Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog: Lointains

Semaine du 7 au 13 novembre 2016 - Lointains

 
crédit photo Tisseuse
 
Cette semaine nous vous proposons tout simplement de vous laisser inspirer par cette photo : "Lointains".
En vers ou en prose votre texte devra nous parvenir avant dimanche 13 novembre minuit à l'adresse habituelle : impromptuslitteraires[at]gmail.com
 
http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/

Lointains

J’aime m’asseoir sur un banc et regarder les paysages

Des proches aux lointains et du lointain au proche.

Je pense souvent à ceux à qui ont vu ce paysage

Avant moi: mes proches et les autres: les célèbres

Admirateurs de paysages assis sur un banc ou en marche.

J'essaie de regarder aussi bien qu'eux comme si je

Devais ne jamais revenir le voir, des lointains au proche

Je regarde comme je vis, comme si j'allais mourir la seconde

D'après: ne pas attendre pour visiter, voir, vivre ce paysage:

Un regard urgent et en même temps  un regard vierge

Même si je le vois chaque matin en ouvrant ma fenêtre

Ou chaque année  quand je m'assois sur ce banc  ou un autre.

Je voudrais vous d-écrire comme un des premiers "touristes":

Pétrarque gravissait le Mont Ventoux et voyait juste,

Justement comme j'aimerais re-gravir la colline de Fourvière

A Lyon ou celle de la Bonne-Mère à Marseille.

Plus tard, je suis Rousseau tout à ses "rêveries" solitaires:

Le père de la promenade, préromantique : aller sur sa tombe

Dans la belle Ile de France nervalienne, Ermenonville.

Croiser "Aurélia" à Senlis ou au bord de la Nonette.

J’aime m’asseoir sur un banc et regarder les paysages

Des proches aux lointains et du lointain au proche.

 

8 novembre 2016

 

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur ce blog

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.