Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Votez pour déterminer le gagnant du Café Thé n° 84 - Le métier que vous n'auriez pas voulu exercer... auquel je participe

Pour ce 84ème Café Thé, je vous ai proposé de nous raconter quel métier vous n'auriez pas voulu exercer et pourquoi...

 

Les consignes étaient : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant le résultat des votes (le 1er mai 2017)

 

 

Vous êtes 3 à avoir participé.

 

Il s'agit maintenant de voter pour votre participation préférée, en utilisant le module de vote en bas à gauche 

avant le 30 avril 2017.

 

(Si vous ne pouvez pas utiliser le module de vote, indiquez moi votre choix dans votre commentaire)

 

 

Participation n° 1 :

 

C’était il y a bien longtemps, du temps où j’allais au catéchisme et que je préparais ma confirmation. La retraite avait lieu pendant trois jours dans un beau château de la région où nous étions préparées et rassurées sur la fameuse « claque » de l’évêque devait nous infliger, par d’adorables religieuses. Celle de mon groupe était ronde, souriante et pleine de bienveillance. C’est étrange j’ai oublié son prénom mais pas son visage, elle était vraiment gentille.
 
Le dernier jour, les religieuses nous ont raconté  chacune à leur tour ce qui les avaient amenées à consacrer leur vie à la religion, elles avaient l’air fières et heureuses de raconter leur vocation. J’ai été effrayée en comprenant que l’on pouvait être touchée par la grâce, comme ça et des mois après, je priais encore pour que cela n’arrive jamais.
 
J’avais envie d’apprendre un métier, d’avoir un amoureux, des enfants, de voyager, de découvrir le monde, d’être bien habillée comme toute gamine de dix-onze ans et j’ai vraiment longtemps eu peur que Dieu pose le doigt sur moi… La vie dans un couvent… comment aurais-je pu supporter ?…

Participation n° 2 :

 

J'aurais aimé être un artiste...
 
 
Gamin, gamine
On s'imagine
Pompier
Policier
Maîtresse, d'école, pas la roucoulade !
Blouse blanche, ange des malades...
 
Gamin, gamine
On s'imagine
On se voit
Dans ce genre d'emploi...
Beau et noble métier
Publique d'utilité...
 
Gamin, gamine
Qui s'imagine
En bourreau d'abattoir
Ou de laboratoire
En embaumeur
De tombe en creuseur
Prosecteur ou médecin légiste
Aux beaux arts, nudiste
Homme de la mine
A la chaîne en usine
Eboueur
Boxeur,
Du sexe travailleuse
Voire chômeur, chômeuse...
 
Non, mais voilà...
La vie a le dernier mot
Moins rose qu'un roman photo,
J'fais l'trottoir, concierge de mon état...
 
 
Participation n° 3 :
Je n'aurais pas pu être... un escroc
Je n'aurais pas pu être un escroc, non que  les biens de ce monde me laissent de marbre
Non que je n’admire pas certains escrocs qui ne tuent personne comme les faussaires
J’admire l’intelligence des escrocs qui contournent les lois  sans blesser quiconque
J’admire le talent des faussaires qui copient les artistes de génie avec panache
 
Mais je n’aurais pas pu être un escroc car je ne sais ni mentir, ni tricher sans devenir rouge
Pivoine : comme tout le monde, je pense, j’ai essayé de frauder dans l’urgence
Mais soit que je n’étais pas douée, soit que je n’avais pas de chance
Je me suis à chaque fois fait prendre les mains dans le pot de confiture.
 
Je n'aurais pas pu être un escroc car on m’a enseigné l’honnêteté et le sens de la faute
Ca s’est tellement bien insinué en moi car j’ai tendance, pour tout, à me sentir coupable
D’avoir fait  ou de ne pas avoir fait assez bien ou de ne pas avoir fait, même mon absence
Me rend coupable et pire que tout, je me sens responsable des fautes des autres
 
Comment dans ce cas, devenir escroc, mentir, frauder, voler, tricher aux cartes
Se révélerait un exploit pour moi à qui on reproche souvent d’être trop franche
Cash, cigarette sans filtre que j’ai fumé, Craven A, nocive pour les menées secrètes
De tous genres ; j’adore les polars mais dans ce registre, j’aurais fait mauvais genre
Lien permanent

Les commentaires sont fermés.