Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Votez pour déterminer le gagnant du Café Thé n° 75 - En attendant Guignol...

 

Pour ce 75ème Café Thé, je vous ai proposé de contempler cette photo des coulisses d'un théâtre de marionnettes et de nous raconter ce que vous vouliez : ce que se disent les marionnettes, ce qu'il va leur arriver sur la scène, pourquoi la porte est ouverte... Bref, délirez...

Participez au Café Thé n° 75 - En attendant Guignol...

Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant le résultat des votes (le 1er août 2016)

 

 

Vous êtes 4 à avoir participé.

Il s'agit maintenant de voter pour vos deux participations préférées, en utilisant le module de vote en bas à gauche, avant le 31 juillet 2016.

Participation n° 1 :

 

Paroles de guignol...

 

Pas de repos

Même le dimanche

On devrait se syndiquer... !

Pas de repos

On relève nos manches

Pour encore aller bûcher !
Comme les chevaux de bois

Qu'on fait tourner

Et aux coups de trois

Nous voilà sur scène lancer...

Diable, nous avons sommeil

Jamais nos paupières

Ne se ferment, même le soleil

Se couche sur terre... !

De grande évasion

Nous sommes épris

Dans notre théâtre prison

On se fait très vieux pardi... !

Droit à la retraite

Comme tout ouvrier

C'est pas qu'on nous maltraite

Mais on rêve de cocotiers,

De quoi faire une jaunisse...

Chut ! Nos maîtres voici venir

M'sieur Mourguet, m'sieur Josserand

Faisons bonne figure dans nos soupirs

Il y a encore des enfants

Qui nous applaudissent... !

 

 

Participation n° 2 :

 

 C’est notre Guignol de Lyon
 
Qui enchantait nos mercredis
Avec son compère Gnafron
Qui se mange aussi  à midi.
 
Le théâtre se dressait sur la place
Et le plaisir naissait de l’attente
De la représentation : plaisir fugace,
Impression tenace dans nos âmes.
 
En ces temps du règne de l’immédiateté
Il me revient  ainsi  ces instants volés
A l »urgence qui nous gouverne aujourd’hui
Ces jeux de société, joyeux paysages de pluie.
 
On jouait au dada
Avec grand-maman
On suivait le jeu de l’oie
Avec grand-papa
 
Pourquoi ne pas sortir le mikado
Qui demande plus d’adresse
Que les cartes ou les dominos
Joue-t-on encore à la corde dans les cours ?
 
C’est notre Guignol de Lyon
Qui enchantait nos mercredis
Avec son compère Gnafron
Qui se mange aussi  à midi.
 
 
Participation n° 3 :
Votez pour déterminer le gagnant du Café Thé n° 75 - En attendant Guignol...
 
 
Oh ! Des poupées !
Les trois petits se sont arrêtés devant la porte entr'ouverte. Les yeux émerveillés pétillent.
- Elles sont belles. Benoît, tu crois qu'on peut toucher ?
Les petites mains avancent, tapotent du bout des doigts.
- Regarde Julie, elles n'ont pas de pieds !
- Je sais, déclare Julien, tout fier. Ce sont des ma-ri-onnettes ! On met la main dedans pour les faire bouger.
- Moi, je prends celui qui a un coup de soleil et un beau chapeau. Il ressemble à tonton Gaston. Je vais faire la grosse voix comme pour papa ours dans Boucle d'Or.
- Moi, j'aime bien l'homme-biquette avec ses cornes et sa barbichette. Une chèvre rouge, c'est original.
- Ben, il n'y a rien pour les filles ...
- Prends la souris, Julie ! Tonton appelle souvent les filles 'jolies souris". Les souris , c'est pour les filles. Et puis, elle a plein de rouge à lèvres.
-D'accord Benoît ! Bon, on va demander à maman si on peut jouer avec ???
 
Participation n° 4 :
 
 
Le Diable : Qu'est-ce qu'on fait ce soir après le spectacle ?
Guignol : Moi, je dors. Je suis fatigué avec tous les coups de bâton que je reçois
Mickey : Moi, je sors avec Minnie. Elle vient me chercher avec Donald...
Le Diable : Je peux venir avec vous ?
Mickey : Non, tu sèmes la zizanie à chaque fois
Le Gendarme : Vous restez tous là. Et Minnie te parlera de la porte, avec Donald !
Le Menuisier : Et si on partait tous ? Tout de suite. Avant le spectacle, puisque quelqu'un a oublié de fermer la porte. Qui est pour ?
Mickey, le Diable et le Menuisier prirent la poudre d'escampette.
 
Il ne resta dans le petit théâtre de marionnettes que Guignol bien fatigué et le Gendarme au teint rouge...
Les enfants, dans la salle, criaient déjà : "Guignol ! Guignol !"
Le marionnettiste pesta quand il s'aperçut de la disparition d'une partie de sa troupe. Il avait oublié de fermer la porte de son petit théâtre et crut qu'on lui avait volé les trois marionnettes manquantes.
Il assura ce soir-là le spectacle avec Guignol et le Gendarme. Il simplifia son scénario et les enfants furent ravis. Les rires et les applaudissements furent si nombreux que le lendemain matin, lorsque le Diable, le Menuisier et Mickey regagnèrent leur place, dans les coulisses, le marionnettiste leur dit qu'il se passerait désormais d'eux.
"Qui va à la chasse, perd sa place" dit le Gendarme goguenard aux trois compères..
 
Lien permanent

Les commentaires sont fermés.