Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:La pluie,incertaine

Le thème de la semaine

 
Cette semaine c'est Chri qui nous propose le thème suivant :

"Voici dix titres de romans :

La pluie, incertaine.
L'oblique des sentiments.
L'étrange aventure du nain Sielbermann.
Une aube au coin des doutes.
Les catastrophes sereines.
A ne plus pouvoir te dire.
Ton nom dans ma main.
Un soir, allongés.
Une camisole de farce.
La raideur des oublis."

Vous en choisissez un (que vous nous précisez), et vous écrivez soit le premier chapitre, soit le dernier, à votre convenance.
Vos textes devront nous parvenir d'ici dimanche 27 mars à l'adresse habituelle impromptuslitteraires[at]gmail.com

 
Vous pouvez toujours, bien sûr, visiter la page Facebook des Impromptus Littéraires : Cette page est accessible ici !
 
Notre souhait est que cette page devienne un lieu d'échange à la fois convivial et décontracté, tout en conservant bien entendu l'esprit des Impromptus et le respect des Instructions Générales du site.
 
Vous pourrez vous exprimer à votre guise, poster des photos, proposer des idées de thème, parler de vos coups de cœur (ou coups de gueule) littéraires, nous faire part de vos impressions, suggestions, avis sur le site … etc …[1]
 
Nous nous efforçons d'illustrer les thèmes hebdomadaires, mais aussi de communiquer de façon plus interactive :)
 
N’hésitez pas à nous y rejoindre …
 
Les instructions générales de participation sont accessibles ici.
 
Pour revenir à la page d'accueil il faut cliquer ici
 
http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/p/le-theme-de-la-semaine.html

La pluie, incertaine

 

La pluie, incertaine

Séchait mes larmes brûlantes

C’était le paysage de mes habitudes,

Douces et incandescentes.

 

La pluie, incertaine

Eclaircissait  le brouillard intense

De mes pensées confuses.

C’était le  fond de mes rêves.

 

La pluie, incertaine

Tombait  toujours sur les rives

Du canal de l’Aube

Qu’animaient les lentes  péniches.

 

La pluie, incertaine

Assurait les lignes

Floues de la cathédrale.

C’étaient les Rameaux, bientôt Pâques.

 

La pluie, incertaine

S’écoulait comme des cierges

Allumées par des prières

De confessionnal, des phares.

 

La pluie, incertaine

Salissait mes nuits de luxure

Et  les « Fleurs de Mal » Baudelaire

Egayaient mes promenades.

 

 

24 mars 2016

 Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 livres en vente par les bannières sur ce blog

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.