Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:Vitesse, vapeur, pluie

Défi 192, une heure de votre vie en quelques môts …

  1. octobre 2017· 5 commentaires · Catégories: Annonce défi

Voici Jeanne Fadosi à la barre des Croqueurs de Môts

à la suite de Jill Bill pour ce défi n°192

et comme le temps est l’une de ses marottes récurrentes à ce poste,

voici la feuille de route qu’elle nous propose.

Défi  à publier sur votre blog lundi matin 09/10 :

Racontez ou inventez les temps forts d’une heure de votre vie en un minimum de mots.

(Idéalement au plus l’équivalent d’une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).

A titre d’exemple la consigne précédente fait 2 phrases, 28 mots et 170 caractères.

jeudis poésie 05/10 et 12/10 au choix mais si vous avez besoin de pistes

pourquoi pas vitesse et lenteur.

 

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/2017/10/02/defi-192-une-heure-de-votre-vie-en-quelques-mots/

William Turner, Pluie, vapeur, vitesse

 

 William Turner, Pluie, vapeur, vitesse

William Turner, Pluie, Vapeur, Vitesse

http://www.larousse.fr/encyclopedie/oeuvre/Pluie_Vapeur_Vitesse/181406


Vitesse, vapeur, pluie

Comme la locomotive du Great Western Railway  a du paraître rapide

A ceux qui étaient dans ses wagons, aux spectateurs comme le peintre !

Comme William Turner a représenté dans ce  tableau le train et sa vitesse

Comme un monstre mythologique sortant du néant, innovation presque abstraite.

 

Comme l’application de la machine à vapeur  à la locomotive

Par notre voisin ardéchois Marc Seguin a bouleversé nos modes

De transport alors que le voyage est un moyen de connaissance.

Du monde ; facilité, le Grand Tour n’est pas encore un monstre touristique.

 

Comme la pluie se mêle à la vapeur d’eau pour flouter « la bête humaine »

Que nous conduisait pas encore Jean Gabin ; bienheureux les peintres de la liquide

Offrande du ciel ; bienheureux Turner, qui, comme Boudin a su voir l’étrange

Beauté des ciels brouillés[1] et nous entraîner dans « Pluie, vapeur, vitesse[2]. »

 

[1] http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2017/05/23/charles-baudelaire-1821-1867-ciel-brouille-5946947.html

[2] http://www.larousse.fr/encyclopedie/oeuvre/Pluie_Vapeur_Vitesse/181406

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.