Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les yeux de la femme

Poète : François Coppée (1842-1908)

Recueil : Les récits et les élégies (1878).

L'Éden resplendissait dans sa beauté première.

Ève, les yeux fermés encore à la lumière, 
Venait d'être créée, et reposait, parmi 
L'herbe en fleur, avec l'homme auprès d'elle endormi ; 
Et, pour le mal futur qu'en enfer le Rebelle 
Méditait, elle était merveilleusement belle. 
Son visage très pur, dans ses cheveux noyé, 
S'appuyait mollement sur son bras replié 
Et montrant le duvet de son aisselle blanche ; 
Et, du coude mignon à la robuste hanche, 
Une ligne adorable, aux souples mouvements, 
Descendait et glissait jusqu'à ses pieds charmants. 
Le Créateur était fier de sa créature : 
Sa puissance avait pris tout ce que la nature 
Dans l'exquis et le beau lui donne et lui soumet, 
Afin d'en embellir la femme qui dormait. 
Il avait pris, pour mieux parfumer son haleine, 
La brise qui passait sur les lys de la plaine ; 
Pour faire palpiter ses seins jeunes et fiers, 
Il avait pris le rythme harmonieux des mers ; 
Elle parlait en songe, et pour ce doux murmure 
Il avait pris les chants d'oiseaux sous la ramure ; 
Et pour ses longs cheveux d'or fluide et vermeil 
Il avait pris l'éclat des rayons du soleil ; 
Et pour sa chair superbe il avait pris les roses.

Mais Ève s'éveillait ; de ses paupières closes 
Le dernier rêve allait s'enfuir, noir papillon, 
Et sous ses cils baissés frémissait un rayon. 
Alors, visible au fond du buisson tout en flamme, 
Dieu voulut résumer les charmes de la femme 
En un seul, mais qui fût le plus essentiel, 
Et mit dans son regard tout l'infini du ciel.

François Coppée.
 
Lien permanent

Les commentaires sont fermés.