Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:Ca paraissait pourtant simple

Le thème de la semaine

C'est bientôt la rentrée des écoliers et la rentrée littéraire, mais pour Les Impromptus c'est la rentrée maintenant :)

Énoncé ainsi, cela semble simple, et pourtant, peut-être que pour certains d'entre nous ça ne l'est pas tant que ça...

Nous avons donc décidé d'entamer cette nouvelle saison avec un thème proposé par Bricabrac :

Ça paraissait pourtant simple.

 

Qu'il soit en vers ou en prose, vous devrez nous faire parvenir votre texte avant dimanche 3 septembre à l'adresse habituelle impromptuslitteraires[at]gmail.com, afin qu'il soit publié.

 

Alors, à vos stylos, claviers, tablettes, téléphones...et bonne rentrée !

http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/p/le-theme-de-la-semaine.html

 

Ca paraissait pourtant simple

Ca paraissait pourtant simple d'écrire un poème à partir d'un thème, une phrase

Il suffisait d'aligner les mots  pour en faire un vers, des vers qui deviendrait une strophe.

Ca paraissait simple d'utiliser de belles images, des symboles voire une métaphore

Filée: ce serait un paysage avec un arrière et un premier plan, des personnages mais secondaires.

 

Ca paraissait pourtant simple: exprimer  son ressenti, ses idées  si possible avec des rimes.

Mêmes pauvres, même misérables, les rimes font le poème, la poésie et le poète.

Ca paraissait pourtant simple même rien ne venait, sauf des mots banals sans rimes,

Ni queue, ni tête: ses idées partaient en quenouilles, ses émotions paraissaient sans âme.

 

Ca paraissait pourtant simple d'écrire: un papier, des crayons ou une belle plume

Mais quand l'inspiration ne vient pas, c'est l'angoisse des cadors: de la page blanche

Ca paraissait pourtant simple mais à quoi bon parler pour ne rien dire?

Tenter plutôt de clore comme il faut ces quelques lignes: un sourire d'excuse.

 

29 AOUT 2017

 

 

 

 

 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.