Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon texte inédit sur ce blog:L'araignée ou la mère sculptée

JEU 59 : Actualité fabuleuse

 
 

Tout d'abord,  
un grand MERCI à Andrea et à Mary,
pour leurs superbes "tranches de poésie"
de juin... !
.



Mais il est temps maintenant passer à autre chose :
en ce mois de juillet, je vous propose 
de vous pencher à nouveau
sur un sujet peut-être oublié depuis l'enfance ...
"Les Fables de La Fontaine".


 
 
 
 

L'idée sera d'emprunter 
à ces fables du passé
un personnage ou un animal...
et de le "faire s'exprimer" au présent,
sur un sujet d'actualité.
 
Le sujet en question 
peut être un fait divers, 
ou un sujet de fond...
peu importe, 
mais il devra être vu "par le prisme"
du personnage en question
(exemple : La "Fourmi" s'exprimant 
sur un sujet économique ou financier...).
 
La forme du texte n'est pas imposée :
monologue intérieur, dialogue, récit,
poème ou fable...
tout est possible ou accepté.
 
La dernière contrainte sera 
de placer dans votre texte la phrase suivante :

"Le monde est un vaste théâtre 
où chacun joue son rôle le masque sur le nez.
 (Axel Oxenstiern -1645)

 
 
Voilà.
J'espère que cela vous inspirera
 
Envoi à undeuxtrois4@orange.fr
avant le 21 juillet 2020
 
Et en attendant, 
bonnes vacances à tou(te)s !
 .
La Licorne
.
 
 
 
 
 
 
 
Liste des Fables :
ICI
.

Une dernière chose : 
si la fable choisie ne fait pas partie des plus connues, 
merci de nous en indiquer le titre...

L'araignée[1] ou la mère sculptée

Il est des œuvres qui nous parlent plus qu'on les admire. Il en est ainsi pour moi des araignées de Louise Bourgeois[2]. J'en ai vu au moins une au Château La Coste il y a un an pour nos dernier voyage d'anniversaire de mariage à Aix-en-Provence. J'ai du en voir d'autres ailleurs car nous faisions souvent ce genre de visites de parc de sculptures. Si Louise Bourgeois  rend hommage à sa mère protectrice et tisserande à travers ces araignées, j'y vois pour ma part aussi un aspect menaçant, la toile pouvant nous enfermer dans un monde clos et étouffant. On fait confiance à sa mère. Si elle vous dit que vous êtes grosse, vous la croyez? Pourquoi une mère dirait-elle ça à sa fille si n'est pas vrai? Si une mère peut faire des erreurs(comme tout le monde) par ignorance, bêtise, jeunesse, une mère peut-elle faire souffrir intentionnellement ou sans s'en rendre compte(on revient à la bêtise), sa fille? Pourquoi une mère est-elle méchante avec sa fille? Parce qu'elle a été elle-même malaimée dans sa jeunesse et reproduit son schéma? Alors que d'autres choisissent de prendre le contre-pied de ce qu'elles ont vécu en donnant confiance à leur fille(parfois exagérément, je le vois chaque jour au collège) ou en ne se reproduisant pas et donc en évitant de faire souffrir son enfant en pensant qu'on n'en ait pas capable? "Le monde est un vaste théâtre où chacun joue son rôle le masque sur le nez[3]."

L'art et l'écriture peuvent servir à faire tomber le masque, à dire à l'autre, qu'il a été notre bourreau(volontairement ou involontairement, à lui de le dire ... ou pas) et qu'on a été sa victime mais qu'en le disant, le sculptant, le peignant, on veut jeter son masque de victime en faisant face au criminel. Si l'on veut guérir, il arrive que la personne face de soi(parfois victime avant d'être bourreau)ne veuille pas se reconnaître malade et donc, nul besoin de guérir!

 

9 juillet 2020

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Araign%C3%A9e_et_l%27Hirondelle

[2] https://www.franceinter.fr/emissions/bav-art-dages/bav-art-dages-30-juillet-2017

[3] Axel Oxenstiern -1645

Les commentaires sont fermés.