Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon texte inédit sur ce blog:Lire le journal… au bistrot

Photo de l’atelier d’écriture 314

Voici la photographie de l’atelier d’écriture n°314. Pour lire nos textes de l’atelier 313, c’est par ici. 

Les textes écrits à partir de cette photographie seront publiés le lundi 15 octobre.  Ensuite, l’atelier prendra des vacances, comme nos chers écoliers. Nous ferons notre rentrée le lundi 5 novembre (la photo aura préalablement été postée le 16 octobre.)

© Kyle Wagner

 

Pour ceux qui ne connaissent pas : je poste chaque mardi (ou mercredi) une photographie, et vous avez quelques jours pour écrire un texte. Ton et genre libres. Une page word maximum. Vous vous inscrivez sur le formulaire ci-dessous et vous y ajoutez l’url de votre blog. Le lundi matin, votre lien apparaîtra automatiquement sous les textes.

Si jamais vous n’avez pas de blog, vous pouvez m’envoyer votre texte (le mieux est de ne pas me l’envoyer après 20 h le dimanche soir. Sinon, vous attendrez le lundi soir pour que j’actualise les textes.)

Cet atelier d’écriture est un moment de partage. Une fois votre texte publié, il est plus convivial de continuer ce partage en lisant et commentant les textes. Pas tous forcément, mais ceux qui nous ont marqués, ceux que nous avons aimés, voire même ceux (tout simplement) que nous voulons commenter… L’échange est, selon moi, la base de ce rendez-vous. (Sinon, il nous suffit de retourner à l’activité solitaire de l’écriture …)

Le formulaire à remplir, si vous avez un blog :

http://www.bricabook.fr/2018/10/photo-atelier-ecriture-314/

Lire le journal… au bistrot

Je lis la presse papier depuis 30 ans au moins.  Ma première revue de presse date du lycée, pour un dossier sur l’Afrique plutôt noire (sujet qui me passionne toujours) alors que vingt ans, c’est au Maghreb que je vécus.

Dans ma prépa HEC à Paris, nous avions beaucoup de presse à disposition et je me ruais dessus chaque matin en arrivant. J’ai aussi pris l’habitude d’acheter l’édition du Monde de l’après-midi. J’ai continué à lire tout ça pendant mes études de droit.

Quand j’ai repris des études de lettres par correspondance, j’ai pris le virus des suppléments littéraires : dans le Figaro, La croix et Libération le jeudi et Le monde le vendredi.

J’ai pris le virus de l’art au Maroc où il fallait courir après toute cette presse. Depuis mon retour, je me drogue à la presse artistique.

 

Quant au bistrot, ce fut comme dans Diabolo menthe d’abord un lieu de rendez-vous entre jeunes, loin de la maison pour papoter, draguer, fumer (quand on pouvait et que je fumais encore).                                                                                                                                  Quand j’ai connu mon mari, je me suis mis à beaucoup bouger, grâce (et parfois à cause, sourire) à son travail : j’avais repris mes études de lettre et quand je l’accompagnais dans ses déplacements, j’errais à Lille, Toulouse, Lyon (etc.) dans les rues, sur les quais de la Garonne, les bibliothèques universitaires (etc.) pour travailler, lire, découvrir ces villes puis j’allais à notre lieu de rendez-vous comme les Trois Brasseurs à Lille ou la Brasserie Georges. En attendant mon mari, je buvais une bière en lisant un livre d’étude, un livre ou de la presse que j’avais acheté au Furet du Nord ou à Ombres blanches.

Je lis toujours la presse et beaucoup d’autres choses et je vais toujours au bistrot.

10 octobre 2018

Pour lire d 'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur ce blog 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.