Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dansons la capucine!

 

Aminautes au pied marin, pour ce défi 202

Venez chalouper tous en choeur au rythme du Tango ….

avec notre moussaillon Luciole

qui a l’honneur de vous guider dans vos choix….

 

Les DEFIS POESIE :

  • 15 Mars 2018 : Poésie ou chanson ou autre sur les 4 éléments qui composent la danse :

          L’EAU, L’AIR, LE FEU, LA TERRE

  • 22 Mars 2018 : Poésie, chanson ou autre sur :

          LA RELATION A L’AUTRE

Le DEFI du LUNDI :

  • 19 Mars 2018 :

“LE TANGO EST UNE PENSEE TRISTE QUI SE DANSE !” (Enrique Santos Discépolo)

 

A vos plumes que je sais expertes et à vous lire bientôt avec beaucoup de plaisir !

DEFI n° 202 LE TANGO

Le Môt de Dômi

En voilà un défi qu’il est rigolo.

Merci Luciole de nous inviter à danser le tango.

C’est avec plaisir les filles

que je cède le pont de notre coquille

Pour danser jusqu’à la nuit

Et tant pis si les hommes ont fui.

Je ne peux que répéter les Môts de Luciole

A vos plumes que je sais expertes et à vous lire bientôt avec beaucoup de plaisir !

Bises amirales.

Dômi.

Pour info, je ne sais pas si j’étais encore sous influence de la crémaillère

ou si mes neurones étaient gelés mais voilà que je me suis

complètement plantée dans les dates des prochains défis

heureusement que le moussaillon Zaza était là pour redresser la barre

sinon je vous menais tout droit au naufrage.

Voilà qui est corrigé, alors Laura, Jazzy ne tenez pas compte

de ce que je vous ai dit hier dans les commentaires

et je vous invite à consulter le tableau en haut de page.

Dansons la capucine !

Je revois mes jeux d’enfants

Avec ma grand-mère :

Des danses et des chants.

 

Une geste maladroit

A projeté une canine

Sur la lèvre de grand-maman.

 

Le bal s’est poursuivi

Avec un carabin ravi

De recoudre mon ancêtre.

 

Mon grand-père

Avait une carabine

Qui n’a tué aucun passereau.

 

Sur une passerelle,

Je le regardais pêcher

Le brochet en sifflant.

 

Un faucon pèlerin

Voilait de ses ailes

Ma  blanche pélerine.

 

Pépère avait des jumelles

Pour apercevoir le loup

Mais pas de loupe.

 

Elle était à mon père

Qui tel un chevalier

Portait une chevalière.

 

Il avait aussi une belle

Brochette d’insectes 

Aux couleurs d’étincelle.

 

D’un élevage canin

Dans le voisinage

Sortait parfois un capucin.

 

La lézarde de l’enfance

S’écartait avec le réel

Des lézards privés d’appendice.

 

Dansons la capucine

Des souvenirs dans l’âme

Et des images d’innocence.

 

9 mai 2016

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en passant  par les bannières sur ce blog

 

 
Lien permanent

Les commentaires sont fermés.