Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon texte inédit sur ce blog:Excusez-moi

Proposition 88, Uutai Olena

 

Tandis que les parutions se poursuivent un peu chaque jour autour de la proposition 87  "Un jour, une herbe",  je vous propose, pour vendredi prochain, d'écrire  votre ressenti après avoir écouté et regardé cette vidéo qui ne devrait pas vous laisser indifférents. J'espère que cela vous "branchera" mieux que la précédente proposition et que vous serez plus nombreux à participer.

Belle semaine à tous et à très bientôt. AD





 
UUTAI Olena, siberian shaman lady

Mother-Earth Song in Mariinsky Opera




Si la proposition 87 vous tente, n'hésitez pas, je pourrai intégrer votre page à tout moment.
Merci les brins de l'herbier, sans vous l'herbier n'est rien.
https://imagesreves.blogspot.fr/

Excusez-moi

 

Excusez-moi si je pense à lui encore en écoutant UUtai Olena, la chamane sibérienne

Excusez-moi si je pense à Nerval, lui  qu’on dit fou parce qu’il promenait un homard en Laisse. Excusez-moi si je pense à lui en entendant ce chant de la Terre-Mère ou inversement.

Pourquoi, pense-je à Nerval en écoutant cette femme en contact direct avec la nature, me Demanderez-vous ? Parce que dans ses « Vers dorés », il proclame que « Chaque fleur est une Ame à la nature éclose. » C’est mieux que ce disent certains écologistes d’aujourd’hui.

C’est aussi bien que les « Correspondances » de Baudelaire. C’est antique et moderne.

C’est romantique et naturaliste, réaliste et mythique. C’est Nerval qu’il faut lire

Pour y lire qu’il aime les femmes qu’elles soient filles ou mères, feu ou terre.

Excusez-moi si je pense à lui qui a perdu sa mère à l’est, du côté de la Pologne,

Pas loin de la Sibérie ; comme il a aimé cette mère morte d’être partie rejoindre son père.

Comme la chamane, l’ « Aurélia » de Nerval détient la clé de la porte d’ivoire entre le songe

Et le réel. Les Chansons du Valois- de notre génial poète maudit d’avoir été curieux du Monde- ressemblent au chant de la Terre-Mère irriguée par les veines qui baignent le pays de l’enfance.

 

9 OCTOBRE 2017

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.