Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Catégories : CE QUE J'AI ECRIT ET PUBLIE, PAYSAGES. A MON MARI

Mon poème inédit sur ce blog:Instructions pour survivre à la mort de son mari

JEU 52 : Instructions élémentaires

 

MERCI aux participant(e)s de novembre...

Je tiens vraiment à rendre  hommage...à vos hommages ,
et à votre façon, toujours inattendue et personnelle,
de traiter les sujets que, dans ma solitude plus ou moins inspirée,
je  laisse tomber sur la page, chaque premier du mois...

C'est toujours un plaisir énorme de vous lire.


Ceci dit, la fin de l'année approche,
et encore une fois,
je me suis trituré les méninges
et je me suis demandé,
la tête entre les mains,
ce que je pourrais bien vous proposer...
comme point de départ
pour entamer une nouvelle aventure scripturale...





Et si, ce mois-ci, nous partions un peu...
en déraison ?
Dans ce pays où tout est possible,
 dans ce pays où le probable et le certain
n'ont plus cours...
et où la poésie côtoie sans cesse
le bizarre et le loufoque ?

Ce pays de "douce folie",
c'est le pays de Julio Cortazar...
Oui, oui, vous connaissez ce nom, 
vous l'avez déjà croisé une fois dans ce blog,
c'était ICI.

Aujourd'hui, je vous confie trois de ses textes,
(à lire lentement et la bouche fermée)



 

Instructions pour monter un escalier (extrait)

Les escaliers se montrent de face 
car en marche arrière ou latérale ce n’est pas particulièrement commode. 
L’attitude la plus naturelle à adopter est la station debout, bras ballants, 
tête droite mais pas trop cependant 
afin que les yeux puissent voir la marche à gravir, 
la respiration lente et régulière. 
Pour ce qui est de l’ascension proprement dite, 
on commence par lever cette partie du corps située en bas à droite 
et généralement enveloppée de cuir ou de daim et qui, sauf exception,
 tient exactement sur la marche. 
Une fois ladite partie, que nous appellerons pied pour abréger, posée sur le degré, 
on lève la partie correspondante gauche (appelée aussi pied mais qu’il ne faut pas confondre
 avec le pied mentionné plus haut) et après l’avoir amenée à hauteur du premier pied, 
on la hisse encore un peu pour la poser sur la deuxième marche 
où le pied pourra enfin se reposer, tandis que sur la première le pied repose déjà. 
(Les premières marches sont toujours les plus difficiles,
 jusqu’à ce qu’on ait acquis la coordination nécessaire. 
 La coïncidence des noms entre le pied et le pied rend l’explication difficile. 
Faites spécialement attention à ne pas lever en même temps le pied et le pied.
Parvenu de cette façon à la deuxième marche, 

il suffit de répéter alternativement ces deux mouvements 
jusqu’au bout de l’escalier. 
On en sort facilement, avec un léger coup de talon
 pour bien fixer la marche à sa place et l’empêcher de bouger
 jusqu’à ce qu’on redescende. 






Instructions pour remonter sa montre


Là-bas au fond il y a la mort, 
mais n'ayez pas peur. 
Tenez la montre d'une main, 
prenez le remontoir entre deux doigts, 
tournez-le doucement. 

Alors s'ouvre un nouveau sursis, 
les arbres déplient leurs feuilles, 
les voiliers courent des régates, 
le temps comme un éventail 
s'emplit de lui-même 
et il en jaillit l'air, les brises de la terre, 
l'ombre d'une femme, le parfum du pain.

Que voulez-vous de plus ? Attachez-la vite à votre poignet, 

laissez-la battre en liberté, imitez-la avec ardeur. 
...
 


Instructions pour chanter

Commencer par casser tous les miroirs de la maison, 
laissez pendre vos bras, regardez vaguement le mur, oubliez-vous. 
Chantez une seule note, écoutez à l'intérieur.

Si vous entendez (mais cela ne se produira que plus tard) 
quelque chose comme un paysage plongé dans la peur, 
avec des feux entre les pierres, avec des silhouettes à demi nues et accroupies
je crois que vous serez sur la bonne voie, de même si vous entendez
 un fleuve où descendent des barques peintes de jaune et de noir, 
si vous entendez une saveur de pain, 
un toucher de doigt, une ombre de cheval.

Après quoi, achetez des partitions, un habit et, de grâce,
 ne chantez pas du nez et laissez Schumann en paix. 
.

 Julio Cortazar
"Cronopes et Fameux"
.


 




Voilà c'est fait ?
Vous avez réussi l'exercice ?
Alors , c'est bon, vous êtes fins prêts
pour le  défi de ce mois...;-)

Voilà de quoi il s'agit :

A votre tour, vous écrirez 
vos "Instructions pour...."
ce que vous voulez...


Utilisation impérative...de l'impératif
...et fantaisie recommandée.



Envoi de vos textes 
à undeuxtrois4@orange.fr
avant le 21 décembre 2019
 
.
 
La Licorne
 

Instructions pour survivre à la mort de son mari

Ecouter les paroles de réconfort

Mais pas les formules à ressort

Que tu te prends en plus du reste

En pleine figure

 

Ecouter les conseils d’une oreille

Garder une pincée de celle

Ci et laisser de côté les critiques

Du mort et de celle qui reste

 

Ecouter ta voix qui me murmure

Encore que je suis belle et forte

Et qu’ensemble

C’est plus fort que la mort

 

3 décembre 2019

Les commentaires sont fermés.