Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pour tout l'art du monde

     
    Statue du Pende oriental (R.D. Congo, bois et pigments), qui inspira en 1936 une peinture sur toile au Flamand Armand Vanderlick (Galerie Olivier Larroque).

    Statue du Pende oriental (R.D. Congo, bois et pigments), qui inspira en 1936 une peinture sur toile au Flamand Armand Vanderlick (Galerie Olivier Larroque). Crédits photo : SYLVIA BATAILLE/GALERIE OLIVIER LAROQUE

    Du 10 au 15 septembre, Paris accueille la 12e édition du Salon international des arts premiers, « Parcours des mondes ». L'occasion d'admirer - et d'acheter - des pièces exceptionnelles en provenance de tous les continents.

    Lire la suite

  • Rentrée littéraire : nos 20 coups de cœur

    Home CULTURE Livres

    Crédits photo : KAI JUNEMANN/ROBERT LAFFONT

    Qui a dit que les romanciers français, célèbres ou anonymes, étaient en panne d'inspiration ? En cette rentrée, tous les genres, tous les thèmes et tous les styles sont au rendez-vous. Voici nos préférés.

     
    Advertisement
     
    Publicité

    Vite, un bikini !La plus belle pour aller nager

    Je craque
    3/5
    Source Le Figaro Magazine

    Jean D'Ormesson: Presque tout sur presque tout

    Lire la suite

  • L'Inspecteur Harry est la dernière cible

    L'Inspecteur Harry est la dernière cible

    Alors que l'inspecteur Harry Callahan est devenu la coqueluche des médias qui l'avaient tant dédaigné quelques années auparavant, il continue sa route d'homme d'ordre accompagné de son fidèle Smith & Wesson. C'est alors qu'une série de meurtres a lieu dans l'entourage d'un réalisateur de films d'horreur, et qu'une mystérieuse liste noire circule, où sont inscrits les noms des prochaines victimes. Celui de l'inspecteur est le dernier de la liste...

    Lire la suite

  • J'ai terminé hier soir:Turner, Whistler, Monet

    Détails sur le produitAmis, collaborateurs et rivaux, Whistler et Monet proposent leurs propres variations sur des thèmes inaugurés par Turner. Les effets d'atmosphère de Turner ont été repris d'abord par Whistler dans ses vues nocturnes de la Tamise et ensuite par Monet dans son tableau Impression, soleil levant, où il cherche à se mesurer à la fois à Turner et à Whistler. Les suites d'aquarelles de Turner et les eaux-fortes de Whistler préfigurent les œuvres peintes en " série " par Monet.
    L'impact de la révolution industrielle sur le paysage force Turner, Whistler et Monet à renoncer au réalisme pour se consacrer à la quête de la beauté dans la réalité moderne. Leurs stratégies esthétiques s'articulent autour de la théorie de l'art contemporain et de la poésie, et leurs œuvres sont empreintes de connotations écologiques, politiques et métaphysiques.
    Malgré les innombrables publications et expositions consacrées à ces figures emblématiques de l'histoire de l'art, les rapports entre eux restent à explorer. Pour la première fois une équipe internationale de conservateurs et d'universitaires se penche sur ce remarquable trio artistique. Les moyens auxquels ont eu recours ces artistes pour réagir à la réalité moderne suggèrent des interprétations radicalement nouvelles de leurs œuvres. Ce dialogue artistique jette une lumière nouvelle sur l'échange fécond d'idées entre la France et la Grande-Bretagne qui a contribué à l'émergence du paysage impressionniste et symbolique.

    http://livre.fnac.com/a1577883/Collectif-Turner-Whistler-Monet#ficheResume

    Précédente publication:

    25/08/2013 16:38

  • Nous avons regardé hier soir sur France 3:Quand les aigles attaquent

    Quand les aigles attaquent

    En 1944, des soldats alliés sont parachutés au sud de l'Allemagne menés par un officier britannique, John Smith. Non loin d'une forteresse abritant le quartier général de la Gestapo, ils doivent libérer un général américain. Malheureusement, Smith se rend vite compte, après avoir découvert le cadavre de l'un de ses hommes, que le groupe a été infiltré par un traître...

    Lire la suite

  • Un monde de brutes

    LE PAVILLON DES ÉCRIVAINS

     
    28/8/13
     
    LE-PAVILLON-DES-ECRIVAINS

    de Claude Durand

    Éditions de Fallois, 332 p., 20 €

     

    Pourquoi reprendre ce «feuilleton» avec ce livre-là ? Tout laisse à penser qu’il ne fera pas événement pour cette «rentrée littéraire». La rumeur éditoriale ne le signale même pas dans les listes d’ouvrages à venir qui, par piles entières, sont en train de monter à l’assaut des éventaires et des rayonnages.

    Lire la suite

  • L’enfant de neige

    hiverLa prodigieuse Laura Kasischke tisse en une intrigue au suspense glaçant l’histoire d’une mère confrontée au changement de sa fille adolescente.

     
    28/8/13

    Lire la suite

  • Les grands classiques de la randonnée

    Pendant tout l'été, en partenariat avec les éditions Omnibus, La Croix vous emmène marcher avec les meilleurs auteurs. Pèlerinages, promenades, méditation, introspection, des centaines d'expériences singulières. Les grands classiques de la randonnée.

    Oui, l'Alpe tue quelquefois,mais elle tuesainement. Par Henri Ferrand

    A la fin du XIXe siècle, les alpinistes sont-ils encore des marcheurs, comme aux temps héroïques ? La question est vite tranchée : non. Les alpinistes visent les cimes, le reste n'est qu'épiphénomène, relégué parmi les accessoires sous le mot méprisant de « marche d'approche ». Ainsi, une division s'instaure entre excursionnistes et ascensionnistes, ceux qui marchent face à ceux qui grimpent. La fracture, par scission, donne naissance à la randonnée, qui se distingue éthiquement, socialement, physiquement, de l'escalade et de l'ascension. D'un côté, les tenants d'un « alpinisme véritable »,

    Lire la suite

  • "Un été avec Montaigne" d'Antoine Compagnon

    «Longtemps, je me suis demandé si j'oserais citer la conclusion très irrévérencieuse des Essais, au risque d'effaroucher les oreilles délicates : "Ésope ce grand homme vit son maître qui pissait en se promenant, Quoi donc, fit-il, nous faudra-t-il chier en courant ? Ménageons le temps, encore nous en reste-t-il beaucoup d'oisif et mal employé." Toute une philosophie de la vie est ainsi résumée en quelques mots frappants. Les hommes de la Renaissance ne faisaient pas tant de manières que nous et disaient franchement ce qu'ils pensaient. Le dernier chapitre des Essais, "De l'expérience", expose la sagesse finale de Montaigne, souvent associée à l'épicurisme. Prenons le temps de vivre ; suivons la nature ; jouissons du moment présent ; ne nous précipitons pas pour rien.» En quarante chapitres, Antoine Compagnon nous invite à découvrir un Montaigne estival et tonique : de la notion d'engagement jusqu'au trône du monde, en passant par la conversation, l'amitié ou l'éducation, le temps perdu et même le surpoids. Il montre à la fois l'épaisseur historique et la portée actuelle des Essais.

    Lire la suite

  • Ervor, un bol d'air français dans le monde du compresseur

    Home MON FIGARO Mon Figaro
      • Par Emmanuel Egloff
      • Mis à jourle 28/08/2013 à 18:59
      • Publiéle 28/08/2013 à 18:38
    Laurent Vronski, PDG d'Ervor
    Laurent Vronski, PDG d'Ervor

    Les trottoirs sont rares et les nids-de-poule nombreux. Difficile de qualifier d'accueillante la zone industrielle du Val-d'Argent d'Argenteuil. C'est pourtant l'une des zones industrielles les plus importantes d'Ile-de-France, accueillant 300 entreprises sur 125 hectares. C'est ici qu'Ervor est installé. La société est le dernier fabricant français de compresseurs d'air, ces dispositifs mécaniques destinés à produire de l'air comprimé et utilisés dans l'automobile, l'aéronautique, les transports ou l'énergie.

  • Marc Fumaroli: «Évitons d'idolâtrer le progrès»

    Home MON FIGARO Mon Figaro
      • Par Charles Jaigu
      • Mis à jourle 29/08/2013 à 15:44
      • Publiéle 28/08/2013 à 19:15

    Dans Le Sablier renversé. Des Modernes aux Anciens (Gallimard, «Tel»), l'académicien Marc Fumaroli conte en grand érudit comment, dans l'Europe des Lumières, la guerre des goûts s'est déclarée entre les partisans du Moderne et ceux qui veulent un retour à l'Antique. Et ces débats, dont les accents sont parvenus jusqu'à aujourd'hui, aidaient à trouver des raisons d'espérer dans l'avenir

  • Au Caire, le shopping pour oublier le sit-in

    Home ACTUALITE International
      • Par Samuel Forey
      • Mis à jourle 28/08/2013 à 18:51
      • Publiéle 28/08/2013 à 17:21
    Le City Stars dans la capitale égyptienne regroupe près de 700 magasins.

    Le City Stars dans la capitale égyptienne regroupe près de 700 magasins. Crédits photo : SANG-HOON/SIPAUSA/SIPA/SANG-HOON/SIPAUSA/SIPA

    À un jet de pierre de Rabaa, un vaste centre commercial s'est empressé de rouvrir après la fin des heurts.

     
    Publicité

    La PhytothérapieDossier FigaroPartner

    Découvrez le dossier
    1/5

    Le Caire

    Lire la suite

  • Camus, cent ans

     On ne sait si Albert Camus (photo), «l’homme révolté», l’aurait apprécié : le centenaire de sa naissance, le 7 novembre 1913, en Algérie (il est mort dans un accident de voiture, le 4 janvier 1960), est décrété «célébration nationale» par le ministère de la Culture et de la Communication. De très nombreuses initiatives, colloques, expositions, représentations théâtrales, etc. accompagnent cette commémoration, ainsi que la parution de DVD, de «beaux livres», de témoignages et...

    28 août 2013 à 22:36

    Lire la suite

  • Au nom de tous les siens

     

    28 août 2013 à 19:06

    grand angle Paul Felenbok, 77 ans, est l’un des plus jeunes survivants du ghetto de Varsovie. Il vient de retrouver la maison dans laquelle il s’était caché en 1944. Son histoire, mise en scène par David Lescot, est adaptée au théâtre.

    Par FRÉDÉRIQUE ROUSSEL Envoyée spéciale à Varsovie
    Libération

    Paul Felenbok chancelle : «Ça me fout un coup.» Soixante-dix ans après, il vient de retrouver la maison et la cave dans lesquelles il s’est caché avec son frère plusieurs mois en 1944, il avait 8 ans. A 20 km de Varsovie, à Otwock. C’est une vieille bâtisse en bois avec une véranda, en lisière de forêt. «Des maisons comme celle-là, il ne doit pas y en avoir des milliers par ici», poursuit-il, quêtant l’acquiescement de sa femme, Betty. Paul Felenbok, 77 ans, un des plus jeunes survivants du...

    http://www.liberation.fr/culture/2013/08/28/au-nom-de-tous-les-siens_927758

  • Catégories : Balades

    Balade niçoise

    28 août 2013 à 20:06

    Critique De belles surprises en raccourcis douteux, huit expositions éclectiques consacrées au peintre fauve essaiment à travers la ville.

    Par VINCENT NOCE (à Nice)
    Libération

    L’été consacré à Matisse à Nice tient du pot-pourri, aux senteurs variées. Le petit bijou est l’exposition au palais Lascaris consacrée au livre illustré Jazz, réalisé en papiers découpés dans les années 40 à la demande de l’éditeur Tériade. Ces planches, qui portent en fait sur les figures du cirque, tissent une ode à la liberté, sans qu’il soit possible de les relier directement à des motifs musicaux. On sait cependant que Matisse appréciait cette musique venue avec les soldats américains,...

    Un été pour Matisse Musée Matisse, musée Masséna, musée d’Art moderne et contemporain, musée des Beaux-Arts, musée d’Archéologie, palais Lascaris, théâtre de la Photographie et de l’Image, galerie des Ponchettes. Jusqu’au 23 septembre. Rens. : www.matisse2013.nice.fr

    http://www.liberation.fr/culture/2013/08/28/balade-nicoise_927781

  • Le Midi à sa porte

    28 août 2013 à 20:06
    Par VINCENT NOCE
    Libération

    Henri Matisse a mis le pied pour la première fois à Nice fin 1905, répondant à une invitation dans le Midi de l’écrivain et critique d’art Félix Fénéon. Il a passé cet été-là à Collioure avec Derain à préparer l’explosion «fauve» du Salon d’automne à Paris. Contrairement à ce que veut faire croire l’hagiographie locale, cette rencontre n’a rien d’une révélation. Le peintre sera bien plus impressionné par l’atmosphère et les couleurs de Tanger, voire par son passage en Corse. Mais, en 1917,..

    http://www.liberation.fr/culture/2013/08/28/le-midi-a-sa-porte_927782