Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog: Mon paysage imaginaire

Défi #436

Placez ces expressions dans un texte poétique :

- Le Grenier des Anges

- L'Encrier

- Les Orangers

- Grandeur Nature

- Hémisphère Sud

- La Maison Bleue

- Passion

- La Plume d'Oie

- Couleurs du Temps

- Vie Privée

- Bleu Ardoise

-D'après une idée proposée par Joe Krapov-

 

Bonne Année

Nous attendons vos participations à

samedidefi@gmail.com

A tout bientôt !

samedidefi

Mon paysage imaginaire

 

 

Dans Le grenier des anges, il y a mon petit train de mon enfance                                                                                                                                                                             Que je voudrais offrir à mon ingénieur préféré: un relais-symbole

 

Il doit y rester  aussi une lettre écrite avec L'encrier d'un peintre

 

Qui changea une timide  jeune fille gauche  timide en fière amante.

 

 

 

Je me suis allongé sous Les orangers pour finir Irezumi un polar

 

Japonais qui mêle intrigue fine et psychologique et culture nippone.

 

Mes paysages Grandeur nature dépasseront-ils un jour la dérive

 

De mes rêves de découverte paysagère et picturale? Serais-je un jour repue?

 

 

 

Irais-je un jour jusqu'à l'Hémisphère sud tester les limites de ma curiosité?

 

Y  chanterais-je une Maison bleue en grattant une guitare de Georges Braque?

 

Passion et savoir sont les mamelles de ma résistance aux souffrances.

 

Je me souviens de La plume d'oie qui traçaient sur moi confiance et plaisir

 

 

 

Si les Couleurs du temps blanchissement peu à peu mes cheveux

 

Ma soif d'apprendre est de plus affûtée par l'incompréhension crasse

 

Vie privée n'est -il pas un titre de film ou une limite à ne pas dépasser

 

Dans ce poème qui hésite entre culture et nature, entre campagne et ville?

 

 

 

Je m'arrête en haut de la colline et je regarde le Bleu Ardoise des toits

 

D'une cité qui mêle tous mes paysages passés  parcourus et lus.

 

Je lirais toujours la presse sans me soucier de leur orientation

 

Je noircirais mes doigts à l'encre de tes yeux qui me cherchent.

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.