Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Acrostiche "Vacances"

Pour ce 99ème Café Thé, je vous propose de broder autour du thème des vacances...

 

 

Parlez nous d'une destination de vacances qui vous a séduit(e) ou qui vous fait rêver.

Partagez avec nous votre intérêt pour ce lieu, vos émotions, en mots ou en photos...

 

Les consignes : Ecrivez, rimez, dessinez, brodez, scrappez, chantez, délirez, faites ce que vous voulez... Faites nous rire ou pleurer...

Si vous êtes blogueur, ne publiez pas votre texte avant la parution des participations (le 1er août 2018)

 

 

Que vous soyez blogueur ou pas, envoyez moi votre participation 

avant le 31 juillet 2018 à ecureuilbleu33@live.fr...

Au plaisir de vous lire...

 

 

Amusez vous bien !

http://www.unebonnenouvelleparjour.com/2018/07/participez-au-cafe-the-n-99-destination-vacances.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

Voyage ou long cours ou balade

Avec toi dans la tendresse

Chéri, pas de vacance

Au rayon des caresses

Ne t’inquiètes pas de

Cette envie de rêve

Entêté ;prose et poèmes

Se bousculent dans ma tête.

 

 

Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 14 textes en vente par les bannières sur ce blog

Chat-pirate

Ohé Matelôts !!!

Pour le défi 167 c’est votre commandant Dômi qui s’y colle :)

Voici le thème : La parodie

La parodie consiste à imiter un texte en le caricaturant, dans l’intention de s’en

moquer et de faire rire.

Je vous propose donc de parodier un texte, un poème, une chanson …

Pour vous aider voici un exemple.

 

L’ÉTÉ INDIEN

Tu sais, je n’ai jamais été aussi heureux que ce matin-là.

Nous marchions sur une plage un peu comme celle-ci.

C’était l’automne, un automne où il faisait beau,

une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique.

Là-bas, on l’appelle l’été indien mais c’était tout simplement le nôtre.

Avec ta robe longue, tu ressemblais à une aquarelle de Marie Laurencin.

Et je m’en souviens. Je me souviens très bien de ce que je t’ai dit ce matin-là,

il y a un an, il y a un siècle, il y a une éternité :

on ira où tu voudras quand tu voudras

et l’on s’aimera encore lorsque l’amour sera mort.

Toute la vie sera pareille à ce matin aux couleurs de l’été indien.

Joe Dassin. Éditions CBS SONGS 80954.

 

LE TUBE DE L’HIVER

Tu sais, j’ai jamais autant dégusté qu’avec toi cette année-là.

Je me souviens de ce matin de décembre, il faisait froid à en crever,

c’était l’hiver, évidemment puisqu’on était en décembre…

Je me suis jamais autant pelé que ce matin-là, c’était l’hiver,

ouais je sais j’l'ai déjà dit mais dans la chanson

comme on s’adresse à des débiles, on répète les trucs plusieurs fois.

C’était l’hiver, un hiver comme il n’en existe que dans le bassin parisien

en banlieue-Est quand on habite Pontault-Combault allée des mimosas

et que la veille il a fallu s’taper l’métro jusqu’à la porte de Vincennes,

attraper l’autocar conduit par un chauffeur alcoolique qui te fait gicler

douze bornes plus loin en pleine nature

et qu’on en a encore six à s’farcir à pattes, de la gadoue

plein les baskets pour retrouver la piaule dégueulasse

où tu m’attendais mon amouour…

Avec ton peignoir crasseux, tu ressemblais à une eau-forte de Jérôme Bosch

qui se laissait aller à barbouiller n’importe quoi n’importe comment les soirs de déprime.

C’était l’hiver, je me souviens.

Toi, moi, moi, toi, toi et moi, moi et toi enfin nous quoi,

on avançait sur ce terrain vague main dans la main,

tu me suppliais de ne pas trop serrer à cause des engelures.

On s’embrassait parmi les détritus, ça faisait de la buée

et je te prêtais mon kleenex pour que tu puisses te moucher

pendant que tu chialais.

Je me souviens très bien de ce que je t’ai dit ce matin-là :

on ira où tu voudras quand tu voudras à part qu’avec le loyer,

la bouffe et les transports à payer et le chômage

qui nous tombe sur la gueule eh ben on est dans la merde mon amour. [...]

Guy Bedos, Disque Barclay 80 595

 

Pour les jeudis poésie je vous propose …

Jeudi 26 mai : poème sur la rupture (drôle si possible)

Jeudi 2 juin :  poème sur les vacances

 

Voilà chers amis Croqueurs de Môts

Que cette saison se termine dans la joie et la bonne humeur

Vous connaissant je sais qu’il ne faudra pas vous prier ;)

Bises amirales.

Dômi.

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/2016/05/23/defi-167-la-parodie/

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.