Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : A lire, L'art, La presse

    Je suis en train de lire:L'Oeil N°650

    L'OeilOctobre 2012

    Les déclarations étaient prévisibles, attendues même. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a annoncé l’arrêt des « grands chantiers » lancés par le précédent locataire de la Rue de Valois, Frédéric Mitterrand. Toujours au stade embryonnaire, la Maison de l’histoire  de France est ainsi enterrée et ne rejoindra donc pas les Archives nationales dont le personnel est visiblement soulagé. « Contestable idéologiquement », le projet était par ailleurs « coûteux », a affirmé la ministre sur France Inter. Tout juste restera-t-il donc un site Internet, puisque l’établissement public de la MHF, dirigé par Maryvonne de Saint-Pulgent, a bel et bien été créé en janvier. Fini aussi pour l’hôtel de Nevers qui devait, après l’annonce de M. Mitterrand en juillet 2011, exposer la photographie patrimoniale en remplacement de l’ancien hôtel de Sully à Paris revenu dans le giron du Centre des monuments nationaux. Le Centre ...

    http://www.lejournaldesarts.fr/oeil/couvertures/numeros/parus_couverture/00593/oeil-octobre-2012.php

    Je précise que cette article n'est pas de moi (lien vers la page citée et si possible son auteur)mais que je suis auteure et que vous pouvez commander mes livres en cliquant sur les 11 bannières de ce blog

    Lien permanent
  • Catégories : Blog

    Vous êtes 75 abonnés

    à la news de ce blog, je ferme mon petit  blog qui me prend trop de temps pour trop peu de visites, je ferme aussi ma page FB(dans la mesure où c'est possible)

    pour me recentrer sur ce blog:

    http://www.lauravanel-coytte.com

    mon travail

    et ma vie

    Merci et à bientôt

     

    Lien permanent
  • J'ai aimé lire cette nuit (d'insomnie):"La moelle de la vie" d'Henry David Thoreau

    La Moelle de la vie

    Établissement de l'édition et traduction
    de l'anglais (États-unis) par Thierry Gillyboeuf
    Anthologie originale

    Henry David Thoreau (1812-1862) voulait « vivre profondément et sucer toute la moelle de la vie ». Sa vie et son oeuvre sont une école de philosophie et de spiritualité. L'auteur de Walden a pratiqué la « désobéissance civile », la « pauvreté volontaire » puis, en se retirant du monde, l'immersion dans la nature pour trouver la voie de la liberté. Ses livres les plus fameux comme ses journaux recèlent de merveilleuses formules et réflexions, élaborées la plupart du temps dans le silence plein de ses longues marches en forêt, qui portent en elles la quintessence de sa pensée et de sa sensibilité.

    Un choix original, comportant de très nombreux extraits inédits

    http://gallica.bnf.fr/VisuSNE?id=oai_numilog.com_9782755503401&r=&lang=FR

    Je précise que cette article n'est pas de moi (lien vers la page citée et si possible son auteur)mais que je suis auteure et que vous pouvez commander mes livres en cliquant sur les 11 bannières de ce blog

    Lien permanent
  • Tricentenaire de Francesco Guardi

     

    Le Musée Correr de Venise célèbre le tricentenaire de la naissance de Francesco Guardi (1712-1793) à travers une centaine de peintures et de dessins. Après une formation picturale auprès de son père Domenico, en compagnie de ses frères Nicolò et Antonio, les toiles de ses débuts représentent des scènes de vie proches de celles de Pietro Longhi tel Le ridotto ou Le parloir des nonnes de San Zaccaria. Ses premières vedute, vers 1755, s’inspirent de celles de Canaletto et Marieschi comme la Place Saint-Marc de la National Gallery à Londres. En 1746, un anglais lui commande deux grandes vues de la Place Saint-Marc, puis il peint les douze toiles des Fêtes doganales d’après les estampes que Giambattista Brustolon grava lui-même d’après les toiles de Canaletto. Suivront en 1782, les quatre peintures commémorant la Venue du pape Pie VI à Venise puis des toiles célébrant le voyage « incognito » de l’archiduc de Russie sous le nom de comte du Nord. Son style devient de plus en plus libre et allusif, les proportions entre les divers éléments moins importantes, les figures se conçoivent en quelques traits de couleurs, la lagune se dissout dans des vastes étendues d’eau et de cieux. Ses Fantaisies et Caprices représentent des villes imaginaires immergées dans le vert de la campagne vénitienne. Oublié à sa mort en 1793, le 19e le redécouvre. Pietro Zampetti lui consacre une grande exposition au palazzo Grassi en 1965.

    Gilles Kraemer

    Infos pratiques
    Francesco Guardi
    Du 28 septembre 2012 au 6 janvier 2013
    Musée Correr
    San Marco 52 - 30124 Venezia
    Tél.                              +39 041 240 52 11         +39 041 240 52 11         +39 041 240 52 11


    www.correr.visitmuve.it
    - Direction scientifique Gabriella Belli
    Commissariat de Alberto Craievich et Filippo Pedrocco
    Catalogue Francesco Guardi sous la direction de Alberto Craievich et Filippo Pedrocco, éditions Skira.

    http://lagoradesarts.fr/Tricentenaire-de-la-naissance-de-Guardi.html

    Lien permanent