Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Décembre d'Emile Verhaeren

 

À tous les matelots des Croqueurs de Mots.

Étant à la barre, pour cette quinzaine

Colette nous propose en toute simplicité

ce quatrain :

 

Novembre a ses charmes

Novembre a ses larmes

Son décor fait rêver

Son refrain fait pleurer

 

Pour le lundi 3 décembre, vous le complétez

ou vous l’introduisez dans un texte comme cela vous convient.

 

Pour les jeudis poésie, le 29 novembre : Beauté de la nature.

 

Pour le jeudi 6 décembre : Dépouillement de la nature.

 

Publications libres si vous préférez.

Bonne quinzaine !

Le Môt de Dômi

Source d’inspiration de nombreux poètes,

l’automne est perçu comme le temps du bonheur tranquille

et de la mélancolie créatrice mais aussi

comme un moment propice à l’ennui et à la tristesse…

Alors faisons en sorte de l’égayer en toute simplicité …

Bises amirales.

Dômi.

https://www.poetica.fr/poeme-269/emile-verhaeren-decembre/

Décembre

Emile Verhaeren

(Les hôtes)

– Ouvrez, les gens, ouvrez la porte,
je frappe au seuil et à l’auvent,
ouvrez, les gens, je suis le vent,
qui s’habille de feuilles mortes.

– Entrez, monsieur, entrez, le vent,
voici pour vous la cheminée
et sa niche badigeonnée ;
entrez chez nous, monsieur le vent.

– Ouvrez, les gens, je suis la pluie,
je suis la veuve en robe grise
dont la trame s’indéfinise,
dans un brouillard couleur de suie.

– Entrez, la veuve, entrez chez nous,
entrez, la froide et la livide,
les lézardes du mur humide
s’ouvrent pour vous loger chez nous.

– Levez, les gens, la barre en fer,
ouvrez, les gens, je suis la neige,
mon manteau blanc se désagrège
sur les routes du vieil hiver.

– Entrez, la neige, entrez, la dame,
avec vos pétales de lys
et semez-les par le taudis
jusque dans l’âtre où vit la flamme.

Car nous sommes les gens inquiétants
qui habitent le Nord des régions désertes,
qui vous aimons – dites, depuis quels temps ? –
pour les peines que nous avons par vous souffertes.

Emile Verhaeren

https://www.poetica.fr/poeme-269/emile-verhaeren-decembre/

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.