Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon texte inédit sur ce blog: Paysages de nus

Défi 193 : Ca nous fait une belle jambe …

  1. octobre 2017· 7 commentaires · Catégories: Annonce défi

Ohé Matelots, pour le défi 193 j’ai confié la barre

de la goélette des croqueurs de Mots

à Martine (Quai des Rimes)

et c’est avec plaisir qu’elle vous propose …

écrit en prose ou en vers un texte ayant pour titre

«Ça me fait une belle jambe »

au sens propre ou celui de l’expression dont l’origine est surprenante.

 

Pour les jeudis en poésie des 19 et 26 octobre 2017 :

Le corps humain (dans son intégralité ou en partie).

Si le thème ne vous inspire pas : quartier libre

Le Môt de Dômi

Que dire si ce n’est que l’élève a dépassé le maître 

Tout est dit, expliqué, illustré

J’en reste bouche bée 

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter

de trouver l’inspiration.

Et le premier ou la première

qui me dit que ça lui fait une belle jambe

je l’attends dans mon cockpit 

 

 

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/2017/10/16/defi-193-ca-nous-fait-une-belle-jambe/

Paysages de nus

Auguste Renoir peint des femmes à la peau claire, notamment nues et parfois « couché » dans un paysage verdoyant.

Henri de Toulouse-Lautrec était un habitué des bordels où il peignit notamment un « Nu devant un miroir »

Camille Corot choisit une nymphe  et la couche sur un drap blanc posé sur l’herbe.

Roy Lichtenstein préfère adosser son nu à un oreiller jaune

Le « Nu à l’éventail » de Paul Ranson a la peau mate dans un décor violet, bleu et vert

Henri Matisse a notamment peint un nu aux petits seins et aux hanches larges sur fond rouge.

La femme nue de Courbet a comme l’Olympia de Monet a un petit chien pour compagnon.

Comme Corot, Modigliani fait trancher son nu doré sur le blanc d’un coussin.

Paula Modersohn-Becker peint la nudité enfantine avec une cigogne.

Comme la majorité de sa peinture, les nus de Marie Laurencin sont pâles voire fades.

Paul Gauguin peint Suzanne, nue, en train de coudre, le décor est violet et vert, peau blanche

« L’espérance » nue de Puvis de Chavannes est menue, blanche sur drap pur et herbe verte.

Le drap blanc de la femme couchée de Félix Vallotton est agrémenté d’un coussin jaune.

Le « Nu » de Georges Rouault est cerné de noir comme presque toute sa peinture.

La « femme nue » de Dali regarde son propre  corps avec drap  blanc et tête antique

Raoul Dufy choisit l’atelier  rouge comme décor de son nu rose avec fauteuil jaune

Le « nu de dos » de Francis Picabia est bronze, le drap qui drap le bas de son dos est foncé

Diego Riviera peint une femme aux hanches aussi larges que la brassée d’arums qu’elle enlace.

Henri Lebasque place  son nu  sur un fond violé, accoudé à une cheminée blanche.

 

17 octobre 2017

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.