Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : louise bourgeois

  • Au Kunstmuseum de Bâle, Jenny Holzer met en scène les mots de Louise Bourgeois

    Vendredi 18 février 2022
     

    Numéro 871


    Au Kunstmuseum de Bâle, Jenny Holzer met en scène les mots de Louise Bourgeois
    • Le Musée des beaux-arts du Canada ouvre un département Voies autochtones et décolonisation
    • Bras de fer autour de la reconstruction de Notre-Dame de Paris
    • L’Académie des beaux-arts monte au créneau face à la censure des nus artistiques sur les réseaux sociaux
     
    Consulter cette édition
    Facebook
    Twitter
    Instagram
    The Art Newspaper France
    Copyright © 2022 TAN France (The Art Newspaper France), Tous droits réservés.
  • Parmi les ”200 artistes expliqués” dans ”Le grand livre de l'art contemporain”:Louise Bourgeois, LA LIONNE de l'art

     

    The Arch of Hysteria

    By Rob Boddice 

    Louise Bourgeois’ The Arch of Hysteria (1993) is well known for its subversion of the typical gendering of the hysteric, placing the curved, taut frame associated with Charcot’s Salpêtrière female patients into an unmistakeably male form.

    Arch

    Louise Bourgeois, The Arch of Hysteria, 1993

    https://remedianetwork.net/2014/06/23/the-arch-of-hysteria/

     

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2018/01/11/j-ai-craque-ce-midi-a-la-bu-pour-le-grand-livre-de-l-art-con-6016126.html

     

    Louise Bourgeois, <br/>la lionne de l'art<br/>

    La doyenne de la scène new-yorkaise, née en France en 1911, est morte ce lundi à l'âge de 98 ans. Le Centre Pompidou lui avait rendu hommage en 2008.

    http://www.lefigaro.fr/culture/2010/05/31/03004-20100531ARTFIG00728-louise-bourgeois-la-lionne-de-l-art.php

    1ère publication:01/06/2010 16:06

    http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2018/01/11/j-ai-craque-ce-midi-a-la-bu-pour-le-grand-livre-de-l-art-con-6016126.html

  • Louise Labé

    Pierre Charly, apprenti cordier (peut-être d'origine italienne), né aux alentours de 1470, illettré au point de ne pas savoir signer, épouse Guillermette Decuchermois, sans doute âgée ; celle-ci est veuve depuis 1489 de Jacques Humbert, dit Labé (ou L'Abbé [forme la plus ancienne], l'Abé, Labbé, Labbyt), cordier installé rue de l'Arbre sec. Pierre reprend le surnom de Labé, qui est attaché au fonds. Il s'agit d'une raison sociale, et c'est bien ainsi que Louise l'utilisera, comme nom de plume.

    Ce copyright concerne mes textes et mes photos. Si vous souhaitez utiliser un de mes textes ou photos, merci de me contacter au préalable par e- mail et de citer mon nom et le mon adresse URL... comme je m'efforce de le faire pour les créations des autres.

    Mes essais

    tirés de mes recherches universitaires
    ISBN:978-2-9531564-2-3

    Notes récentes

    ISBN :978-2-9531564-9-2

    Juin 2024

    Mort de Guillermette. Pierre Charly est alors propriétaire d'un atelier, d'une maison de trois étages et d'un vaste jardin sis rue de l'Arbre sec. Le couple ne semble pas avoir eu d'enfants.

     

    1515

    Pierre Charly épouse en seconde noces Étiennette (ou Estienne) Roybet, veuve Deschamps (alias Compagnon). Il en hérite une propriété, La Gella (« une maison tinailler, colombier, vignes, appelé de la Gela, contenant en vigne XX fosserés », Louise aimera cette propriété et c'est là que sera le jardin décrit par l'auteur des Louenges, mais ce sont ses frères qui en hériteront, de par la volonté de sa mère), et de deux maisons, l'une « tirant de saincte catherine à la porte Saint-Marcel », l'autre « joste le grand chemin de saint-Vincent à la croix Benoiste Gaignet ». La famille possède également une maison dans la « ruette tendant de l'Arbre Sec en rue Pizay », une autre dans la rue de l'Arbre sec et une demeure à Saint-Jean de Thurigneu.

    Premiers écrits de Clément Marot.
    Naissance de Jean Goujon, sculpteur.
    Avènement de François Ier.
    Bataille de Marignan.
    Léonard de Vinci vient résider en France.

    1519

     

    Cortès au Mexique

    1520

     

    Lyon se veut la « Florence française ».

    Naissance de Pernette du Guillet.
    Entrevue du Camp du Drap d'or entre François Ier et Henri VIII.
    Luther est condamné pour hérésie.
    La Sorbonne veut interdire l'étude du grec.

    1521

     

    Probable séjour d'Érasme à Lyon.
    Tour du monde de Magellan
    Excommunication de Luther
    Guillaume Budé dirige la Bibliothèque Royale.

    1523-1524

    Mort d'Étiennette, âgée au plus de 45 ans. Le couple a eu plusieurs enfants : Barthélémy, François, Mathieu, Claudine (religieuse ?) et très probablement Louise.

     

    1520-1524

    Naissance de Louise Labé, rue de L'Arbre-sec, au domaine de la Gella [le plus probable], ou à Parcieux-en-Dombes [sans doute pas], où la famille de sa mère avait une propriété, (à l'entour du domaine de la Grange blanche ?).
    Certains auteurs reculent sa date de naissance jusqu'en 1515, d'autres l'avancent à 1526. Si elle est née en 1524 ou avant elle est très probablement la fille d'Étiennette ; dans le cas contraire sa mère serait Antoinette [ce n'est sûrement pas le cas].

    Traduction française de L'Éloge de la Folie d'Érasme

    1524

     

    Naissance de Joachim du Bellay
    Début de la construction du château de Chambord

    1525

    Pierre Charly épouse Antoinette Taillard, la [probablement jeune] fille d'un boucher (qui jouissaient d'une position sociale supérieure à celle des cordiers), qu'il semble avoir beaucoup aimée. Le couple aura deux enfants, Jeanne et Pierre II Charly, qui héritera du surnom de son père, Labé. Antoinette dictera son testament et mourra en 1571.

    Naissance de Pierre de Ronsard.
    Bataille de Pavie et captivité de François Ier.

    1528

     

    Mort de Machiavel.
    Publication d'un traduction en latin des Dialogues de Lucien de Samosate (Louise s'en inspirera pour le Débat de Folie et d'Amour.)

    1529

     

    La grande Rebeyne, révolte des pauvres de Lyon (29 avril).
    Naissance de Brueghel.
    Paix des Dames à Cambrai.

    1530

     

    Entrée des enfants de François Ier à Lyon.
    Création du Collège des lecteurs royaux (futur Collège de France).
    Confession d'Augsbourg.

    1531

     

    Première édition des Triomphes de Pétrarque en français

    1532

     

    Rabelais attaché comme médecin à l'Hôtel-Dieu.
    Naissance d'Étienne Jodelle
    Clément Marot : L'Adolescence Clémentine.
    L'Arioste : Le Roland Furieux .

    1532 ou 1533

     

    Possible date de naissance de Clémence, fille de Claude de Bourges, seigneur de Villeurbanne, Lieutenant Général du Piémont, contrôleur des finances ; poétesse et musicienne, elle sera l'amie de Louise. Ses vers sont perdus.
    Publication du Pantagruel de Rabelais chez Claude Nourry
    Publication des Oeuvres Toscanes, un recueil d'élégies latines de Luigi Alamanni.

    1533

    En tant que « maître des métiers », Pierre Charly est un des quarante fondateurs de l'Aumône générale de Lyon. Il est également membre de la Confrérie du Saint-Esprit. Il contribue aussi à la création du Collège de la Trinité, où furent mis en application les grands principes de la pédagogie humaniste.

    Pseudo-découverte d'un prétendu tombeau de Laure de Noves en Avignon par Maurice Scève.
    Naissance de Montaigne.
    Mort de L'Arioste.
    Publication du Platon de Marsile Ficin.
    Mariage du futur Henri II avec Catherine de Médicis.
    Prise de Cuzco par Pizarro.

    1534

    L'éducation de Louise semble avoir été particulièrement soignée, à l'italienne, peut-être par un précepteur [Antoine Fumée ?, ce dernier fut en tout cas son maître à un moment donné.], peut-être au couvent de La Déserte dans le quartier de La Gella. [Est-ce là qu'elle rencontra Clémence de Bourges et l'érudit Jean de Vauzelles ?] Elle apprit à lire et à écrire, le latin, l'italien  peut-être l'espagnol, mais ni le grec ni l'allemand ; l'art de broder ; probablement l'escrime et l'équitation avec ses frères François et Mathieu, respectivement maître d'armes et cavalier/conducteur d'attelage. [Il est possible qu'elle ait plus tard participé à des tournois à Lyon.] Ce n'est sans doute qu'à partir de 16 ans qu'elle commença l'apprentissage de la musique.

    Rabelais publie Gargantua.
    Fondation de la Compagnie de Jésus par Ignace de Loyola.
    Affaire des Placards : des affiches critiquant la Messe sont apposées jusque sur la porte des appartements du Roi à Amboise ; il s'agit d'une provocation des milieux catholiques extrémistes, mais les humanistes doivent être très prudents ou s'éloigner.

    1535

     

    Rabelais renvoyé de l'Hôtel-Dieu pour avoir quitté deux fois son poste sans avoir demandé de congé.
    Genève adopte la religion réformée

    1536

    Louise fait la connaissance de Marot dans le salon de Guillaume Scève, le frère de Maurice. Possible liaison entre eux, ou du moins amour de Marot envers la Belle Cordière.

    Confirmation royale des privilèges aux foires de Lyon.
    Autorisation à Turquet et Naris d'établir à Lyon une fabrique de draps de soie.

    Mort d'Érasme.
    François Ier à Tournon.

    1538

     

    Édition de l'Adolescence clémentine par Étienne Dolet. Ce dernier ne respecte pas les demandes de Marot, qui se brouille avec lui.
    Publication du Dictionnaire latin-françois de Robert Estienne

    1539

     

    Grève (« tric ») des imprimeurs de Lyon.
    Publication des Œuvres de Marot.
    Édit de Villers-Cotterêts.

    1540

     

    Mort de Guillaume Budé.

    1541

    Louise revoit Marot lors d'un des passages de ce dernier à Lyon.

    Mort de Jean Clouet.
    Naissance du Greco.
    Contrat d'édition entre Michel Servet et quatre libraires pour une Bible en six volumes.
    Calvin s'installe à Genève

    1542

    Selon un biographe contemporain (Guillaume Aubert ?), Louise aurait repoussé l'amour d'un vieux « poète romain » qui s'en alla mourir en Espagne [Luigi Alamanni ? Marot ?], et serait tombé amoureuse d'un « homme de guerre ». Certains auteurs identifient ce dernier avec le dauphin (futur Henri II), qui traverse Lyon pour aller assiéger Perpignan, ou [et c'est évidemment plus probable] avec un gentilhomme de la suite royale.
    Selon une légende, Louise aurait pris part, en habits masculins, au siège de Perpignan sous le nom de « capitaine Loys ».

    Publication de La Parfaicte Amye d'Antoine Héroët ; mais le texte est écrit depuis 1536.
    Premiers vers de Ronsard

    1543

    Pierre Charly, malade depuis un an, fait son testament (15 août).
    Barthélémy est mort à cette date.

    Mort de Copernic et parution de son De Revolutionibus orbium coelestium.

    1544

     

    Mort de Clément Marot.
    Publication de la Délie de Maurice Scève

    1543-1545

    Louise Labé épouse Ennemond Perrin, artisan cordier d'au moins vingt-cinq ans son aîné. Elle va habiter dans la demeure de ce dernier, une « maison haulte et basse en la rue Confort, de costé de vent et un gardin dernier joignant au tennement Nostre Dame de Confort, la ruelle, entre deux, devers soir et la maison de Claude Barbarin et Loys Teynet, troilleur devers matin », qu'il a héritée de son père en 1515 ; elle donne sur la rue Notre-Dame de Confort (actuelle rue Paufique, au 28) entre la rue Bellecordière (tracé de l'actuelle rue de la République) et la rue de Bourgchanain (actuelle rue Bellecordière). elle a été détruite au XVIIe siècle et une autre a été construite sur l'emplacement.

    Publication d'une traduction des Azolains de Bembo en français (Louise en sera influencée pour le Débat de Folie et d'Amour).
    Traité de Crépy (fin de la guerre avec Charles Quint).

    1545

    Louise tient salon littéraire, comme avant elle Jean de Vauzelles, Guillaume et Maurice Scève et Pernette du Guillet. Participeront à son salon

    Mort de Pernette du Guillet et publication posthume des Rymes.
    Massacre des Vaudois du Lubéron.
    Début du concile de Trente.

    1546

     

    Première édition du Tiers Livre de Rabelais
    Publication du De Amore de Marsile Ficin (Louise connaissait ce texte).
    Mort de Luther. Étienne Dolet pendu et brûlé place Maubert.
    Début de la reconstruction du Louvre

    1547

    Première attaque contre Louise Labé, par Philibert de Vienne.
    C'est à peu près à cette époque que Louise assiste à une représentation de La Calendria, commedia du cardinal Dovizi da Bibbiena, qui l'inspirera pour un passage du

  • Louise en hiver

    Louise en Hiver : Affiche

    C__Data_Users_DefApps_AppData_INTERNETEXPLORER_Temp_Saved Images_544958_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Bande-annonce Séances (112)
     
    Presse
     
    4,4 20 critiques
    Spectateurs
     
    3,627 notes dont 6 critiques
    Ma note :
    0.5 Nul
    1 Très mauvais
    1.5 Mauvais
    2 Pas terrible
    2.5 Moyen
    3 Pas mal
    3.5 Bien
    4 Très bien
    4.5 Excellent
    5 Chef-d'oeuvre
     
    Critique
     

    Synopsis et détails

    À la fin de l'été, Louise voit le dernier train de la saison, qui dessert la petite station balnéaire de Biligen, partir sans elle.
    La ville est désertée. Le temps rapidement se dégrade, les grandes marées d'équinoxe surviennent condamnant maintenant électricité et moyens de communication.
    Fragile et coquette, bien moins armée que Robinson, Louise ne devrait pas survivre à l'hiver.
    Mais elle n'a pas peur et considère son abandon comme un pari. Elle va apprivoiser les éléments naturels et la solitude. Ses souvenirs profitent de l'occasion pour s'inviter dans l'aventure.
    Jusqu'à ce qu'une explication lui soit révélée et que tout rentre dans l'ordre.
    Distributeur Gebeka Films
    Voir les infos techniques
    Année de production 2015
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 4 anecdotes
    Budget -
    Langues Français
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 135504
     
  • La bibliothèque Louise-Michel

    (Photo : Bibliothèque Louise-Michel à Paris (c) O. Dion)

    (Paris 20e) reçoit le Grand Prix Livres Hebdo des Bibliothèques

    Le Grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques 2011, dont le jury est présidé par l'auteur de bande dessinée, Zep, a été décerné à la petite bibliothèque Louise-Michel (Paris 20e).
    Le prix de l'animation revient à la médiathèque Roger-Gouhier à Noisy-le-Sec (93).
    Le prix de l'accueil est attribué à la médiathèque L'Atelier de Condé-sur-Noireau (14).
    Le prix de l'Espace intérieur récompense la bibliothèque Marguerite Duras (Paris 20e).
    Le prix de l'innovation couronne la Bibliothèque Universitaire Saint-Serge à Angers.

    Les prix seront remis officiellement le jeudi 1er décembre à Paris à la Bibliothèque de l'Hôtel de Ville.

    sOURCE/ livres hebdo
  • Elisabeth Louise Vigée Le Brun

     

    Elisabeth Louise Vigée Le Brun

     

    1755-1842

    9.50 € TTC

     
    23 septembre 2015

    Née sous le règne de Louis XV, Louise Elisabeth Vigée Le Brun est témoin des prémices de la Révolution, connaît l’Empire et la Restauration, avant de s’éteindre sous la monarchie de Juillet. Artiste talentueuse, elle est l’une des grandes portraitistes de son temps. Sa rencontre avec la reine Marie-Antoinette est décisive : la reine en fit son peintre officiel et son amie.

    Beaux Arts éditions revient sur la vie et le parcours exceptionnel de cette artiste femme au XVIIIe siècle, et s’attache à rendre compte de son inventivité, de sa liberté d’exécution, et de son incroyable talent à rendre la beauté naturelle de ses modèles et des sentiments qui les animent. Un parcours complet à travers un œuvre pictural majeur et une grande page de l’histoire de l’Europe.



    Informations sur le livre: 68 pages - 22 x 28,5 cm
    EAN : 9791020401915
    Reliure : Broché
  • Louise LABÉ à Lyon

    plaque vue vendreP1330124.JPGdi 13 juillet 2019

    balade-du-12-juillet-2019-a-lyon/

    La poétesse surnommée « La belle cordière »

    Louise LABÉ à Lyon

    Sa vie dans le ‘Vieux-Lyon’ de la Renaissance et son œuvre.
    Le dimanche 8 janvier 2012.

    De Louise Labé –surnommée la Belle Cordière- on sait assez peu de choses, au point que certains se sont demandé si cette égérie de ‘L’École lyonnaise’ avait vraiment existé. Même si sa biographie est sommaire, on sait qu’elle est née à Lyon en 1524 dans une famille aisée et qu’elle épousa un nommé Périn, riche marchand de cordes et propriétaire foncier. Elle mourut encore jeune à l’âge de 42 ans le 25 avril 1566 dans sa propriété de Parcieux-en-Dombes située entre Lyon et Bourg-en-Bresse.

    Ce surnom de ‘Belle Cordière’ lui vient certainement de sa famille de cordiers, en particulier du mari de la première femme de son père, un nommé Labé dont il reprit le nom. Elle passait pour être très belle, fine et sensible, volontaire aussi pour une fille de son époque qui voulait se faire un nom. On ne connaît d’elle qu’un portrait authentifié, un profil au visage gracieux, un menton à l’ovale parfait.

    Sa beauté fut célébrée par Clément Marot dans une épigramme célèbre commençant par ces vers :

    « Louïze est tant gracieuse et tant belle, 
    Louïze à tout est tant bien avenante, 
    Louïze ha l’œil de si vive esticelle, 
    Louïze ha face ou corps tant convenante… »

    Louanges lyriques de poète sans doute, mais largement entérinés par ses contemporains et ses amis de ‘L’École lyonnaise’.

    Comme toute jeune femme de la haute bourgeoisie, elle mena une vie de châtelaine, s’adonnant à l’équitation dans ses vastes jardins situés près de la Place Bellecour. Lyon, à cette époque de la Renaissance, est encore largement la Lugdunum romaine lovée autour de la primatiale Saint-Jean [1dans le Vieux-Lyon et fièrement plantée sur la colline de Fourvière, la presqu’île alors en voie d’urbanisation. L’élite intellectuelle y est active, un imprimeur comme Jean de Tournes ratonne dans tout le pays et, avec Pernette du Guillet, Louise Labé va s’agréger tout naturellement à ce mouvement, L’École lyonnaise, que domine Maurice Scève.

    Sur le plan littéraire, son inspiration tirée d’abord de Pétrarque et d’Ovide, s’éclot dans des élégies et des sonnets expriment les tourments de la passion amoureuse dont le plus connu commence ainsi :

    « Je vis, je meurs ; je me brûle et me noye ; 
    J’ai chaud extrême en endurant froidure : 
    La vie m’est et trop molle et trop dure. 
    J’ai grands ennuis entremêlés de joie. »

    Si ses élégies marquent l’influence des Héroïdes d’Ovide, Louise Labé trouve son propre style dans ses Sonnets où La Fontaine puisera le sujet d’une fable. Partisante d’une littérature symbolique et même précieuse qui élève l’âme, elle goûtera peu la façon plus prosaïque dont Jean de Meug usera pour continuer le Roman de la rose. Ainsi s’opposent deux conceptions de l’écriture, plus ou moins orientée vers le réalisme chez certains ou vers le lyrisme chez Louise Labé et L’École lyonnaise.

    Si la place Bellecour a perdu depuis longtemps l’aspect champêtre qu’elle avait alors, avec la statue de Louis XIV qui trône en son centre [2], la rue de la Bellecordière n’est pas loin, juste derrière l’ancien Hôtel-Dieu, et depuis la restructuration du quartier des Terreaux au pied de La Croix-Rousse, Lyon a fait ériger une statue moderne en bronze de Louise Labé sur la place Louis Pradel, due au sculpteur Ipoustéguy. [3]

    Christian.broussas at orange.fr

    Repères bibliographiques : 
    - Madeleine Lazard, "Louise Labé lyonnaise", éditions Fayard, 2004 
    - François Pédron, "Louise Labé la femme d’amour", éditions Fayard, 1984 
    - Enzo Giudici, "Louise Labé", éditions Nizet, 1981 
    - Daniel Martin, Isabelle Garnier-Mathez, "Les œuvres de Louise Labé", éditions Atlande, 2004

    Autres fiches sur ce site (Lyon et sa région) : 
    - Maurice Scève à Lyon 
    - Jean-Jacques Rousseau à Lyon : http://www.terresdecrivains.com/Jean-Jacques-ROUSSEAU-a-Lyon 
    - Stendhal à Lyon : http://www.terresdecrivains.com/STENDHAL-a-Lyon 
    - Bernard Clavel : http://www.terresdecrivains.com/Bernard-CLAVEL-a-Courmangoux-dans 
    - Roger Vailland : http://www.terresdecrivains.com/Roger-Vailland-aux-Allymes-dans-le

    JPEG - 186.1 ko
    Louise Labé et Maurice Scève sur le "mur des Lyonnais"
    JPEG - 81.3 ko
    Louise Labé sur la place Louis Pradel

    [1] La cathédrale Saint-Jean porte le titre de primatiale, l’archevêque de Lyon portant le titre de Primat des Gaules (comme celui de Vienne).

    [2] Statue équestre due au sculpteur lyonnais Le Mot.

    [3] Louise Labé est aussi représentée sur le mur peint du quai Saint-Vincent, dit "mur des Lyonnais", en compagnie de Maurice Scève.

     

    https://www.terresdecrivains.com/Louise-LABE-a-Lyon

  • Louise Monot convaincante en Mademoiselle Drot

    Nikos Aliagas et Thierry Ardisson ont ...
    Coupe de la Ligue : Bordeaux ...




    Dimanche 26 septembre, France 3 proposait le téléfilm inédit Mademoiselle Drot sur son antenne. Cette adaptation du roman d’Hélène Millerand a permis à la chaîne publique d’arriver à la troisième place en prime-time, devant Indigènes sur France 2.

    La fiction avec Louise Monot (OSS 117), Mélanie Bernier et Anémone a ainsi pu compter sur 3.6 millions de téléspectateurs, pour 13.7% du public présent devant son petit écran.

    À noter que Mademoiselle Drot est une adaptation signée Natalie Carter (A tout prix, Crime d’amour), réalisée par Christian Faure, à qui l’on doit Marie Besnard, l’empoisonneuse ou encore le Papillon noir.

    http://www.toutelatele.com/article.php3?id_article=27792

  • Elisabeth Louise Vigée Le Brun : quelle femme !

    Elisabeth Louise Vigée Le Brun : quelle femme !

    A l'occasion de la Journée de la Femme, honneur à l'une des plus grandes
    portraitistes de la peinture française.
    Découvrez Elisabeth Louise Vigée Le Brun
    L'ACTUALITÉ

    Les Tudors : la bande-annonce
     

    "Scandales, vengeances, trahison et meurtres" découvrez la bande-annonce de l'exposition Les ‪Tudors‬ au Musée du Luxembourg ! Ça promet !

    Sur notre chaîne YouTube

    Qu'allez-vous voir à l'exposition Velázquez ?


    Velázquez investit très bientôt les Galeries Nationales du Grand Palais. Découvrez ce que vous allez voir dans cette exposition !

    Du 25 mars au 13 juillet 2015

    Niki de Saint Phalle : les podcasts


    Niki est partie, mais retrouvez les podcasts des conférences autour de l'exposition.

    Un plaisir à (ré)écouter

    LIMITEZ VOTRE ATTENTE
     

    Abonnez-vous et gagnez du temps


    La Carte Sésame 2015 donne accès en coupe file et en illimité aux expositions du Grand Palais, et du Musée du Luxembourg avec la carte Sésame+

    Abonnez-vous ici
  • Truffaut était-il petit bourgeois ?

     

    Cinéma | Cinéaste installé, François Truffaut s'est engagé tout au long de sa vie dans des combats qui le menèrent de droite… à gauche.

    Le 28/10/2014 à 16h00
    Mathilde Blottière

    Francois Truffaut lors de la manifestation rue de Courcelles, siege... Francois Truffaut lors de la manifestation rue de Courcelles, siege de la Cinematheque à Paris le 30 mai 1968 - Photo : PARIS-JOUR/SIPA

    François Truffaut lui-même situait sa place dans le cinéma français à « l'extrême centre ». De fait, le « gentil » de la Nouvelle Vague n'est pas précisément connu pour ses prises de position révolutionnaires. Les grandes idées, les principes, il s'en méfie autant que les postures d'artiste. Devenu assez vite un cinéaste installé, Truffaut n'a pas la fibre radicale de Godard. Il préfère filmer l'embrasement des sentiments plutôt que les fièvres collectives. Et quand arrive la saison des Césars, il récolte sa moisson (dix pour Le Dernier Métro) sans bouder son plaisir.

    Mais s'il s'est longtemps dit apolitique, sa trajectoire, elle, va clairement de droite à gauche. Dans les années 50, quand il débute dans la critique, il ne ressemble guère à l'intellectuel « rive gauche » : il écrit dans Arts, un magazine proche des « hussards » et n'hésite pas à émettre des avis plutôt réacs (en matière de censure par exemple). Puis, notamment sous l'influence de son amie Helen Scott, militante de l'extrême gauche américaine, Truffaut évolue. Il devient plus sensible aux idées progressistes, mais sans jamais adhérer pour autant à un quelconque parti – à Télérama, qui lui propose un jour de répondre à un questionnaire sur « les artistes et la politique », il répond ironiquement se refuser systématiquement à « l'action oppressive de toute idéologie gauchiste ». En 68, s'il est de ceux qui obtiennent l'annulation du festival de Cannes en solidarité avec les étudiants et les ouvriers en grève, il regarde rougeoyer le mois de mai derrière sa fenêtre, de loin. En 1974 puis en 81, il soutient Mitterrand mais le fait sans passion, voyant en lui « un acteur non inspiré mais solide » du « spectacle » de la politique. Que reste-t-il alors de l'adolescent fougueux et frondeur chez le réalisateur embourgeoisé ? Il suffit que l'on touche aux trois grandes causes de sa vie pour le voir à nouveau débouler : le cinéma, les enfants et la liberté d'expression.

    La défense d'Henri Langlois

    Truffaut ne vote pas. Ce qui ne l'empêche pas d'être de plus en plus farouchement opposé à la politique culturelle de de Gaulle et de son Ministre, André Malraux. En 62, à la veille du référendum sur l'élection du président de la République au suffrage universel, il écrit à son amie Helen Scott : « Un peuple qui s'apprête à dire « Oui » à de Gaulle est un peuple qui se fout complètement que la culture disparaisse ou non, donc qui se fout de mes films ».

    En 1967, il refuse la Légion d'honneur que lui propose Malraux. En février 68, le Ministère de la Culture tente de circonvenir l'action d'Henri Langlois, le fondateur et directeur de la Cinémathèque française. Au lieu de prolonger le mandat d'Henri Langlois, piètre gestionnaire mais figure tutélaire de la cinéphilie française, le nouveau président de la Cinémathèque propose de le remplacer. Une vraie bombe lancée au milieu des bobines. Les jeunes Turcs de la Nouvelle Vague, la rédaction des Cahiers mais aussi de prestigieux représentants du cinéma d'avant (Renoir en tête), montent au créneau pour défendre Langlois, et à travers lui, une certaine idée du cinéma. En plein tournage de Baisers volés (qu'il dédiera finalement à Langlois), Truffaut lâche tout pour prendre la tête des frondeurs. En première ligne, il anime le Comité de défense de la Cinémathèque et, dans les manifestations, retrouve l'ardeur bagarreuse de son adolescence. Cette bataille qu'il mènera jusqu'à la victoire (le 22 avril 68, Langlois est reconduit à l'unanimité), Truffaut s'en souviendra toujours comme l'une des périodes les plus excitantes de sa vie : une véritable cure de jouvence.

     

    L'enfance maltraitée

    Truffaut est toujours resté fidèle à son enfance. Une enfance « boîteuse », sans amour et livrée à elle-même. « Mes films sont une critique de la façon française d'élever les enfants, déclarait-il à la sortie de L'Argent de Poche. Je ne m'en suis rendu compte que peu à peu, en voyageant. (…) En Turquie, pays pauvre, l'enfant est sacré. Au Japon, il est inconcevable qu'une mère puisse marquer de l'indifférence pour son fils. Ici, les rapports enfants-adultes sont toujours moches, mesquins ». Son cinéma est un véritable refuge pour bambins perdus ou martyrisée. Et l'on sait la patience infinie dont il faisait preuve avec ses petits acteurs, de Léaud aux gamins de L'Argent de poche en passant par Jean-Pierre Cargol (L'Enfant Sauvage). On connaît peut-être moins son engagement pour l'enfance maltraitée. Ainsi, il profite de sa notoriété pour déclencher un débat sur le sujet à la fin des années 60, interpeler les politiques et réclamer plus de sévérité pour les « parents frappeurs ». Il est également membre des comité de parrainage du Secours populaire et des bienfaiteurs de SOS Villages d'enfants.

    “La Cause du Peuple”

    20 juin 1970. Dans la rue, aux côtés de Sartre et Beauvoir, Truffaut n'a pas vraiment l'air d'un activiste dans son petit costume gris. Mais il est là, et comme les autres, il distribue à qui veut La Cause du Peuple, journal officiellement interdit. Maoïste, Truffaut ? Pas une seconde mais s'il a répondu présent, c'est 1) parce que Sartre est à ses yeux un modèle de cohérence politique, « un homme à l'engagement quotidien et placide » qui sait mettre ses actes au diapason de ses idées, 2) par attachement viscéral à la liberté de la presse. D'aucuns le moquent en « gauchiste d'occasion », petit bourgeois égaré chez les rouges, mais l'auteur de Fahrenheit 451 tient bon. En septembre 70, devant la Cour de Sûreté de l'Etat, il se justifie en ces termes : « Je n'ai jamais eu d'activités politiques, et je ne suis pas plus maoïste que pompidoliste, étant incapable de porter des sentiments à un chef d'Etat quel qu'il soit. (…) Il se trouve seulement que j'aime les livres et les journaux ».

    C'est dans le même esprit qu'il faut comprendre son engagement antimilitariste. L'ex engagé volontaire pour l'Indochine devenu déserteur un an plus tard ne porte pas l'armée dans son coeur. Quand, en septembre 1960, il signe le « Manifeste des 121 », déclaration sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie, Truffaut est mu par son aversion pour l'armée plus encore que par la cruauté de cette guerre coloniale.

    Un mois totalement Truffaut
    Du 1er au 31 octobre, Télérama.fr se pose chaque jour une question sur l'homme de la Nouvelle Vague, le père de L'Enfant sauvage, le lecteur assidu, le critique intransigeant, le cinéaste qui aimait les femmes… Retrouvez tous nos articles ici.
  • ”Louise de Bettignies” de Chantal ANTIER

    Louise de Bettignies

    Rien ne destine la jeune Louise de Bettignies, cultivée et polyglotte, née dans une grande famille désargentée du Nord de la France, catholique fervente, à devenir une véritable espionne et héroïne de la Grande Guerre.

    En 1914, révoltée par l’invasion allemande de la Belgique et de sa ville de Lille, Louise s’engage au sein de l’Intelligence Service dont elle devient agent secret sous le pseudonyme d’Alice Dubois. Elle est chargée d’organiser un réseau d’évasion et de renseignements militaires, le réseau Ramble. Arrêtée par les Allemands en octobre 1915, jugée et condamnée à mort, la jeune femme est enfermée dans la sinistre forteresse de Siegburg où elle prend la tête de la rébellion des prisonnières. Punie de cachot, Louise en sort gravement malade et meurt faute de soins le 27 septembre 1918.

    Mystique et avide de sacrifice, son courage lui vaut le surnom de «Jeanne d’Arc du Nord». À l’aide de documents familiaux inédits, Chantal Antier retrace les multiples épisodes de la vie de Louise de Bettignies, apporte un nouvel éclairage sur sa foi et son patriotisme, et fait surgir devant nous une femme résolument en avance sur son époque dont l’exemple ne doit pas tomber dans l’oubli.

    Actualités :

    _ La presse en parle : "Louise de Bettignies" de Chantal Antier
    dans Le Figaro Littéraire

    Autant le dire d'emblée, il s'agit d'une hagiographie. Mais il est impossible, […] de ne pas être conquis par ce personnage hors du commun. «La grandeur effraie», écrit Bernanos. Il y a en effet quelque chose d'effrayant dans cette destinée de femme morte seule, loin des siens, avec pour seul secours les Exercices spirituels d'Ignace de Loyola et le soutien ultime de prêtres qui ont reconnu en elle l'étoffe des saints et des héros. 



    http://www.tallandier.com/ouvrages.php?idO=723

  • Louise Erdrich:”La chorale des maîtres bouchers”

    medium_erdrich.gifTragédie antique dans le Dakota



    par André Clavel


    Lire, février 2005


     

    Un père allemand, une mère ojibwa: Louise Erdrich est une sorte de Lorelei échappée d'une lointaine réserve du Dakota... C'est là qu'elle a affûté sa plume, avant de devenir - avec Sherman Alexie - la figure la plus emblématique de la jeune littérature indienne d'Amérique. Sa mission? Ravauder la mémoire déchirée de ces communautés qui furent jadis chassées de leur royaume et scalpées par le glaive de la Conquête. Pour l'auteur du Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse, l'écriture est donc une catharsis, destinée à rallumer les feux vacillants d'un monde dont les rêves et les mythes risquent de s'éteindre.

    Avec La chorale des maîtres bouchers, Louise Erdrich s'aventure sur les terres du réalisme magique, dans le sillage de García Márquez. Peu d'allusions au martyrologe indien, ici, mais un récit flamboyant, incroyablement sensuel. Et construit comme un numéro d'équilibriste, en un long travelling qui relie les cauchemars de la Grande Guerre et les rêves de l'Amérique des immigrés. L'histoire? Celle de l'Allemand Fidelis Waldvogel qui, à peine sorti de l'enfer des tranchées, s'embarque vers le Nouveau Monde. Pour seul passeport, il a sa voix sublime de ténor, et, pour seul bagage, une valise remplie de couteaux. Car il est maître boucher, une sorte de mousquetaire des abattoirs qui finira par atterrir dans une ville perdue du Dakota, à la veille de la Grande Dépression.

    Ce Fidelis, aussi habile à faire chanter une lame d'acier qu'à entonner un lieder, Louise Erdrich le met en scène avec une tendresse éblouissante. Mais il y a également tous ces personnages qu'elle pétrit dans la chair de l'Amérique des humiliés. Eva, dont le fiancé est mort au fond d'une tranchée, et qui rejoindra Fidelis dans le Dakota. Cyprian, l'acrobate de cirque qui pourrait sortir d'une toile de Chagall. Delphine, la mère-courage, et son père Roy, un pochard qui picole «pour remplir le vide». Minnie, l'Indienne en cavale. Chacun fera son tour de piste, sur un théâtre d'ombres où la mort va peu à peu surgir des coulisses, comme dans une tragédie antique. Reste la voix d'ange de Fidelis: ses chants célestes servent de contrepoint à ces ténèbres dont Louise Erdrich agite le noir linceul... Ce roman est un somptueux requiem, une cantate pour cœurs blessés, sous la baguette d'une très grande dame des lettres américaines.

    traduit de l'américain par Isabelle Reinharez.
    470 pages.
    Prix : 22,5 € / 147,59 FF.

    http://www.lire.fr/critique.asp/idC=47936/idR=217/idG=4

  • Gérard Berliner, le chanteur de Louise, est mort

    Gérard Berliner, connu pour son interprétation de Louise en 1982, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l'Hôpital Necker (Paris), à l'âge de 54 ans. Chanteur et acteur français, il commence par de petits rôles au cinéma et au théâtre, grâce à Serge Lama qui le repère en 1978. Puis, quatre ans plus tard, le disque Louise s'écoule à 1.5 million d'exemplaires. En 1983, il assure la première partie des spectacles de Juliette Gréco. Il collabore avec Jean-Louis Dabadie et Catherine Lara sur le disque Heureux et Charles Aznavour produit son album Chien de Voyou. Passionné par Victor Hugo, il lui consacre un spectacle, Mon Alter Hugo, nommé aux Molières 2006 dans la catégorie du meilleur spectacle musical. Père de deux enfants, il est le demi-frère du gangster Bruno Berliner, membre du célèbre gang des postiches. Lire la suite l'article


    Retrouvez cet article sur LEXPRESS.fr

    Nous avons adoré jeudi soir "Mon alter Hugo" par Gérard Berliner au Ciné-Théâtre de Tournon-sur-Rhône(Ardèche)

    alter hugo 19 novembre 2009 004.jpgMon Alter Hugo est une composition théâtrale drôle, illustrée de chansons, inspirée de chansons, inspirée par la vie de Victor Hugo et pouvant se résumer ainsi : "Vous connaissez l'oeuvre, voici l'homme !". Depuis plus de dix ans, Gérard Berliner est habité d'une réelle passion pour cet homme illustre aux innombrables facettes, à tel point qu'il est devenu pour lui une "seconde peau". Il nous raconte sous forme de confidence sa vie personnelle si riche en évènements, ses passions, ses chagrins, ses amours... Il nous raconte également l'humaniste visionnaire, le combattant luttant contre la peine de mort et la misère, défendant les droits des hommes, le république universelle, prônant les Etats Unis d'Europe, la liberté de la presse. A le côtoyer ainsi pendant 1h30, Victor vous deviendra si famillier que vous penserez le connaître depuis toujours. Cette pièce nominée au Molière du meilleur spectacle musical, est inspirée d'un spectacle sonore présenté sur l'Esplanade de la Tour Eiffel pour célébrer le bicentenaire de la naissance de l'écrivain en 2002 devant 600 000 spectateurs.

    http://www.infoville.fr/sortir/mon-alter-hugo---saison-spectacles-20092010-tournon-sur-rhone-19-11-2009-55842-sortie

    Photos perso

    cf. le site de Gérard Berliner:

    http://www.gerard-berliner.com/

    alter hugo 19 novembre 2009 005.jpgSi ce spectacle passe par chez vous, courez-y!!!!alter hugo 19 novembre 2009 001.jpg

    22/11/2009

  • ”Louise-Catherine” et Le Corbusier sont dans une péniche

    LE MONDE | 11.04.2013 à 14h52 • Mis à jour le 11.04.2013 à 17h22

     
     
     
    La péniche "Louise-Catherine" à Paris en décembre 2001.La péniche "Louise-Catherine" à Paris en décembre 2001. | AFP/PIERRE VERDY

     

    Esseulée dans le port de Paris-Austerlitz, le corps meurtri par l'usure du temps, Louise-Catherine pourrait bien retrouver ses attraits. La péniche en ciment armé, réaménagée par Le Corbusier pour l'Armée du salut, devrait vivre, samedi 13 avril, l'acte d'une nouvelle naissance : le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, doit s'y rendre pour décorer de la rosette d'officier de la légion d'honneur Michel Cantal- Dupart, architecte, urbaniste, professeur émérite au Centre national des arts et métiers. Et président de l'Association Louise-Catherine (Louise-catherine.com), qui veut redonner vie et dimension patrimoniale au bâtiment.

    Avant de devenir un "asile flottant" destiné aux "sans-adresse, sans-repos, sans-taudis", comme disaient alors les salutistes, Liège (70 m de long et 8 m de large), construit en 1919, sert au transport du charbon, puis est abandonné à Rouen. Son renflouement est pourtant proche.

    En 1928, Madeleine Zillhardt revend...

    L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ?

    La péniche "Louise-Catherine" à Paris en décembre 2001.

    "Louise-Catherine" et Le Corbusier sont dans une péniche

    Il vous reste 71% de l'article à lire

    Achetez cet article 2 € Abonnez-vous à partir de 1 € Découvrez l’édition abonnés

    Culture

    http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/04/11/louise-catherine-et-le-corbusier-sont-dans-une-peniche_3158259_3246.html?xtmc=louise_catherine_et_le_corbusier_sont_dans_une_peniche&xtcr=1

  • Prométhée,Poème de Louise Ackermann

    Frappe encorJupiteraccable-moimutile
    L
    'ennemi terrassé que tu sais impuissant !
    Écraser
     n'est pas vaincre, et ta foudre inutile
    S
    'éteindra dans mon sang,
    Avant d'avoir dompté l'héroïque pensée
    Qui
     fait du vieux Titan un révolté divin ;
    C
    'est elle qui te brave, et ta rage insensée
    N
    'a cloué sur ces monts qu'un simulacre vain.
    Tes
     coups n'auront porté que sur un peu d'argile ;
    Libre
     dans les liens de cette chair fragile,
    L
    'âme de Prométhée échappe à ta fureur.
    Sous
     l'ongle du vautour qui sans fin me dévore,
    Un
     invisible amour fait palpiter encore
    Les
     lambeaux de mon cœur.

    Si
     ces pics désolés que la tempête assiège
    Ont
     vu couler parfois sur leur manteau de neige
    Des
     larmes que mes yeux ne pouvaient retenir,
    Vous
     le savezrochersimmuables murailles
    Que
     d'horreur cependant je sentais tressaillir,
    La
     source de mes pleurs était dans mes entrailles ;
    C
    'est la compassion qui les a fait jaillir.

    Ce
     n'était point assez de mon propre martyre ;
    Ces
     flancs ouverts, ce sein qu'un bras divin déchire
    Est
     rempli de pitié pour d'autres malheureux.
    Je
     les vois engager une lutte éternelle ;
    L
    'image horrible est là ; j'ai devant la prunelle
    La
     vision des maux qui vont fondre sur eux.
    Ce
     spectacle navrant m'obsède et m'exaspère.
    Supplice
     intolérable et toujours renaissant,
    Mon
     vrai, mon seul vautour, c'est la pensée amère
    Que
     rien n'arrachera ces germes de misére
    Que
     ta haine a semés dans leur chair et leur sang.

    Pourtant
    , ô Jupiter, l'homme est ta créature ;
    C
    'est toi qui l'as conçu, c'est toi qui l'as formé,
    Cet
     être déplorableinfirmedésarmé,
    Pour
     qui tout est dangerépouvantetorture,
    Qui
    , dans le cercle étroit de ses jours enfermé,
    Étouffe
     et se débat, se blesse et se lamente.
    Ah !
     quand tu le jetas sur la terre inclémente,
    Tu
     savais quels fléaux l'y devaient assaillir,
    Qu
    'on lui disputerait sa place et sa pâture,
    Qu
    'un souffle l'abattrait, que l'aveugle Nature
    Dans
     son indifférence allait l'ensevelir.
    Je
     l'ai trouvé blotti sous quelque roche humide,
    Ou
     rampant dans les bois, spectre hâve et timide
    Qui
     n'entendait partout que gronder et rugir,
    Seul
     affamé, seul triste au grand banquet des êtres,
    Du
     fond des eaux, du sein des profondeurs champêtres
    Tremblant
     toujours de voir un ennemi surgir.

    Mais
     quoi ! sur cet objet de ta haine immortelle,
    Imprudent
     que j'étais, je me suis attendri ;
    J
    'allumai la pensée et jetai l'étincelle
    Dans
     cet obscur limon dont tu l'avais pétri.
    Il
     n'était qu'ébauché, j'achevai ton ouvrage.
  • Louise Attaque: Léa(inspiration pour un texte)

    LEA

    Lé-a elle est pas ter-ro-riste elle est pas an-ti ter-ro-riste
    L'est pas in-té-griste - elle est pas seule sur terre
    Elle est pas com-mode - non elle est pas comme Aude
    Elle est pas froide elle est pas chaude pour une nuit
    Ré-a-liste elle est pas cré-di-teur
    Elle est pas mé-chante - mais pu-tain qu'est-c'qu'elle est chiante !

    Lé-a elle est pas in-té-ri-maire elle est pas comme ma mère

    Elle est pas-sa-gère elle est pa-ci-fiste
    Elle est pas d'ac-cord - elle est pas-sion-née
    Elle est pas fute - fute oh elle est pa-thé-tique
    L'aime pas tous mes tics l'est pas so-li-taire
    elle est pas so-li-daire
    Elle est pa-res-seuse - elle est pas ré-ci-proque
    Elle est pas en - cloque elle est pas d'la ré-gion PA-CA
    Elle a qu'à s'envoler

    Refrain

    Lé-a l'est pa-ri-sienne l'est pas pré-sen-table
    Elle est pas jo-lie elle est pas moche non - plus
    L'est pas à gauche elle est pas à droite
    Elle est pas - ma-la-droite
     


    FIN

    Lé-a elle est pas ter-ro-riste
    Elle est pas an-ti-ter-ro-riste
    Elle est pas jo-lie - elle est pas moche non - plus
    Elle est pas tou-jours drôle
    Elle est pas - libre elle est pas ten-tée
    Elle est pa-ter-na-liste - elle est pas ins-pi-rée
    Elle est pa-tiente elle est pas-ti-cheuse
    Elle est pas - cible elle fait pas la po-li-tique

    Au refrain

     
     
    Paroles.net dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)
     
  • Florence Bourgeois est nommée directrice de la FIAC et de Paris Photo

    The Art Newspaper France

    La sélection du week-end

    Florence Bourgeois est nommée directrice de la FIAC et de Paris Photo

    Par Anna Brady & Alexandre Crochet.


    Elle remplacera l’ancienne directrice de la FIAC Jennifer Flay qui, selon la rumeur, rejoindrait Art Basel, qui s’apprête à lancer une nouvelle foire au Grand Palais à Paris.

    À lire dans le Daily numérique du vendredi 4 février 2022.

    Cecilia Alemani dévoile son projet pour la 59e Biennale de Venise

    Par Gareth Harris.


    L’exposition comprendra «des artistes non conformes au genre qui remettent en question la figure de l’homme comme centre de l’univers».

    À lire dans le Daily numérique du jeudi 3 février 2022.

    Agnès Thurnauer: «Le Langage, c'est politique !»

    Propos recueillis par Anaël Pigeat.


    Le LaM, à Villeneuve-d’Ascq, ouvre «A comme boa», une exposition d’Agnès Thurnauer. Rencontre avec l’artiste franco-suisse dans son atelier à Ivry-sur-Seine.

    À lire dans le mensuel The Art Newspaper de février 2022.


    À São Paulo, l'art résiste face aux adversités

    Par Philippe Régnier.


    L’une des scènes artistiques les plus actives d’Amérique du Sud, riche de nombreuses galeries et institutions, redouble de dynamisme face à la politique culturelle agressive du gouvernement de Jair Bolsonaro. État des lieux.

    À lire dans le mensuel The Art Newspaper de février 2022.

    Rencontre surréaliste en Dalí et Freud à Vienne

    Par Martin Bailey.


    Le Belvédère inférieur (UB), à Vienne, consacre une exposition aux influences du fondateur de la psychanalyse sur l’artiste espagnol, et à leur rencontre à Londres en 1938.

    À lire sur le site Internet www.theartnewspaper.fr

    À Berlin, une exposition de Bernar Venet à Tempelhof fait polémique

    Par Catherine Hickley.


    En Allemagne, l’attribution temporaire de l’ancien aéroport à la Kunsthalle Berlin, une fondation privée qui y propose une exposition de Bernar Venet, suscite des critiques parmi les artistes de la capitale.

    À lire dans le Daily numérique du mercredi 2 février 2022.

     
    Disponible en ligne
    &
    en kiosque
     
    Twitter
    Facebook
    Website
    Copyright © 2022 TAN France (The Art Newspaper France), All rights reserved.

  • J'ai lu dans mon 2 e CDI: La vie contrariée de Louise(auteure venue)

    La vie contrariée de Louise

    Roman - broché - Héloïse d'Ormesson - mars 2012

     

    • Sans mémoire, sommes-nous morts ou vivants ?


      Lorsque James Nicholson débarque des États-Unis au Chambon-sur-Lignon, il doit y rencontrer une femme jusqu'alors inconnue, Louise, sa grand-mère. Mais elle décède le jour de son arrivée... Lire la suite

    • http://www.fnac.com/o8064577/La-vie-contrariee-de-Louise/w-4

     

  • Dans ”Le figaro”

    1.  
      Le Figaro‎ - il y a 2 jours

    1.  

      Crosby, Stills and Nash, la ferveur des survivants à Fourvière

      Le Figaro ‎- il y a 1 jour
      MUSIQUE - Le trio américain se produisait mardi soir dans le cadre des Nuits de Fourvière à Lyon, devant un public fervent

    1.  
      Enchères d'exception pour la muse de Maillol
      Le Figaro ‎- il y a 2 jours
      INFO LE FIGARO - Pour régler la succession de Dina Vierny, Olivier Lorquin se sépare de quelques trésors de sa mère.

    1.  
      Reines et rebelles dans le tourbillon de la vie
      Le Figaro ‎- il y a 1 jour
      Dans la Collection Lambert, cinq « Papesses » de l'art prennent le corps et le cosmos pour cible. De Camille Claudel à Louise Bourgeois, l'art ...

    En Syrie, avec les alaouites surarmés - Le Figaro

    www.lefigaro.fr/.../10001-20130717ARTFIG00348-en-syrie-avec-les-alao...
     
    Il y a 3 jours - REPORTAGE - Îlot de relative tranquillité dans la guerre civile syrienne, la ville côtière de Lattaquié est un refuge pour les alaouites, le groupe ...

  • Calendrier des notes en Juin 2024
    D L M M J V S
    1
    2 3 4 5 6 7 8
    9 10 11 12 13 14 15
    16 17 18 19 20 21 22
    23 24 25 26 27 28 29
    30
ISBN : 978-2-919204-00-7
ISBN :978-2-9531564-7-8

Mes recueils

de poèmes

Mon premier recueil de poèmes

ISBN:978-2-9531564-1-6
ISBN :978-2-9531564-3-0

À propos

est une vitrine pour Ce que j'écris(1 ere partie du titre):...

ISBN :978-2-9531564-4-7
ISBN:978-2-9531564-0-9
ISBN :978-2-9531564-8-5
ISBN :978-2-9531564-5-4

Catégories

Stats