Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : Marceau Sophie

    J'ai vu vendredi:L'âge de raison

    19457639_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20100602_033039.jpg"Chère moi-même, aujourd'hui j'ai 7 ans et je t'écris cette lettre pour t'aider à te souvenir des promesses que je fais à l'âge de raison et aussi te rappeler ce que je veux devenir..."
    Ainsi commence la lettre que Margaret, femme d’affaires accomplie, reçoit le jour de ses 40 ans.

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Catégories : La poésie

    Déambulation poétique à Paris

    Déambulation poétique à Paris
    [jeudi 04 octobre 2007 - 10:00]
    Critique littéraire
    Couverture ouvrage
    Paris, Musée du XXIème siècle. Le dixième arrondissement
    Thomas Clerc
    Éditeur : Gallimard
    264 pages / 17,58 € sur
    Résumé :" Méthode : en marchant, je me saisis du monde dans le moment où il m'apparaît, par le corps et par les yeux, sans que voir me sépare." Thomas Clerc nous promène dans son Paris, Musée du XXIème siècle et nous livre un regard poétique sur le tumulte de la ville, les gens qui passent et autres petits incidents de "l'infra-ordinaire".
    Au XIXe siècle, la modernité de Balzac, que cite Walter Benjamin, s'essoufflait au seuil du Xe arrondissement de Paris : « Le grand poème de l'étalage chante ses strophes de couleurs depuis la Madeleine jusqu'à la porte Saint-Denis. »  . En courant à travers des blocs entiers d'immeubles - dentelles et lacis de matériaux brisés - et en exploitant les ressources de la construction métallique, les passages, remarque Benjamin, organisent comme des « mondes en miniature », mondes familiers et pourtant divergents qui en un même mouvement s'insinuent dans la ville et s'incorporent à la vie quotidienne. Paris, capitale du XXe siècle, rédigé par Walter Benjamin à la demande de l'Institut de recherche sociale de l'université de Francfort, dirigé par Max Horkheimer et Friedrich Pollock (étonnamment, Benjamin envoya son texte en mai 1935 à Adorno en revendiquant non ses années parisiennes mais ses années berlinoises et ses conversations avec Franz Hessel), montrait comment les « formes de vie nouvelle et les nouvelles créations à base économique et technique » du XIXe siècle entrent dans l'univers d'une fantasmagorie dont Haussmann fut le champion et Paris, la capitale. Et Paris, comme la foule, est un signe inévitable et débordé, un appel de notre imagination : « Rien d'étonnant à ce que tout intérêt de masse, la première fois qu'il monte sur l'estrade, dépasse de loin dans l'idée ou la représentation que l'on s'en fait ses véritables bornes », écrivaient Marx et Engels dans La Sainte-Famille.

    Lire la suite

    Lien permanent
  • Catégories : L'art

    DAGUERRE LOUIS JACQUES MANDÉ

    Louis Jacques Mandé Daguerre naît le 18 novembre 1787 à Cormeilles-en-Parisis et passe son enfance à Orléans. Il entre comme apprenti dessinateur chez un architecte, avant de travailler à Paris, dans l'atelier de Degotti, le fournisseur de décors pour l'Opéra. Daguerre participe bientôt à des mises en scène pour l'Ambigu et l'Opéra-Comique. Dix ans après son mariage avec Louise Georgine Arrowsmith, Daguerre inaugure le 11 juillet 1822 sa propre salle de spectacles, dans le quartier des théâtres, situé près de l'actuelle place de la République.  Le Diorama, construit selon ses plans, offre sur 20 mètres de largeur et 13 mètres de hauteur le spectacle de lieux réels ou imaginaires dont les éléments de décor apparaissent par le jeu subtil de l'éclairage et des transparences. Le Diorama connaît un réel succès, et Daguerre est décoré de la Légion d'honneur.

    L'opticien Charles Chevalier lui parle un jour de Joseph Nicép […]

    http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-jacques-mande-daguerre/

    Lien permanent
  • Catégories : Mes poèmes

    BON ANNIVERSAIRE A MA 3 E GRAND-MERE

    LUCIENNE

    Lucienne, je vous souhaite

    Un joyeux anniversaire

    Chaleureux et plein de gourmandises.

    Il me faut vous rappeler ma 3e grand-mère

    En toute sincérité, notre amitié profonde

    Nous pensons souvent à vous, Lucienne

    Nous espérons vous voir bientôt

    Et vous embrassons bien fort.

     

    8 juin 2010

    Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 11 livres en vente sur ce blog.