Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Paysages d'écrivains voyageurs

Ohé Matelôts !!!

Pour ce défi 189, Quichottine nous propose … :

Il s’agit d’un sujet que Jeanne m’a incité à te proposer.

« Le sujet de cette quinzaine pourrait être « fiction ou réalité ? »

Avec un mot à caser : voyage. »

Jeanne a précisé :

« Fiction ou réalité rebondit sur la petite phrase de Dômi :

« La vie est une pièce de théâtre » en la questionnant.

Le mot voyage à caser me semble aussi une bonne idée.

Et les voyages sont aussi intérieurs. »

Comme en ce moment je manque un peu de temps,

Jeanne proposait que ce soit comme pour la dernière quinzaine :

« et pour le suivi on peut faire comme la dernière quinzaine tout le monde à la barre »

L’important est que tous ceux qui en ont envie puissent participer.

Voyage en poésie, c’est aussi un beau sujet pour les jeudi en poésie. 

Merci à tous.

Quichottine.

Le Môt de Dômi

Je résume …

Défi du lundi : Fiction ou réalité ?

« La vie c’est comme une pièce de théâtre … »

Parce que ….

“Il y a dans les planches une beauté qui permet à tous,

initiés ou non, d’entrer en contact avec différents univers.”

Avec un mot à caser : Voyage

Pour les jeudi poésie Jeanne et Quichottine nous invitent au voyage.

Tout le monde est à la barre pour plus de facilité.

Voilà chers amis Croqueurs de Môts, l’année s’achève

Je vous remercie pour les bons moments passés en votre compagnie

Désolée de mon manque de suivi, mais voilà on ne choisit pas toujours.

Malgré cela, je reviens en septembre continuer cette formidable aventure.

Je vais certainement fermer quelques portes afin de me concentrer

Sur cette communauté qui m’apporte beaucoup de sérénité.

En attendant je vous dis à jeudi.

Bises amirales.

Dômi.

Paysages d'écrivains voyageurs

J'ai beaucoup voyagé avec un écrivain avec lequel j'ai vécu deux ans: Baudelaire.

Sa famille  l'avait envoyé vers Calcutta et nous embarquâmes sur un paquebot.

"L'albatros" décrit les jeux de l'équipage pendant "Le voyage" qui lui apparaît "amer."

A cause d'avaries, nous débarquâmes à l'Ile Maurice, "Un hémisphère dans une chevelure

Dit les "les longues heures passées sur un divan dans la chambre d’un beau navire […] »

Le  beau paysage de Maurice est la terre luxuriante du "Parfum exotique." Il renonce

A poursuivre notre voyage vers les Indes, dans cet infâme "fauteuil immobile."

A l'île Bourbon adresse au riche planteur qui fut son hôte, "A une dame créole,"

Inspiré par sa femme, poème galant imprégné d'un exotisme qui fera école.

Quand nous serons revenus dans ce Paris dont il peignit de si grands "tableaux"

Et dont sa famille voulait l'éloigner de l'influence délétère, ce voyage sera

Son "Ailleurs" désirable face à l'"Ici" infernal des paysages spleenétiques.

 

J'avais à l'époque un amant  qui se prénommait Gérard de Nerval avec lequel

Je pris d'autres chemins dans la capitale. Il était né dans le quartier St Martin

Et nous partîmes souvent de là vers l'Est dans le Valois et la Picardie.

Ces "Promenades" dans le pays de Rousseau étaient encore de vraies aventures.

Avec lui, je me sentais "filles de feu" qui hantaient Chaalis et Ermenonville

Où nous nous recueillîmes sur l'île aux Peupliers; il voulait voir les terres

Où sa mère lui avait été retiré; la Silésie impliquait d'aller plus loin vers l'Orient.

Il me fit visiter ses "petits châteaux de Bohème" avant de m'embarquer

Pour notre Grand Tour en passant par la Suisse où le lac de Constance

Fut le théâtre de nos amours enfin au grand jour: je ne me consacrais plus qu'à lui

Lorsque nous traversâmes l'Allemagne; à Vienne, j'eus une méchante rivale

Mais je lui suivis tout de même dans ce qui était encore Constantinople

Et le Caire où il berça nos "Mille et une nuits" par ces récits du "Ramazan"

Où le grand architecte "Adonisa" nous mena vers les sciences occultes.

 

28 mars 2017

 

 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.