Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 mars 2012

J'ai commencé hier soir: Le facteur des Abruzzes(dont j'avais pris plaisir à rencontrer l'auteure)

  Vénus KHOURY-GHATA
Le facteur des Abruzzes
19h00 - 20h00
MERCURE DE FRANCE ( S65 )
Romans, fictions
  Vénus KHOURY-GHATA
Le Facteur des Abruzzes
16h00 - 17h30

LIBRAIRIE DU SUD ( U74 )

http://www.salondulivreparis.com/Programme/Dedicaces.htm?..._

et à lui acheter et dédicacer son dernier livre(ci-dessus) , un roman dont le héros m'a t'elle signalé a presque le même prénom que moi, Laure

Le facteur des Abruzzes

Le facteur des Abruzzes

de Vénus Khoury-Ghata

Editeur : Mercure de France Parution : 1 Mars 2012 Commandez avec 5% de remise sur Fnac.com - livraison gratuite

Vous aussi écrivez votre commentaire ou votre critique

Réagissez
 
0 avis
  • Membres (0)  
 
  • Genre : Roman Français
  • Editeur :
    Mercure de France
  • Parution :
    1 Mars 2012
  • Prix editeur :
    14€25
  • Pages : 145p.
  • Isbn : 9782715232617

résumé du livre

Helena, qui guette le retour du violeur de sa fille avec un fusil depuis trente ans pour le tuer et lui faire payer la dette de sang, accueille la veuve du docteur avec des youyous. Les femmes de la vallée affluent de toute part, échevelées, en babouches, et demandent d'une même voix des nouvelles de leur sang. 'Le medico l'a-t-il regardé de près ? qu'a-t-il vu de déplaisant ? laquelle d'entre elles vivra centenaire ? laquelle s'enrichira, et a-t-il toujours sa grosse seringue qui traverse le bras d'un côté à l'autre ?' Assimilent-elles le sang au marc de café ? Partie sur les traces de son mari biologiste mort dix ans plus tôt, Laure découvre Malaterra, un village perdu des Abruzzes. D'abord considérée comme une intruse, elle va peu à peu se faire adopter par la population composée de personnages drôles ou émouvants aux destins singuliers : Helena, qui a pendu sa fille déshonorée au figuier de son jardin ; le bouquiniste kosovar à qui personne ne parle dans sa boutique poussiéreuse ; Mourad, le boulanger qui propose à Laure de l'épouser ; Yussuf, le facteur qui fait sa tournée même s'il n'a pas de courrier à distribuer... La présence de Laure bouleverse le cours des choses : les langues se délient et des secrets refont surface...

http://www.evene.fr/livres/livre/venus-khoury-ghata-le-fa...

09:16 Écrit par laura | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

vendredi, 30 mars 2012

J'ai vu hier:Robert Combas au Musée d'art contemporain de Lyon: parfois aimé, parfois détesté, toujours intéresée, à voir(photos à venir)

 

 | 10/03/2012

Lyon, jour de printemps avant le printemps, avec un vent du nord froid qui traverse la ville par le Rhône. Pour moi, c'est toujours la ville qui nous introduit à l'Europe centrale et continentale, sans souci d'attirer le touriste –...

 

Les choix du service culture

article | 10/03/2012

Les expos se bousculent au portillon de l’actualité et c’est tant mieux. D’autant qu’il y a une vie artistique à part les «vedettes» parisiennes (Matisse,...

Combas, de la figuration libre au premier rôle

Critique | 8/03/2012 | Par CATHERINE COROLLER De notre correspondante à Lyon

Rétrospective . Durant cinq mois, le Musée d’art contemporain de Lyon présente plus de 600 œuvres mêlant arts plastiques et rock.

http://www.liberation.fr/recherche/?q=COMBAS&period=l...

09:39 Écrit par laura dans J'ai/nous avons aimé, Lyon(Rhône,69:études,travail), Vu | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Robert Combas, au MAC

 
 

Du vendredi 24 février au dimanche 15 juillet

Après une rétrospective sur Ben, le Mac de Lyon consacre ses murs à un autre artiste français et vivant : Robert Combas. 200 œuvres de l’artiste devraient être présentées en 2012, du mois de février au mois de juillet.
Robert Combas sélectionnera pour l’occasion des œuvres des années 70 à nos jours et il installera aussi dans le musée un atelier studio d’enregistrement où il créera des peintures et des clips. La rétrospective devrait s’intituler "Greatest Hits".

Première grande rétrospective consacrée à Robert Combas, qui affirme "Ma peinture c’est du rock", l’exposition Greatest Hits présente plus de 200 oeuvres, des années 70 à aujourd’hui, accompagnées à la guitare, basse et batterie par une bande son puisée dans l’immense discothèque de l’artiste et par des interventions live totalement inédites. Une expo "Rock on the wide size/wild side" sur 3000 m2 et 3 niveaux, avec la présence quotidienne pendant 2 mois de Robert Combas, qui installe au macLYON un atelier/studio d’enregistrement où il crée en direct peintures et clips azimutés.

A propos de l'artiste
Le peintre né à Lyon en 1957, occupe une place singulière dans l’histoire de l’art des trente dernières années. Robert Combas aime comparer sa peinture à du rock. Il est l’initiateur du mouvement de la figuration libre avec un autre artiste : Hervé Di Rosa. Après avoir étudié à l’École des Beaux-arts de Montpellier, Robert Combas prend l’art conceptuel - très en vogue à cette époque - à contre-pied et revient à la figuration.
Site de l’artiste

 Plus d’infos sur le site du MAC


http://www.culture.lyon.fr/culture/sections/fr/musees__ex...

09:32 Écrit par laura dans Lyon(Rhône,69:études,travail) | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

mercredi, 28 mars 2012

Au salon du livre

lyon et laura 24 mars 2012 006.jpglyon et laura 24 mars 2012 007.jpglyon et laura 24 mars 2012 008.jpglyon et laura 24 mars 2012 009.jpglyon et laura 24 mars 2012 013.jpg

18:28 Écrit par laura dans Mes dédicaces | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Les dames de Rome, par Françoise Chandernagor

Françoise Chandernagor poursuit son tour de l'Antiquité avec le séjour sur le Palatin de Séléné, la fille de Cléopâtre. L'art de l'Histoire et du récit. 

On a laissé Les Enfants d'Alexandrie, Alexandre-Hélios, Cléopâtre-Séléné et Ptolémée-Philadelphe, dans une ville dévastée par Octave, le nouveau maître de Rome. Leur mère, la reine d'Egypte Cléopâtre, et leur père, l'empereur d'Orient Marc Antoine, ont été contraints au suicide. Malheur aux vaincus ! Et à leurs rejetons. Les voici prisonniers, sur le chemin de Rome, "ville rouge qui cuit à l'étouffée dans ses vieilles murailles", où ils vont être exhibés à la populace lors du Triomphe d'Octave, ce défilé où l'"imperator" assoit son pouvoir et écrit sa légende. 

Lire la suite

14:52 Écrit par laura dans Des femmes comme je les aime | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Alésia

14:48 Écrit par laura dans A lire | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Le palais de l’ogre de Nimier, à paraître le 7 juin

21 mars 2012 par denecessitevertu · Commentaires
Classé dans: Le porte-étendard 

nimier10

Alors que l’année 2012 marquera le cinquantième anniversaire de la mort de Roger Nimier, Le Palais de l’Ogre paraîtra début juin dans la collection la petite Vermillon.

Le Palais de l’Ogre suivi de Histoire d’une Reine Morte, 1955

ROGER NIMIER COLLECTION LA PETITE VERMILLON  

Parution 7 JUIN 2012
108 X 178 – 200 pages – 8,50 €

Né le 31 octobre 1925 à Paris, Roger Nimier, romancier, journaliste et scénariste, est considéré comme le chef de file des « Hussards ». Il est mort prématurément dans un accident de voiture le 28 septembre 1962. Le Grand d’Espagne a été publié à La Table Ronde en 1950.

«D’aucune façon, Versailles ne se laisse toucher. Cependant, il est permis de regarder» écrit Roger Nimier dans le Palais de l’ogre, un texte publié par les éditions Sun en 1958 dans un livre illustré intitulé Versailles que j’aime… Cette célébration de la splendeur artistique du siècle de Louis XIV donne envie de redécouvrir le plus beau château du monde et de se perdre dans ses jardins. Elle nous éclaire par ailleurs de façon singulière sur le « royalisme » de Roger Nimier. Chez le français Nimier, comme chez le portugais Pessoa, le roi n’est pas une figure politique, mais un songe poétique. Avec les fées, les reines, les princes charmants, les baguettes magiques, les bottes de sept lieu et les robes couleurs du Temps, il participe d’une grande rêverie française qui a le bon goût de s’obstiner dans les temps rationnels et marchands. Rêveur incorrigible, Nimier aurait aimé avoir l’honneur d’une reine à défendre comme les personnages des Trois mousquetaires. Ce qu’il fait dans Histoire d’une Reine Morte, autre texte méconnu publié dans le Nouveau Femina en 1955 à l’occasion du bicentenaire de Marie-Antoinette.

http://www.denecessitevertu.fr/

14:40 Écrit par laura dans A lire | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Vrouz de Valérie Rouzeau (par Antoine Emaz)

VrouzNi vrac ni vroum, voilà le vrouz qui arrive, déboule et roule comme un dé sur la table, avec sa couverture bleue sage pas ciel plutôt bleu gris froid, peut-être un peu terne mais quelle vie ne l’est pas ? Vrouz donc, et une note finale nous informe qu’il s’agit d’un bon mot forgé par Jacques Bonnaffé, titre préféré à celui initialement prévu, « autoportraits sonnés avec ou sans moi ». 
J’aime bien que l’auteure joue discrètement sur les notes en fin de livre et refuse une quatrième de couverture, le plus souvent inutile. Mais revenons à ce titre initial : « autoportraits avec ou sans moi ». Donc lyriques ou objectifs mais toujours autoportraits, autrement dit une vie en mots, « a set of snapshots ». Intime, mais pas forcément, cela dépend des jours. Et si moi sans moi, que reste-t-il sinon de l’écriture ? « Bonne qu’à ça ou rien » est le premier vers du premier poème. Ceci posé, j’entends aussi dans ce « avec ou sans moi » quelque chose comme une vie à la peine, des moments où l’on ne se retrouve plus, où l’on ne s’y retrouve plus, une vie sans soi, une vie de rien, ou  peu. Cependant, « autoportraits » tout de même, mine de rien. Parce que si être ou ne pas être, c’est difficile, être sans être reste encore moins simple ; et pourtant on continue, on persiste, en bordure de mort, à côté, pas finis.

Lire la suite

14:34 Écrit par laura dans A lire | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Jean-Claude Pirotte, "Ajoie"

Jean-Claude Pirotte possède plusieurs cordes à son arc ou plutôt à sa lyre. Il est peintre, auteur de romans, de poèmes, de chroniques, ne dédaignant pas des horizons d'écriture fort différents comme le récit, le conte ou l'essai. Si les éditions Le temps qu'il fait et La table ronde se partagent une grande partie de son œuvre, encore faut-il y ajouter d'autres noms emblématiques : Le Castor Astral, Le Taillis Pré, Stock, L'Escampette, Le Cherche Midi etc. Cette reconnaissance éditoriale s'accompagne de prix prestigieux couronnant autant la prose que la poésie (Apollinaire, Kowalski, des Deux Magots, Valery Larbaud, Marguerite Duras).

Lire la suite

14:32 Écrit par laura dans A lire | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

AMERICA

 

  Collection Poésie/Gallimard

  William Cliff (né à Gembloux en 1940) est l'un des poètes les plus singuliers de l'actuel champ poétique belge. Usant d'une forme ostensiblement classique, il réussit, par les situations et les thèmes abordés, à créer de parfaits objets de scandale. Il a le verbe violent et voyou, l'inspiration à l'affût des désirs quotidiens, en tous lieux et en tous pays.
  Les voyages, avec leur part d'errances et de rencontres imprévues, donnent le mouvement et le cadre de ce livre double qui vagabonde et passe du continent américain aux contrées d'Asie. Ainsi America est composé de poèmes inspirés par deux longs séjours en Amérique du Sud et deux voyages aux États-Unis. « Tavalera » décrit en alexandrins la traversée vers l'Amérique du Sud à bord d'un cargo allemand qui porte ce nom. Puis viennent « Montevideo » et « Cone Sud ». William Cliff évoque les plages, les bidonvilles, ses brèves rencontres homosexuelles. Dans les deux dernières parties, « Philadelphie » et « Cape Cod », il raconte les étapes de son périple aux États-Unis. Dans cette déambulation de poète voyageur, William Cliff est à son meilleur. Le Nouveau Monde lui inspire des images aussi désolées que l'Ancien. Il est désespéré, grinçant, funèbre et malgré tout drôle. Dès les premières pages, on reconnaît un ton, une allure, une désinvolture révoltée qui n'appartiennent qu'à celui qui avoue pratiquer l'alexandrin « comme on gratte dans son nez pour s'occuper ».
  William Cliff : un dynamiteur de pensées molles et de comportements convenus, un maître du langage impeccablement dévoyé.

http://www.gallimard.fr/catalog/html/actu/index/index_poe...

14:22 Écrit par laura dans A lire | Lien permanent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |