Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog: L'art de perdre son temps

Semaine du 6 au 12 février 2017 - L'art de perdre son temps

 
Au cours de ces 12 dernières années, les Impromptus ont régulièrement arpenté la thématique du temps.
Pour preuve déjà, au mois de mars 2006, cette proposition d'écriture :
"L'art de perdre son temps", que nous vous proposons de revisiter à présent.

Alors, en prose ou en vers, évoquez-nous cet art subtil.
Mais la pendule impromptue sera cependant intraitable, et votre texte devra nous parvenir avant dimanche 12 février 2017 à l'adresse habituelle impromptuslitteraires[at]gmail.com, au risque de se voir renvoyer aux calendes grecques :)
 

L’art de perdre son temps

Je ne connais pas l’ennui et je suis toujours surprise

D’entendre les jeunes -que je côtoie dans ma profession-

Et les moins jeunes exprimer leur ennui avec conviction

Et clamer haut et fort  et sans retenue: je ne sais pas quoi faire

 

Je les plains et je les admire moi qui n’ai jamais assez de temps

Pour faire ce que j’ai à faire et ce dont j’ai envie et trouve les heures trop courtes

Que d’autres trouvent le temps d’avoir le temps de perdre leur temps

A s’ennuyer et à ne pas savoir quoi faire de leurs heures trop longues

 

De l’autre côté, ma façon d’occuper mon temps comme on dit

Suscite souvent l’incompréhension : ce que je considère comme la vie

Ou tout au moins ma vie  paraît souvent aux autres, plus ou moins proches,

Inutile voire le symbole d’un luxe qui est pour moi l’indispensable

 

L’art de perdre mon temps ou de l’occuper- qui me semble un mot infâme

Comme si la vie consistait en des cases à remplir ou des pages d’une éphéméride

A arracher : l’art de perdre mon temps consiste pour moi à aimer chaque heure

Avec toi ou à savoir qu’il y a toujours un livre pour me sauver du monde ou m’ouvrir aux autres.

 

6 février 2017

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.