne classique plutôt que la construction d'une ligne nouvelle pour réduire le temps de parcours entre la capitale et Clermont-Ferrand.

    - France 3 -
    Cliquez ici pour voir en grand

    Une liaison ferroviaire rapide entre Paris et la capitale auvergnate : le dossier n'est pas nouveau. Mais ce nouveau projet ferroviaire, qui pourrait voir le jour d'ici treize ans, est différent de tous les autres projets élaborés depuis plus de vingt ans en Auvergne. En décembre 1988, on parlait déjà d'un TGV pour Clermont reliant la ligne Lyon-Paris via Vichy et Montchanin. Aujourd'hui, ce nouveau projet doit beaucoup au Grenelle de l'Environnement dont l'une des dispositions retenues est la réalisation de 2.000 km de lignes à grande vitesse nouvelles à l'horizon 2020. A terme, grâce à cette nouvelle ligne à grande vitesse Nord-Sud qui se poursuivrait jusqu'à Lyon, l'Auvergne pourrait se trouver au centre d'un carrefour ferroviaire majeur. En effet, Clermont Métropole défend au autre projet  : le Transline, un TGV Bordeaux-Milan.

    Ci-dessous le reportage signé N.Ferro & L. Jardy (+ images FR3-1988)
    Intervenant : Renée Souchon, Président du Conseil Régional Auvergne

     Une ligne à grande vitesse entre Paris et Clermont (JT 19/20 le 30/10/2007)

    Vidéos


    Liaison rapide Paris-Clermont sur les rails ?
    Les explications de Dominique Bussereau et Brice Hortefeux ...

     

    http://rhone-alpes-auvergne.france3.fr/info/35865530-fr.php
    //]]>
  • Catégories : Science

    Top 10 des sites les plus pollués du monde (diaporama)

    40ca95950a9ab7c0150d9f84070bfacb.jpgL’ONG américaine Blacksmith Institute vient de dévoiler la liste des sites les plus pollués du monde. Zinc, dioxyde de soufre… les causes de contamination sont variées. Conséquence : des populations locales touchées par de véritables catastrophes sanitaires. Découvrez les 10 sites les plus pollués en images.

    Du Pérou à la Russie, le nouveau classement des sites les plus pollués de la planète, révélé par Blacksmith Institute, n’épargne aucun continent.

    L’activité minière et métallurgique est la principale raison de pollution grave puisque les différents groupes de ces secteurs rejettent de nombreuses substances toxiques. Conséquences : une population locale touchée par d’importantes difficultés sanitaires et de nombreux problèmes de santé : «la réalité des faits, c’est que les enfants sont malades et meurent dans ces lieux polluées. Et a chaque cas, on doit trouver des solutions différentes», explique Richard Fuller, directeur de Blacksmith Institute avant d’ajouter : «cette année, on a beaucoup plus entendu parler des problèmes de pollution dans les médias mais il y a eu très peu d’action. Il faut vraiment avancer sur ces sujets et mettre en place des programmes».

    Une majorité de sites pollués en Asie
    La majorité des sites pollués se trouvent en Asie, notamment en Chine, en Inde, et en Russie. Les régions épargnées sont celles du Moyen-Orient et de l’Océanie. Parmi les nouveaux sites recensés dans le Top 10 du Blacksmith Institute, on trouve Tianying en Chine, qui produit massivement du plomb. Un matériau qui provoque des troubles intellectuels chez l’enfant, souligne le rapport. De même, pour Vapi en Inde, qui est une région envahie par l’industrie. Au total, plus d’une cinquantaine de sites polluent le sol et les eaux avec des pesticides, du mercure, du plomb. Autre nouveau site à faire partie des lieux les plus contaminés de la planète : Sumgayit en Azerbaïdjan. Ce sont les métaux lourds et l’industrie chimiques qui sont les principales causes de pollution dans cette région. Ainsi, le taux de cancer de Sumgayit est de 22 à 51% plus élevé que la moyenne nationale, indique le rapport. Les mutations génétiques et les déformations de naissance sont courantes dans la région.

    Découvrez le classement des 10 sites les plus pollués, en cliquant ici

    Top 10 des sites les plus pollués du monde

    Sumgayit, Azerbaïdjan
    Linfen, Chine
    Tianying, Chine
    Sukinda, Inde
    Vapi, Inde
    La Oroya, Pérou
    Dzerzhinsk, Russie
    Norilsk, Russie
    Chernobyl, Ukraine
    Kabwe, Zambie

    Source : Blacksmith Institute




    Céline Galoffre

    19/10/2007

    http://www.batiactu.com/data/19102007/19102007-180027.html

  • Catégories : Science

    Le chaudron de Saint-Etienne devient vraiment «vert»

    Le stade Geoffroy-Guichard, qui abrite 2.600 m2 de panneaux de solaires sur son toit, vient de commencer à produire de l’énergie verte à Saint-Etienne. Ces équipements ont pour objectif d’alimenter le réseau basse tension d'EDF.

    La centrale solaire installée sur le toit de la tribune ouest du mythique stade de Saint-Etienne, connu également sous le nom de «Chaudron vert», a débuté mercredi sa production d’électricité.

    Cette centrale de 2.600 m2 de panneaux de solaires va alimenter le réseau basse tension d'EDF. Au total, 1,85 million d'euros ont été investis dans le projet, financé à 72% par la SECP, une société constituée à parité de la Caisse des Dépôts et Consignations et du constructeur de panneaux photovoltaïques Ténésol (détenu par EDF et Total). Le reste de l'investissement provient de Saint-Etienne Métropole, avec des subventions de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'energie), d'EDF et de la région Rhône-Alpes.

    Au total, cet équipement va produire annuellement 205.000 KWh, soit la consommation électrique moyenne (hors chauffage et eau chaude) de 60 foyers, tout en évitant le rejet dans l'atmosphère de 70 tonnes de CO2. Dans les prochaines semaines, un panneau sera installé à proximité du stade pour indiquer les chiffres de la production électrique en instantanée, cumulée et l'économie de rejet de CO2 dans l'atmosphère.

    Cette action intervient alors que le stade de Saint-Etienne va accueillir trois matchs de la coupe du monde de rugby qui débute le 7 septembre et qui a pour ambition d’être la plus respectueuse possible de l’environnement.





    31/08/2007

    http://www.batiactu.com/data/31082007/31082007-175755.html

  • Catégories : Science

    Paris-Londres en 2h15(Pour Didier)

    Vincent Fertey.
     Publié le 04 septembre 2007
    Actualisé le 04 septembre 2007 : 17h2271150977e8e769e9570b706865b70480.jpg

    AUDIO. L’Eurostar a réalisé un voyage inaugural avec une arrivée au nouveau terminal de Londres Saint Pancras qui remplacera la gare de Waterloo à partir du 14 novembre prochain. Fabrice Amedeo, journaliste au Figaro, était du voyage…

    Toujours plus vite. Avec l’aménagement d’un tronçon à grande vitesse côté britannique, l’Eurostar desservira Londres en 2 heures 15. Pour ce trajet inaugural, Paris a été relié à Londres en 2h03, un temps record. Les tarifs resteront inchangés : de 77 euros à 589 euros pour les tarifs les plus élevés.
    Saint Pancras International, la nouvelle gare qui accueillera la ligne à grande vitesse a subi un grand lifting, avec l’avantage de desservir les villes du nord sans changement de gare. Avec un investissement total de 7,5 milliards d’euros, la rénovation de St Pancras témoigne de la volonté des Anglais de se relier à l’Europe de la grande vitesse.
    Ecoutez les impressions de Fabrice Amedeo à sa descente de l’Eurostar à St Pancras.