Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : Acrostiches. Poésie

    Lou-Andina(la fille d'un collègue)

    Lou –Andina, nous fêtons avec ton papa

    Oh ! Avec beaucoup de joie

    Un bel événement, crois-moi

     

    Allez, oublions les tracas

    Ne penser, un instant, qu’à toi

    Délaissons tous les blablas

    Il est temps d’être vrai rien qu’une fois

    Nous te souhaitons, Lou-Andina

    Avec sincérité bienvenue à toi !

     

     

    24 janvier 2011

     

    Pour lire d'autres textes de moi, cf. mes 11 livres en vente sur ce blog

    Lien permanent
  • Catégories : Musique

    Damia: "La rue de notre amour"

    Elle est pleine, pleine de cafard
    Des rengaines que chante un clochard
    Sur le toit d'une vieille maison
    Un moineau chante aussi sa chanson
    Le ciel porte ses rêves d'azur
    Sur les portes et sur les vieux murs
    C'est un coin romantique et fané
    Mais c'est là que notre amour est né.

    (Refrain)
    C'est la rue de notre amour
    Tout au fond d'un vieux faubourg
    On y voit roder le soir
    Des amoureux dans les coins noirs
    C'est la rue de nos désirs
    Où l'amour a su fleurir
    Tout au fond d'un vieux faubourg
    C'est la ruelle des coeurs fidèles
    Nous aimons toujours toujours
    La rue de notre amour

    2 - Elle est belle quand le ciel est bleu
    Elle est belle même quand il pleut
    Mais le jour où je t'ai rencontré
    Le soleil avait tout éclairé
    Le jour même c'est toi qui m'a dit
    Je vous aime c'est pourquoi depuis
    Nous n'avons qu'un logis pour nous deux
    Dans la rue de nos premiers aveux.

    (au Refrain)

    Lien permanent
  • Le fantastique chez Maupassant

    Étrange, angoisse et folie chez Maupassant



    Caractéristiques du fantastique chez Maupassant :

        Le fantastique chez Maupassant est un reflet de ses propres angoisses bien plus que de son imaginaire. La peur, en tant que menace, en constitue l'élément essentiel. Elle ne naît pas d'un danger visible et rationnel mais échappe au contraire à tout processus de rationnalisation. Ainsi, dans La peur (1884), Maupassant écrit : « On a vraiment peur que de ce qu'on ne comprend pas. »
        « A mesure qu'on lève les voiles de l'inconnu, on dépeuple l'imagination des hommes. Vous ne trouvez pas, Monsieur, que la nuit est bien vide et d'un noir bien vulgaire depuis qu'elle n'a plus d'apparition.
        On se dit : “Plus de fantastique, plus de croyances étranges, tout l'inexpliqué est explicable. Le surnaturel baisse comme un lac qu'un canal épuise ; la science, de jour en jour, recule les limites du merveilleux”. »

    Lire la suite

    Lien permanent