Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:Si en voyant ce tableau, tu penses à...(extrait)

Pour la page 107, la tendresse

 

Après les chaussures à conviction,

les ruines d'Alep avec M. Anis,

comme moi, 

vous aurez sans doute envie d'un peu de tendresse 

pour pallier ce monde 

de brutes. 

 

Alors je vous propose aujourd’hui une toile de M. Béla Kádár.

 

 

 

 
Women and cat

 

 

Béla Kádár, peintre hongrois, est l'un des membres les plus célèbres de l'avant-garde hongroise du début du XXème  siècle.

 

 
 (autoportrait du peintre ? Si quelqu'un peut me le confirmer...)

 

De 1899 à 1903 il étudie le dessin industriel, il fréquente le Pattern Designer Institute, école de Henrik Knirr à Munich. Il a notamment utilisé l'esthétique d'un éventail de mouvements, tels que, le constructivisme, le cubisme et l'expressionnisme allemand et s'est concentré sur le folklore traditionnel hongrois pour inspirer son imagerie.  
  




  
Figures abstraites, objets, paysages ou intérieurs, ses palettes sont lumineuses.  

Né dans une famille juive ouvrière, à la mort de son père Kádár, encore très jeune, fut contraint de travailler.

Lors de son parcours, il assiste une compagnie de peinture murale avant de visiter Berlin et Paris, là il est  influencé par l'art d'avant-garde de l'époque.

Il se lie d'amitié avec le peintre hongrois Hugo Scheiber et s'installe un moment à Berlin pour exposer davantage son travail.

En 1914  il est enrôlé dans l’armée comme un caporal puis renvoyé à cause de la variole.

Durant la seconde guerre Mondiale, il perd sa femme et ses deux fils et vit dans le ghetto de Budapest.

 

En 1926 il participe à une exposition d’art moderne au Brooklyn Museum à New York et passe près d’un an aux États-Unis. 

En 1930 il expose aux États-Unis ainsi qu'à Budapest.

 

Aujourd'hui, les œuvres de Kádár font partie de la collection de la Galerie nationale hongroise à Budapest.

 

 

P.S. Certaines de ses œuvres me font penser (de loin) à celles de Frantz Marc que nous avons eu l’occasion de voir dans l’Herbier et qui pourrait bien à l’avenir susciter une nouvelle page.

 

Pour Frantz Marc, c’est ICI

https://imagesreves.blogspot.fr/2018/03/pour-la-page-107-la-tendresse.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+ImagesEtRves+(Images+et+r%C3%AAves)

Si en voyant ce tableau, tu penses à...

Si en voyant ce tableau Béla Kádár , tu penses à Franz Marc, moi, je pense

En regardant "Women and cat" , à Marie Laurencin[1]  pour le portrait de femme

A cause de ses  contours flous, de ses couleurs pastels et tons fades

Que je croyais à tort associés à Berthe Morisot, à) Mary Cassatt, aux femmes

 

La suite ici

31 mars 2018

 

 

[1] http://www.lauravanel-coytte.com/apps/search?s=marie+laurencin&search-submit-box-search-1092=OK

[2] http://www.lauravanel-coytte.com/apps/search?s=franz+marc&search-submit-box-search-1092=OK

[3] https://www.invaluable.com/auction-lot/bela-kadar-1877-1955-cityscape-oil-on-paper-70-c-32u6prejqx

[4] https://www.pinterest.fr/pin/547257792193939908/

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.