Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:Mon paysage

Semaine du 12 septembre au 18 septembre 2016 - Chaque paysage est un état d'âme

 
Cette semaine nous nous laissons inspirer par une idée proposée par Laura Vanel-Coytte

"A partir de cette citation de
Henri-Frédéric Amiel "Chaque paysage est un état d'âme", j'aimerais que vous parliez de votre paysage et ou de vos paysages/état(s) d'âme.
Que ce paysage vous inspire ou vous rebute, il influe sur vous.
Inversement, votre état d'âme peut changer le paysage, le rendre lumineux ou triste.
Le paysage peut être naturel ou urbain, réel ou imaginaire, littéraire ou pictural etc."
 
Qu'il soit en prose ou en vers, votre texte devra nous parvenir avant dimanche 18 septembre minuit à l'adresse habituelle : impromptuslitteraires[at]gmail.com
 
http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/

Mon paysage

Mon paysage est dans ces deux CDI où je suis documentaliste:

Deux lieux pour deux temps comme le reflet de mon âme;

Un temps pour gagner sa vie parfois à contre coeur et âme,

Un temps pour être moi complètement en écriture et livres.

 

Mon paysage est dans ces lycées si loin en temps et espace

Du lycée de ma jeunesse où régnait encore les voiles catholiques.

Le professeur de latin était un curé à la rhétorique surprenante.

C'est aujourd'hui entre deux collines, hier sur une plaine.

 

Mon paysage est où je fuis la communauté éducative,

Auquel j'appartiens sans vraiment en être, porte d'ivoire

Et de corne à franchir avec Gérard de Nerval, frère d'âme

Toujours entre veille joyeuse et sommeil mélancolique.

 

Mon paysage est dans cette ville que j'ai choisie entre celles

Que j'ai aimées, accueillante comme Lille et presque aussi chaude

Que la Drôme: deux paysages parmi d'autres vécus en traverses

Comme deux hommes qu'on adore mais qu'on quitte.

 

Mon paysage est dans cet appartement que je peux isoler de livres

Contre l'indifférence des uns, la violence des autres et la bêtise

Qui perce dans mes choix télévisuels mais qu'importe: tel le crabe

Que je suis, je vais où me porte les vagues de mon paysage d'âme.

 

13 septembre 2016

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur ce blog

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.