Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:Tu me fends le coeur

Sujet semaines 31 et 32 - jeu d'été

Sujet semaines 31 et 32 - jeu d'été
---------------
 
Jusqu'au 13 août à midi, nous vous proposons de participer à notre jeu d'écriture autant de fois qu’il vous plaira, la seule contrainte étant que chaque titre contienne le nom d’une carte à jouer.
 
 
Bonne quinzaine,
 
Mil et une
 
http://miletune.over-blog.com/2016/07/sujet-semaines-31-et-32-jeu-d-ete.html

Tu me fends le coeur

Si Pépère avait perdu l'accent du Midi,

Entendu en lisant ou en voyant du Pagnol,

Il portait souvent à sa boutonnière de la lavande

Qui lui rappelait le parfum de son pays.

Pépère, c'était mon héros, mon idole.

Il avait été un prince du ring et en gardait des traces.

Tu me fends le coeur, pépère

Quand je frotte de la sauge entre mes doigts:

Une autre odeur qui me fait penser à toi.

Il y avait encore la menthe sur ta salopette;

La menthe du Maroc où tu fus soldat naguère.

La menthe du thé à ne pas noyer dans la candeur du sucre.

Tu me fends le coeur, Pépère

Quand je revois le couple que tu formais avec Mémère,

Mon refuge des tristesses et injustices d'enfance.

Ma partisane en révoltes d'adolescence.

Tu me fends le coeur, pauvre petite bretonne

Qui sut se donner au provençal de Sorgues,

Scandaleux père célibataire, résistant et réfractaire

Au STO. Tu me fends le coeur, Mémère,

Quand je repense aux parties de cartes

Que nous jouions entre deux confidences,

Deux délires qui nous faisaient tant rire.

Tu me fends le coeur lors de nos batailles

Où tu trichais si effrontément que

Tu m'as passé l'envie de la triche.

Tu me fends le coeur, Mémère;

Je n'ai jamais su bluffer , c'est parfois utile.

Mais au poker ou au menteur, je suis mauvaise.

Après m'être tenu à carreau, j'ai mis tout mon coeur, Mémère

Dans des amours où les rois de trèfle sont devenus valets de pique:

Pique, pique mon coeur mais grandit mon âme

Et réchauffe mon coeur avec un joker devenu mon prince

Que je n'ai pas attendu mais chanté à tue -tête.

Tu me fends le coeur , pépère

Mais la Ste Victoire de Cézanne adoucit mes souffrances

Lorsque ses "joueurs" affolent les enchères.

Tu me fends le coeur, mémère

Mais les landes bretonnes

Abritent notre secret que les cruels ignorent.

 

31 juillet 2016

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur ce blog.

Les commentaires sont fermés.