Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon poème inédit sur ce blog:

Le thème de la semaine

 
Ô temps...
 
Cette semaine il va encore y avoir du sport puisqu'il vous faudra jongler dans l'ordre qui vous plaira avec les 4 mots suivants : hystérique , thuriféraire, nandou, urinoir
ainsi qu'avec la phrase suivante: "Ô temps, suspends ton vol !", pourvu que votre texte en prose ou en vers nous parvienne avant dimanche 24 septembre minuit à l'adresse habituelle impromptuslitteraires[at]gmail.com.
 
http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/p/le-theme-de-la-semaine.html

« O Temps, suspends ton vol » clamait Lamartine sur ce lac que j’ai admiré il y a peu :

Face à lui, on ne peut que souhaiter arrêter  le cours des heures qui inexorablement éloignent.

J’ai alors récité dans ma tête les vers  étudiés dans une salle de classe au bord du Rhône.

Les paysages-poésies et les poésis/mimesis du réel qui se mêle à ses représentations.

 

« Voici venir le temps où vibrant sur sa tige, chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir[1] »

Ces vers, bons souvenirs du bac de français me fait revoir et res-sentir le thuriféraire des Grandes messes  où la pompe, l’odeur d’encens, les chants, le latin des prières

Me rendaient hystériques, extatiques, un « état proche de l’Ohio » que donne l’orgasme[2]

 

En sortant de la cathédrale de mon enfance, je vois s’approcher un nandou que « ses ailes

De géant, empêchent de marcher » ou bien l’hystérie me fait confondre avec « L’albatros »

De Baudelaire ? Ne craignant pas le blasphème artistique, un homme utilise l’urinoir

De Duchamp juste en face de la sortie des prélats, des enfants de choeur et  des sœurs de mon lycée

 

 18 Septembre 2017

 

[1] « Harmonie du soir » de Baudelaire

[2] https://www.youtube.com/watch?v=BwvYkxZrGZ0

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.