Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J'ai lu dans mon 2 e CDI:Emportée

citation en exergue:

"Car ce qui fait la mort étrange et difficile,
C'est qu'elle n'est pas la fin qui nous est due,
mais l'autre, celle qui nous prend
avant que notre propre mort soit mûre en nous."

Recommencer p.11

Le livre de la pauvreté et de la mort par Rilke

Nicolas DE STAEL
"Chemin de fer au bord de la mer, soleil couchant, 1955"

Je ne peux parler de ma mère sans évoquer les contours d’un paysage étrange qui me constitue. Celui que, parfois en toute conscience, parfois sans le savoir, je cultive comme un jardin secret. Celui de la disparition.”
L’auteur a six ans lorsque sa mère, Tina Jolas, rencontre l’homme qui va bouleverser sa vie, René Char. A travers le tracé sinueux de deux existences qui n’ont cessé de se chercher et de se perdre, la sienne et celle de sa mère, dans l’embrasement ou dans la fuite, Paule du Bouchet dresse le portrait d’une femme secrète et éblouissante, singulière, entière. Emportée.


 

Paule du Bouchet est l'invitée d'"Entre les lignes" | RSR 2 08.03.2011


 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.