Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon texte inédit sur ce blog:Le salon dormait dans la pénombre

Le thème de la semaine

 
Après une chasse aux œufs efficace et surprenante, nous vous proposons pour le thème de cette semaine de commencer votre texte par cet incipit :
 

Le salon dormait dans la pénombre 

A vous d'imaginer la suite, dans le style qui vous conviendra ...et bien entendu de nous envoyer votre texte à l'adresse habituelle : impromptus[at]gmail.com 

Le salon se refermera le dimanche 10 avril à minuit.
 
http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/p/le-theme-de-la-semaine.html

Le salon dormait dans la pénombre

Il ouvrit doucement la porte fenêtre. Le plus compliqué allait être d’ouvrir le volet sans faire de bruit. Mais comme le tumulte dehors était de plus en plus important, il tourna la manivelle suffisamment pour voir ce qui se passait. Le choc qu’il avait entendu correspondait à un motocycliste (sans casque bien-sûr) qui s’était fait renverser par une voiture et avait heurté en même temps la barricade du chantier en face de chez eux. L’accidenté avait l’air logiquement sonné, allongé par terre, la tête inclinée dans un angle inquiétant. Il y avait beaucoup de monde autour de lui mais soit les personnes semblaient l’étouffer de leur curiosité, soit elles étaient indifférentes, juste là parce qu’il s’était passé quelque chose. Personne ne semblait lui porter vraiment secours. Derrière leur volet, il brûlait d’intervenir comme il l’avait souvent fait dans des accidents dans son pays. Mais  comme on leur avait conseillé de ne pas intervenir à tort et à travers dans la vie de ce pays auxquels ils étaient étrangers ;  une tentative d’aide aurait pu être perçue comme une intrusion abusive. Il y avait déjà tant de possibles sauveteurs autour du blessé qui devait gémir. Les secours arrivèrent au bout d’un temps qui leur parut très long et la tête du motocycliste était déjà retombée pour ce qui leur parut l’éternité. Ils eurent du mal  à se rendormir et ne surent jamais rien de plus sur cet accident nocturne qu’ils n’avaient pas vu.

7 avril 2016

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur  ce blog

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.