Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : A lire

    "De l'art de mal s'habiller sans le savoir "

    Qu'en est-il du mauvais goût aujourd'hui ? Que dire de l'essentiel des  des habitudes vestimentaires modernes ? Explications de texte de notre invité pour permettre à tout un chacun d'éviter les bourdes et autres habitudes fossoyeuses d'une réputation.

    http://www.franceculture.fr/emission-un-autre-jour-est-possible-une-histoire-de-peintures-livre-de-l-art-de-mal-s-habiller-sans-

  • Catégories : J'ai aimé, J'ai lu, Voyage

    J'ai fini hier soir:"Orchidée fixe" de Serge Bramly

    Orchidée fixe

    « J’ai commencé ce livre il y a un peu plus de vingt ans. Je l’ai abandonné et l’ai repris à plusieurs reprises. L’idée d’écrire quelque chose sur Marcel Duchamp m’obsédait mais je n’ai pas su pendant longtemps quelle forme cela devait prendre. Je commençais un chapitre, le jetais au rancart, l’envisageais sous un autre angle, et mes notes se seraient accumulées sans fin si je n’avais eu un jour l’idée d’y introduire des éléments personnels, quasi autobiographiques, ce dont je m'étais toujours abstenu dans mes romans. Mon point de départ était une lettre que l’artiste avait écrite à son ami Henri-Pierre Roché, le 27 mai 1942, du Maroc. Il fuyait alors l’occupation allemande et venait d’être interné dans un camp de transit, à Aïn Sebaa, dans les envions de Casablanca. ‘‘Évidemment, écrivait-il, le camp d’hébergement est une horreur (pas de lit et une salle commune avec paillasses, hommes et femmes, une centaine), mais j’ai réussi à échapper à cela.’’ Il ajoutait : ‘‘Je couche seul dans une salle de bains, très confortable, à 7 kilomètres de Casa au bord de la mer.’’ Mon projet a commencé à prendre forme lorsque je lui ai adjoint une narratrice, l’arrière-petite-fille des propriétaires de la salle de bains où Duchamp avait trouvé refuge, et un universitaire que ses recherches avaient lancé sur les traces de l’artiste. L’une habitait Tel-Aviv où avaient émigré ses parents, l’autre, Français expatrié, enseignait à l’Université du Colorado : il n'appartenait qu'à Duchamp de les réunir. Orchidée fixe (calembour emprunté aux notes l’artiste) est ainsi l’histoire d’une double rencontre, d’une double passion, et de milieux et d’époques qui se croisent dans une longue suite de causes et d’effets. » Serge Bramly

     

    L'auteur

     

     

    Né en 1949 à Tunis, Serge Bramly est l’auteur de nombreux romans : L’Itinéraire du fou (prix Del Duca), La Danse du loup (Prix des libraires 1983), Ragots et surtout, Le Premier Principe, Le Second Principe (Lattès, 2008), qui a reçu le prix Interallié. Il a écrit également des essais sur la Chine (Le Voyage de Shanghai), sur l’art (Léonard de Vinci, prix Vasari 1995 ; réédité en 2012) et la photographie.

     

    En savoir plus

    http://www.editions-jclattes.fr/livre-orchidee-fixe-serge-bramly-337062

    Précédentes publications de cette note:

    21/09/2012 10:11

    26/11/2012 07:58

     

  • Catégories : Blog

    Rappelez-moi

    quel réalisateur a dit lors d'une remise de prix: vous ne m'aimez pas?

    Ca tombe bien, je ne vous aime pas non plus!

    Ca me revient:PIALAT

     

  • Catégories : A lire, Tolstoï Alexis

    Alexis Tolstoï(nouvelle sous-partie)

    Alexis Tolstoï 

    Alexis Konstantinovitch Tolstoï, né le 5 septembre 1817 et mort le 10 octobre 1875, est un poète russe, auteur également de nouvelles et de pièces de théâtre

     

    Alexeï Tolstoï est né à Saint-Pétersbourg dans la famille des comtes Tolstoï. Il est cousin de l'écrivain Léon Tolstoï. Diplômé de l'université de Moscouen 1836, il passe la plus grande partie de sa vie à la cour du Tsar, d'abord avec la charge de maître de cérémonies, puis comme grand maître des chasses royales. À partir de 1861, il se consacre entièrement à la poésie.

     

    Il a écrit des ballades, un roman historique, quelques vers érotiques et des satires publiées sous le pseudonyme collectif de Kozma Proutkov. Mais sa contribution la plus remarquable à la littérature russe est une trilogie de drames historiques, construits suivant le modèle du Boris Godunov d'Alexandre Pouchkine.

    Lire la suite

  • Catégories : Blog

    Entendu ce matin(et je suis à 200 % d'accord)

    On dit que les livres sont chers

    mais les jeux vidéo, alors?

    TRES CHERS

    Alors les livres ne sont pas chers, surtout compte tenu du bénéfice qu'on en retire

    et je rajoute: les iphones et abo qui vont avec sont chers

    Alors, pour NOEL, achetez des livres, MES LIVRES

    et arrêtez de dire n'importe quoi

  • J'ai fini hier soir le catalogue de l'expo "Bohèmes"

    Géricault, Van Gogh, Van Dongen, Degas, Courbet, Picasso mais aussi Georges de la Tour, Frans Hals, Léonard de Vinci et d'autres sont réunis ici pour un voyage pittoresque dans une mise en scène audacieuse. Imaginez-vous : s'attabler dans un café sous le regard des protagonistes de l'Absinthe de Degas ou encore s'approcher d'un misérable poêle dans l'atelier d'un artiste (Delacroix ?) au regard fiévreux et pénétrant !   -  

    http://www.decidelart.fr/visites.php

    Je précise que cet article n'est pas de moi (lien vers la page citée et si possible son auteur)mais que je suis auteure(inspirée par ce que j’aime, donc par ce blog) et que vous pouvez commander mes livres en cliquant sur les 11 bannières de ce blog

    1ere publication et début de la lecture:

    18/11/2012 19:07

     

    enn rentrant de l'expo à Paris

  • Catégories : J'ai aimé, J'ai lu, LEON Donna, Venise

    J'ai terminé hier soir:"Les joyaux du paradis" de Donna Leon(nouvelle catégorie/sous-partie)

    Une enquête magistrale menée dans la Venise actuelle, mêlant brillamment musique et suspenses, fiction et réalité.

    Caterina Pellegrini, musicologue italienne enseignant à Manchester, accepte avec joie un poste de documentaliste au sein d’une fondation à Venise. Contre toute attente, la place n’est pas de tout repos. Deux cousins se disputent l’héritage d’un ancêtre dont la succession serait tranchée par de vieux documents auxquels seule Caterina a accès. Le fameux ancêtre, compositeur baroque et diplomate, remplissait des missions cruciales auprès des cours allemandes pour le Saint-Siège.
    A mesure que Caterina se passionne pour la biographie de cet homme, elle soulève un mystère: le musicien espion aurait-il trempé dans la plus grave affaire de meurtre de son temps?

    Donna Leon et Cécilia Bartoli ont décidé de remettre à l’honneur un génie de la musique baroque, Agostino Steffani. La collaboration de ces deux femmes est un événement international: le roman Les Joyaux du paradis et le disque Mission (Decca) sortent simultanément dans le monde entier.

    http://www.donnaleon.fr/livres/les-joyaux-du-paradis.html

    Je précise que cet article n'est pas de moi (lien vers la page citée et si possible son auteur)mais que je suis auteure et que vous pouvez commander mes livres en cliquant sur les 11 bannières de ce blog

    précédente note sur cette auteure:http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2012/07/04/la-femme-au-masque-de-chair-de-donna-leon.html

    Précédente publication de cette note pour le début de ce libre:19/11/2012 16:14

  • Catégories : A voir, Courbet Gustave, Des expositions

    Les chasses de monsieur Courbet

     

      du 24 novembre au 25 février 2013

     Courbet-Le-renard-dans-la-neige.jpg

    Gustave Courbet, Renard dans la neige, 1860, huile sur toile 

     Dallas museum of Art

     

    Exposition organisée en collaboration avec le Musée de la Chasse, Paris

    Commissariat général : Musée Gustave Courbet

    Commissaire scientifique : Gilbert Titeux, docteur en histoire de l’art, auteur d’une thèse portant sur les

    représentations de la chasse dans la peinture de Courbet

    Assisté de :

    - Dominique de Font-Réaulx, conservateur en chef au Musée du Louvre

    - Laurence des Cars, conservateur en chef, directrice scientifique de l’agence France Museum

    - Raphaël Abrille, conservateur au Musée de la Chasse et de la Nature (Paris)

    - Noël Barbe, ethnologue, chercheur au IIAC, Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de

    l’institution de la culture (CNRS, EHESS, ministère de la culture), directeur de l’Ethnopôle

    Musée Courbet

    - Pierre Feuvrier, Directeur de la Fédération des la chasse et de la nature du Doubs

     

    Courbet a réalisé plus de cent-trente tableaux évoquant la chasse, les chasseurs ou le gibier. Ces oeuvres n’ont guère été étudiées à ce jour et en dehors d’une exposition présentée au Japon en 2002-2003 intitulée « A Painter with Hunter’s Eye » et celle du Grand Palais en 2007 où une salle leur avait été spécialement consacrée, les oeuvres cynégétiques de Courbet n’ont jamais, à elles seules, constitué le thème privilégié d’une exposition. Ce projet s’inscrit dans le cadre du label Ethnopôle (Pôle national de recherche et de ressources en ethnologie)attribué par le Ministère de la Culture au Musée Courbet en 2010, au titre des activités relevant des thématiques suivantes : les relations entre activités artistiques, population et Gustave Courbet, Renard pris au piège, vers 1860, Musée Courbet territoire ; les modalités de représentation d’un territoire ; les modalités d’intervention artistique et d’action culturelle.

     

    Visites guidées sans réservation, tous les samedis à 15h et dimanches à 11h00.

    Visites guidées pour les groupes à partir de 10 personnes sur réservation obligatoire .

    Visites proposées également en anglais, allemand et espagnol.

    Le service des réservations est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 12h :  reservationpaysdecourbet@doubs.fr Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir - tél : 03 81 86 59 55  

     

    http://www.musee-courbet.fr/

    Je précise que cet article n'est pas de moi (lien vers la page citée et si possible son auteur)mais que je suis auteure et que vous pouvez commander mes livres en cliquant sur les 11 bannières de ce blog

  • 199, rue de Charenton, Paris, 12e(photo perso de samedi)

    CDI paris bouquet nov 2012 099.jpgEn 1911, l'architecte Raoul Brandon réalisa cet immeuble dont les sculptures dues à Alexandre Morlon, représentent dans de attitudes d'atlantes, des travailleurs dans leur activité: un pêcheur, un paysan, un mineur, un ouvrier.
    Les autres décors de l'immeuble répondent aux codes de l'époque : feuillages, loggia, ferronnerie soignée.
    Ne cessant de se battre pour la construction d'immeubles à bon marché, Raoul Brandon se fit élire en 1928 député Républicain-Socialiste.

    http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=75112_19

  • Catégories : Le Musée de l'Orangerie(Paris 1er), Monet Claude

    Claude Monet(nouvelle sous-partie), "Argenteuil " au Musée de l'Orangerie(nouvelle sous-partie)

    1840 - 1926)
    1875
    huile sur toile
    RF 1963 - 106


    En décembre 1871, Monet s’installe à Argenteuil avec sa famille. Cette ville située au nord ouest de Paris sur l’un des méandres de la Seine était devenue un des lieux de détente favori des plaisanciers, amateurs de voile ou de canotage. Elle était alors réputée pour ses régates depuis qu’elle avait été choisie en 1867 comme lieu de compétitions internationales lors de l’Exposition Universelle. Monet y est très vite rejoint par ses camarades : Renoir, Sisley et leur aîné Manet. Il y résidera jusqu’en 1876.
    Vers 1875, Monet peint une série de vues de voiliers au mouillage sur le bassin d’Argenteuil. Seul le cadrage et la disposition des bateaux varient d’un toile à l’autre. Dans la version de l’Orangerie les coques rouges vermillon sont mises en vedette au centre de la composition. Elles forment un contraste éclatant avec le bleu complémentaire du ciel et de l’eau et le vert de la végétation flottant à la surface de la Seine. Le tout est ponctué par les touches blanches des voiles et par celles outremer des coques de gauche et du miroitement de la rivière. Le ciel et la surface de l’eau sont prétexte à l’étude des reflets lumineux. La touche est beaucoup plus fractionnée que dans le célèbre « Régates à Argenteuil » du musée d’Orsay peint trois ans plus tôt. Les lignes verticales des mats rythment et structurent la composition. La perspective n’est pas absolument fidèle aux règles traditionnelles. Au lieu de converger vers un point de fuite unique, elle semble diverger vers deux points de fuite à droite et à gauche des bateaux.
    Par rapport aux peintures des années précédentes qui restaient relativement plus réalistes, cette version exalte le caractère bucolique du site. Monet élimine tout signe de modernisation. Les cheminées d’usine bien visibles dans certaines vues du port d’Argenteuil sont ici totalement effacées.
    Par son thème, sa technique, l’éclat des couleurs cette œuvre est tout à fait représentative de l’impressionnisme à son apogée.

    http://www.musee-orangerie.fr/pages/page_id19225_u1l2.htm

    Je précise que cet article n'est pas de moi (lien vers la page citée et si possible son auteur)mais que je suis auteure(inspirée par ce que j’aime, donc par ce blog) et que vous pouvez commander mes livres en cliquant sur les 11 bannières de ce blog

    Précédemment publié:

    19/11/2012 08:30

  • "Le Corbeau" d'Edgar Allan Poe(traduit par Charles Baudelaire)(et photos perso de vendredi dernier à Paris)

    CDI paris bouquet nov 2012 054.jpgCDI paris bouquet nov 2012 055.jpg« Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué, sur maint précieux et curieux volume d’une doctrine oubliée, pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un tapotement, comme de quelqu’un frappantdoucement, frappant à la porte de ma chambre. « C’est quelque visiteur, — murmurai-je, — qui frappe à la porte de ma chambre ; ce n’est que cela, et rien de plus. »

    Lire la suite