Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:La maladie de la lecture

proposition défi 174_im2

Défi 175 : Jeanne Fadosi à la barre ... no actuality !!!

Ohé Matelôts!!! C'est Jeanne Fadosi qui vous parle .... Me voici à la barre des CROQUEURS DE MOTS à la suite de lilousoleil pour ce défi n �75 et voici la feuille de route que je vous propose. Défi à publier sur votre blog lundi matin 05/12 : On peut faire quelquefois d'un désagrément un atout. Raconter, de préférence sur mode …

Lire la suite.

La maladie de la lecture

Toute petite, du temps de la maternelle, j’étais souvent malade

Mais je ne m’en souviens   guère que par ce qu’on m’en raconte

Rien de grave, les maladies d’enfance comme la varicelle

Et des petits rhumes d’une fille trop couvé que le dehors perturbe

 

Je suis malade,
Complètement malade

Du temps de la primaire, je me souviens mieux de mes journées de malade

C’était toujours des rhumes qui empêchaient de sortir mais sans souffrance

Abominable ; au contraire, on m’offrait des livres ou tout au moins des livres

S’offraient à moi : entre fièvre et lecture, je ne distinguais plus la réalité du rêve

 

Elle court, elle court, la maladie de la lecture

Je me  rappelle particulièrement de ma fièvre pour la paléontologie, les dinosaures

Que mes parents ne soignaient car ils couvaient depuis longtemps et ensemble la même

Lors d’un après-midi sans école, j’avais dévoré d’un coup  sur le sujet quatre tomes

Que j’ai encore et que je me revois encore lire dans ma chambre disparue d’enfance

 

Je suis malade,
Complètement malade

De cette époque datent aussi, les couvertures cartonnées bleues protégées par de belles

Illustrations : Jack London m’emmenait dans ses voyages, voyages dont je ferais un thème

De recherche, les splendides  couleurs dorées et rouges des Verne de Hetzel, extraordinaires

Etaient encore les périples et j’étudiais au cours de mes études « Paris au  vingtième siècle »

 

Elle court, elle court, la maladie de la lecture

J’ai attrapé aussi le virus des romans policiers avec la Bibliothèque verte et la blonde Alice

Dont je voulais copier l’allure et la coiffure ; mes polars d’aujourd’hui sont plus sombres

Mais le virus de la lecture a toujours résisté à tous les vaccins et vicissitudes de la vie.

Quelque soit ma ville, mon compagnon, mon travail, mes obligations, je suis malade

 

Complètement malade

Elle court, elle court, la maladie de la lecture

29 novembre 2016

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur ce blog

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.