Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon bouts rimés inédit:Paysages marseillais

Atelier d’écriture n°292

Voici la 292è photo de l’atelier d’écriture. Une petite nouvelle par ici, puisqu’il s’agit d’une photographie de Caroline Morant. Merci à elle.

Quelques petites règles de cet atelier d’écriture  :

C’est un atelier hebdomadaire : le principe est d’écrire une histoire à partir d’une photographie. La fiction est à l’honneur, donc. Pas plus d’une page word.

Les publications ont lieu chaque lundi (sauf pendant les vacances), si jamais vous avez un blog, vous vous inscrivez dans le formulaire donné ci-dessous, et si vous n’en avez pas, vous pouvez m’envoyer votre texte avant le dimanche soir. (Si vous me l’envoyez trop tardivement il ne sera en ligne que lorsque j’aurai le temps de l’ajouter.)

Si jamais un texte ne me convenait pas pour X raisons, je ne le publierai pas et je vous expliquerai pourquoi par mail.

http://www.bricabook.fr/2018/01/atelier-decriture-n292/

 

Paysages marseillais

Du Fort Saint-Jean que Cross, sous un ciel rosé, était en train d’aquareller

 Je suis partie vers la mer bleue et verte, la longeant sans me lasser

Peut-être qu’au bout de mes pas, il y aura mon ancien rêve d’Europe, à Tanger.

Le jour de ma première visite au MUCEM, il tombait des cordes

C’est comme si l’eau lavait la poussière de soleil comme dans un tableau de Marquet.

Je revenais vers la ville pour voir une exposition sur l’orientalisme à la Vieille Charité.

Je repartais pour l’Estaque où je croisais Van Gogh qui cherchait le musée

De Monticelli mais comme moi, il se cassa le nez car il était fermé.

Il n’avait pas pu rencontrer Othon Friesz, par l’Estaque, aussi ensorcelé.

Nous marchâmes ensemble en parlant des peintres qui nous avaient précédés.

Ils étaient si nombreux à nous rejoindre dans notre tour paysagé.

Nous croisâmes Monet qui regardait un fond de montagnes  éloigné

Sur lequel se découpait un pin qui sur la mer  semblait se pencher.

Charles Camoin nous salua rapidement avant de retourner à sa barque floutée.

Nous le revîmes le soir sur le port au ciel redevenu bleu, bateaux et peuple à croquer.

Nous décidâmes de prendre un chemin de terre vers l’Estaque  avec Renoir : couleurs rêvées.

Assis sur un rocher, Cézanne cueillait un effet du soir avec une apparente facilité.

Le Dufy cubiste se délectait de l’usine de l’Estaque, un monde aujourd’hui oublié

Le fauve Lhote faisait rugir les couleurs d’un paysage naturellement ensoleillé.

Braque s’était laissé ensorceler par le port de l’Estaque : presque un cliché.

Je n’ai malheureusement pas pu présenter à Van Gogh Kandinsky : abstrait et coloré.

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.