Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 6

  • Catégories : L'art

    Vente aux enchères du Mercredi 10 avril 2013

    Lot 1 : Giovanni Battista Piranesi et Francesco Piranesi - Vedute...


    • Giovanni Battista Piranesi et Francesco Piranesi - Vedute... - Auction
    • Giovanni Battista Piranesi et Francesco Piranesi - Vedute... - Auction
    • Giovanni Battista Piranesi et Francesco Piranesi - Vedute... - Auction
    • Giovanni Battista Piranesi et Francesco Piranesi - Vedute... - Auction
    • Giovanni Battista Piranesi et Francesco Piranesi - Vedute... - Auction
     
     
    Translate // traduire

    Giovanni Battista Piranesi (Mogliano Veneto, 1720 - Rome, 1778) et Francesco Piranesi (Rome, vers 1758 - Paris, 1810)
    Vedute di Roma, album de 23 planches
    Eaux-fortes, environ 48 x 68 cm (18,90 x 26,80 in.), petites marges ou bonnes marges
    Belles épreuves d'un tirage romain posthume, de la fin du XVIIIe siècle
    Filigrane : Fleur de lys et Bracciano
    (Quelques petites taches et petites déchirures au niveau du pli central)
    Reliure demi-maroquin, le dos titré 'Piranesi / Vedute / di / Roma', état moyen.


    'VEDUTE DI ROMA', ALBUM OF 23 ENGRAVINGS, BY G. B. AND F. PIRANESI

    Provenance : Ancienne collection James Forbes, Esq. (1749-1819) (ex-libris) ;
    Ancienne collection Charles, comte de Montalembert (1810-1870) (ex-libris) ;
    Puis par descendance

    Commentaire : Vingt sujets sont gravés par Giovanni Battista Piranesi et une planche par son fils, Francesco Piranesi. A la fin du volume, sont ajoutés deux planches gravées par Francesco d'après Louis-Jean Desprez.

    Liste des planches :
    - 'Veduta dell'Anfiteatro Flavio, detto il Colosseo' (Hind 57 ii/iv), belle épreuve avec l'adresse mais sans le prix
    - 'Veduta dell'Anfiteatro Falvio detto il Colosseo' (vu du ciel) (H. 126 i/iv), belle épreuve avant les numéros en haut
    - 'Veduta dell'Arco di Costantino e dell'Anfiteatro Flavio detto il Colosseo' (H. 56 iv/vi), belle épreuve avec l'adresse mais sans le prix
    - 'Veduta del Pantheon d'Agrippa' (H. 60 iii/v), belle épreuve avec l'adresse et le numéro 14I mais sans le prix
    - Francesco Piranesi, 'Veduta interna del Pantheon volgarmente detto la Rotonda' (H. 136 i/iii), belle épreuve avant les numéros en haut
    - 'Veduta del tempio della Sibilla in Tivoli' (H. 61 iii/v), belle épreuve avec l'adresse et le numéro 30I mais sans le prix
    - 'Avanzi del'Aquadotti Neroniani…' (H. 118 ii/iv), belle épreuve avec le numéro 48 dans le cartouche en bas
    - 'Veduta del Monumento eretto dall'Imperator Tito Vespasiano…' (Porta Maggiore) (H. 119 i/iii), belle épreuve avant les numéros en haut
    - 'Veduta dell'Arco di Tito' (H. 55 ii/v), belle épreuve avec l'adresse et le prix mais avec les retouches
    - 'Veduta di Campo Vaccino' (H. 40 iv/vi), belle épreuve avec l'adresse mais sans le prix
    - 'Veduta degli Avanzi del Foro di Nerva'(H. 95 ii/iv), belle épreuve avec le numéro 21II dans le cartouche en bas
    - 'Veduta del Tempio delle Camene…' (H. 106 ii/iv), belle épreuve avec le numéro 11 dans le cartouche en bas
    - 'Veduta della fonte e delle Spelonche d'Egeria…' (H. 80 iii/v), belle épreuve avec le numéro 11 dans le cartouche en bas
    - 'Veduta della gran Curia Innocenziana…' (Palazzo Montecitorio) (H. 23 ii/iv), belle épreuve avec l'adresse et le prix
    - 'Veduta del Palazzo Stopani' (H. 128 i/iii), belle épreuve avant les numéros en haut
    - 'Veduta del Ponte Molle sul Tevere…' (H. 64 i/iv), belle épreuve avec l'adresse et le prix
    - 'Veduta interna della Villa di Mecenate…' (H. 73 ii/iv), belle épreuve avant les numéros en haut
    - 'Veduta della Cascata di Tivoli' (H. 75 iii/v), belle épreuve avec le numéro 125 XXX en bas
    - 'Spaccato interno della Basilica di S. Paolo fuori delle mura…' (H. 7 v/vii), belle épreuve avec les numéros en bas
    - 'Veduta della gran Piazza e Basilica di S. Pietro…' (H. 101 i/iii), belle épreuve avant les numéros en haut
    - 'Veduta interna della Basilica di S. Pietro in Vaticano' (H. 4 iv/vi), belle épreuve avec l'adresse mais sans le prix
    - Francesco Piranesi d'après Louis-Jean Desprez, 'Il Santo Padre in atto d'adorazione innanzi al Sacramento esposto solennemente da Lui nella Cappella Paolina' (Wollin 2)
    - Francesco Piranesi d'après Louis-Jean Desprez, 'Prospetto interiore del Tempio Vaticano veduto nelle sere di Giovedi et del Venerdi Santi…' (W. 1)

    Lire la suite

  • Catégories : Ma collection de voitures virtuelles

    François Schuiten fait don de ses originaux

     

    Commandez sur fnac.com

    En supplément sur Les Cités obscures. Les Murailles de Samaris
    Autres fiches

     

    Par Sophiane Meddour (LEXPRESS.fr), publié le27/03/2013 à 12:00, mis à jour à 12:16

    François Schuiten fait don de 80% de ses originaux à la BNF, la Fondation Roi Baudouin, au Musée de la Bande Dessinée d'Angoulême, à la Commune de Schaerbeek-Maison Autrique, au Centre de l'Image de La Louvière et au CBBD. 

    Lire la suite

  • Catégories : A lire

    Un jeune mort d'autrefois

    Un jeune mort d'autrefoisJérôme Michel

    Le James Dean de la littérature française d'après-guerre

    Ce portrait sensible de Jean-René Huguenin (1936-1962) avec un titre inspiré par Mauriac vient combler un manque éditorial : une biographie consacrée à l’auteur du mythique roman La Cote sauvage et du Journal désormais considéré comme un classique en Points-Seuil. Sur l’air de « Cette année-là » de Claude François, Jérôme Michel nous restitue le tournant historique de 1962 : Cette année-là, les enfants du baby boom sortaient de l’âge ingrat. Une classe d’âge apparaissait, promise à un bel avenir publicitaire : « le jeune ». En 1962, le jeune dansait le cha cha cha, la kwela et le twist en claquant des doigts comme Johnny Halliday, retenait la nuit, jouait au flipper et rêvait d’Amérique. Jean-René Huguenin a beau n’avoir que 26 ans à sa mort accidentelle en voiture, une semaine avant celle de Roger Nimier, il a pressenti « la fin d’un monde ». Dans le James Dean de La Fureur de vivre comme dans le Petchorine de Lermontov, il identifia « un héros de notre temps », cristallisant « un étrange sursaut de dégoût et de mélancolie, un dernier cri, une dernière révolte de l’enfance trahie ». Jean-René perçut au plus profond de lui-même l’entrée de l’Occident dans l’âge du nihilisme. Ce romantique, « enfant sérieux de l’après-guerre », qui a choisi un certain retrait par désir d’intégrité spirituelle, aura pourtant le sens des rencontres : avec pour professeur d’histoire-géo Julien Gracq et condisciples Jean-Edern Hallier, Renaud Matignon ou Jean-Jacques Soleil, il deviendra plus tard le fils spirituel de Mauriac (contre Sollers) et reconnaîtra en Hemingway un modèle d’homme  : boxeur, aventurier, conquérant. C’est aussi l’ambiance enjouée et un peu folle, volontiers fêtarde, des débuts de Tel Quel qui revit à travers lui, entre insouciance et gravité, en plein conflit franco-algérien. Amitiés, amours, relation privilégiée avec Jacqueline sa sœur, évolution littéraire et tendances politiques sont tour à tour abordés avec finesse et poésie pour rendre à la « légende » de Jean-René Huguenin à jamais coulée dans le marbre toute la fraicheur déchirante d’une époque..

    A propos de Jérôme Michel

    Il a notamment publié François Mauriac – la politique des béatitudes

    (Michalon, 2010)

    Points forts

    •La biographie qui manquait de Jean-René Huguenin, le  fils spirituel de Mauriac
    •Une écriture de la jeunesse romantique et de l’Ouest marin

        

    •L’âme d’une France en plein bouleversement politique, social dans les années 50
    •Les débuts de Tel Quel
     
     
  • Catégories : A lire

    "Les chaussures italiennes" de Henning Mankell

    mediumMankell nous surprend toujours. Il signe là un de ses meilleurs romans ( il ne s'agit pas d'un policier...) ; il y exprime une sensibilité étonnante, sans mièvrerie et disserte longuement sur la vie, la mort, la signification de l'existence...

    Son héros, 65 ans passés, est "réfugié" depuis dix ans dans une petite île isolée d'un archipel suédois : pas de voisin, une visite occasionnelle du "facteur". Il était chirurgien dans une autre vie, on saura plus tard pourquoi il a abandonné cette profession. Plus de parents, pas de femme ou d'enfant. Il contemple le paysage de saison en saison, hivers rudes et été courts et étouffants.

    Mais un jour, tout va changer, il va être rattrappé par son passé et se découvrira une famille, voire plusieurs... Le lecteur ne peut quitter ce récit simple qui le mènera dans des contrées sauvages de la Suède et lui fera connaître des personnages étonnants et attachants, même si l'on est parfois agaçé par certains travers des Scandinaves.

    Bravo, Monsieur Mankell ! Continuez à nous proposer de tels romans...

    http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/22273

  • Catégories : A lire, Istanbul(Turquie):travail et séjour

    Crime d’honneur

    Crime d’honneur -

    Elif Shafak
    Traduit par Dominique Letellier
    Langue d'origine : Anglais (États-Unis)

    « Ma mère est morte deux fois. » C’est par ces mots qu’Esma, jeune femme kurde, commence le récit de l’histoire de sa famille née sur les rives de l’Euphrate et émigrée à Londres en 1970.
    L’histoire, d’abord, de sa grand-mère dans le village de Mala Çar Bayan, désespérée de ne mettre au monde que des filles, elle qui sait combien la vie ne les épargnera pas. L’histoire de sa mère, Pembe la superstitieuse, et de sa tante, Jamila la guérisseuse, sœurs jumelles aux destins très différents. L’histoire des hommes aussi, celle de son père, tour à tour aimant, violent, fuyant, et celle de ses frères, Yunus le rêveur, et Iskender. Iskender, l’enfant chéri de sa mère, la « prunelle de ses yeux », son sultan. Son meurtrier.
    Enfin, l’histoire de ces immigrés qui ont choisi l’exil pour vivre de miracles et croire aux mirages, qui ont choisi la liberté et l’amour quand d’autres restent ancrés dans les traditions et portent au pinacle l’honneur d’une famille

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, Les polars

    Cercle Polar #83 : “Philby”, de Robert Littell, et “Lumière de fin”, d'Henry Porter

    Livres | Un “Cercle polar” spécial espions avec “Philby”, le dernier Robert Littell, et “Lumière de fin”, d'Henry Porter. Le Littell ? Plaisant, mais certainement pas son meilleur, estiment nos critiques. Et Porter ? Un roman solide et agréable.

     

    Philby, de Robert Littell (éd. Baker Street)
    Lumière de fin, d'Henry Porter (éd. Calmann Lévy).

    .
  • Catégories : Nerval Gérard de

    Bulletin Nerval nº 113 / 2 avril 2013

     

     

    EDITION

    G. de Nerval et H. Delaage, Le Diable rouge. Almanach cabalistique pour 1850, ill. de Bertall, Nadar, Pastelot, etc., présentation de M. Brix, Bassac, Plein Chant, 2013, XXII-64 pages.

    (Texte p. 4 de couverture :) Avec l’aide de Henri Delaage (figure bien connue, au XIXe siècle, du Paris « initié ») et de quelques illustrateurs (parmi lesquels le fameux Nadar), Gérard de Nerval a composé ce Diable rouge, qui se voulait « Almanach cabalistique pour 1850 ». Cette petite brochure contient notamment des textes qui seront repris, en 1852, dans le recueil nervalien des Illuminés. Elle intéressera tous ceux qu’attirent les sciences occultes, mais aussi tous les curieux d’histoire littéraire et d’histoire des idées. De façon exemplaire, en effet, Le Diable rouge témoigne de ce que fut la spiritualité romantique, dans laquelle se rejoignaient – en un mélange détonant, et au rebours des dogmes établis – élans religieux, théories millénaristes et doctrines politiques socialisantes.


    COLLOQUE

    Vincent Zonca, ""Je rêvais d'écrire sur Aurélia" : Bernard Noel et le modèle nervalien d'un lyrisme de désir", colloque "Poète cherche modèle (XIXe, XXe et XXIe siècles)" organisé à l'Ecole Normale Supérieure de Lyon par Corinne Bayle et Eric Dayre les 14-15 mars 2013 (vendredi 15 mars, 15 h 15, site Descartes)


    ..........................................................................................

    Ce Bulletin vous tiendra informe(e) des renseignements concernant Nerval. Si vous desirez le recevoir gratuitement et y faire paraitre des informations ou des commentaires, veuillez envoyer vos coordonnees et vos messages a Michel Brix ou Hisashi Mizuno.

    Les anciens numéros du Bulletin sont installes sur le site Amitie-Nerval et sur le site du Centre Nerval de Namur.
  • Catégories : A lire, Ma bibliothèque, Venise

    "Sésame et les Lys "de John Ruskin

    Il n'y a peut-être pas de jours de notre enfance que nous ayons si pleinement vécus que ceux que nous avons cru laisser sans les vivre, ceux que nous avons passés avec un livre préféré.

    Je n'ai essayé, dans cette préface, que de réfléchir à mon tour sur le même sujet qu'avait traité Ruskin : l'utilité de la lecture.

    Ruskin a donné à sa conférence le titre symbolique de Sésame, la parole magique qui ouvre la porte de la caverne des voleurs étant l'allégorie de la lecture qui nous ouvre la porte de ces trésors où est enfermée la plus précieuse sagesse des hommes : les livres.

                                                                                                                        Marcel Proust

    Les deux conférences de John Ruskin (1819-1900), réunies sous le titre Sésame et les Lys, ont été publiées en 1865. La préface Sur la lecture et la traduction de Proust ont été publiées en 1906.

    http://www.payot-rivages.net/livre_Sesame-et-les-Lys-John-Ruskin_ean13_9782743622374.html

  • Catégories : A lire

    Umberto Eco nous livre ses Confessions d'un jeune romancier

    Traduit de l'anglais par François Rosso.

     

    Le samedi 30 mars 2013 à 00:03:24

    Arrivé dans son grand âge, le romancier et universitaire italien Umberto Eco commence à tourner son regard sur ses œuvres et interventions passées. C'est à ce titre qu'il a publié début mars en France un recueil de conférences, traduites de l'anglais, sous le titre Confessions d'un jeune romancier (Grasset, 236 pages, 17 €).

     

    De fil en aiguille, ces textes se présentent finalement comme de véritables leçons d'écriture. Cela permet également à Umberto Eco de s'interroger sur ce qui fait le style mais également le succès d'un auteur. Nos confrères du Figaro sont allés à la rencontre de l'auteur du Nom de la rose afin de mieux comprendre les dessous de son dernier ouvrage.

    http://www.actualitte.com/librairies/umberto-eco-nous-livre-ses-confessions-d-un-jeune-romancier-41393.htm

  • Catégories : A lire

    Écrire ; à l'heure du tout message

    • Jean-claude Monod
    • Flammarion
    • 10 Avril 2013
    • Lettres Et Linguistique Critiques Et Essais
    • 20 X 13 cm 

    Couverture

    Une part croissante de notre vie semble vouée à envoyer et à recevoir des messages - mails, textos, tweets, appels. Cette omniprésence bouleverse aussi bien les relations intimes que les modalités d'accès à la sphère publique. Cette dernière s'en trouve aussi transformée, au point qu'on peine à démêler l'ouverture à de nouvelles libertés de la menace induite par cette « visibilité » constante. Pour faire la part du feu, il faut donc tenter de restituer cette métamorphose de nos instruments de communication et d'écriture dans une histoire longue, celle qui a vu le remplacement du messager physique (dont le facteur est aujourd'hui la dernière incarnation) par les messageries et les échanges instantanés. Qu'est-ce qui se joue dans cette dématérialisation et cette démultiplication des messages ? Si la science du XXe siècle nous a incités à voir des messages partout, dans nos gènes (ADN), dans notre activité vitale elle-même, qui serait une suite d'informations échangées avec notre milieu, ne faut-il pas plutôt réserver le concept de message à une forme d'expression adressée à autrui ? Dans l'océan des pseudo-messages, il nous incombe alors de détacher de tous ces « contacts » la valeur d'une relation singulière : tel est l'enjeu de cette philosophie.

    http://www.arbrealettres.com/9782081277199-ecrire-a-l-heure-du-tout-message-jean-claude-monod/

  • Catégories : A lire, Les polars

    Le pic du vautour

     

    John Burdett

    Thierry Piélat

    (

    Traducteur

    • Presses de la Cité

    • Broché

    • Paru le : 14/03/2013
    John Burdett - Le pic du vautour.Chargé de démanteler un réseau international de trafic d'organes, l'inspecteur Sonchaï Jitpleecheep se rend à Dubaï pour son enquête. Alors qu'il se fait passer pour un trafiquant, il rencontre les soeurs Yip, des jumelles chinoises aussi séduisantes que diaboliques. Très influentes dans le milieu, où on les surnomme les "Vautours", les deux jeunes femmes demandent à Sonchaï de leur livrer un millier de paires d'yeux.
    Lorsque, traumatisé par cette expérience qui lui a révélé l'étendue de la barbarie humaine, Sonchaï rentre en Thaïlande, il y est accueilli par une affaire des plus sordides : trois cadavres sont retrouvés dans un temple à Phuket, privés de la plupart de leurs organes. Il ne tarde pas à comprendre que les machiavéliques soeurs ne sont pas étrangères à cette affaire.
     
  • Catégories : J'ai aimé, J'ai lu, Pratt Hugo, Venise

    J'ai terminé hier soir avec plaisir:Venise : Itinéraires avec Corto Maltese

    Hugo Pratt , Guido Fuga , Lele Vianello

    En compagnie de Corto Maltese, personnage emblématique de la bande dessinée, et de son créateur, Hugo Pratt le Vénitien, découvrez un autre visage de la Sérénissime. Les itinéraires de ce guide vous révéleront une Venise cachée, celle que le dessinateur aimait et dans laquelle il déambulait, loin des parcours balisés. Au détour d'une ruelle déserte, vous percerez le secret d'un chef-d'oeuvre architectural, vous pénétrerez dans les cours pleines d'histoires, de fables et de légendes, vous passerez de la lumière à la pénombre, de l'agitation à la tranquillité et peut-être trouverez-vous sur votre chemin le fantôme de Corto Maltese. Des itinéraires précis pour expérimenter la ville et la découvrir pas à pas ; Des illustrations qui vous font voir Venise sous un nouveau jour ; Des plant détaillés pour chaque promenade ; Tous les quartiers de la ville, leur évolution et leur atmosphère ; Des lieux secrets, inconnus de tous, pour sortir des sentiers battus ; Des anecdotes et des éclairages culturels inédits ; Un carnet pratique.
     
  • Catégories : J'ai aimé, J'ai lu, Venise

    J'ai terminé hier soir:"Se perdre dans Venise" de René Huyghe - Marcel Brion

    Se perdre dans Venise

    avant-propos Agnès Brion et Lydie Huyghe
     

    Résumé

    Une conversation et une promenade à travers Venise et ses îles, au cours de laquelle M. Brion et R. Huyghe racontent et expliquent l'histoire de la cité et les chefs-d'oeuvre qu'ils y croisent.

    Quatrième de couverture

    Au cours de conversations tenues à Venise, ville qu'ils aimaient passionnément et où ils firent de longs séjours, deux grands écrivains historiens évoquent le passé de la Cité des Doges, et les particularités de l'art qui s'y est développé au cours des siècles. Ce dialogue érudit mais toujours accessible donne au lecteur la sensation chaleureuse de partager, sous les lustres de cristal d'un palais vénitien, ou à une banquette du Café Florian, l'intimité intellectuelle de deux vieux amis nous offrant avec générosité le fruit de leurs travaux et réflexions. La réédition très attendue de ce que l'on peut considérer comme un éblouissant guide de Venise pour visiteurs exigeants et curieux.

    http://www.laprocure.com/perdre-venise-rene-huyghe/9782917819159.html

    Précédente publication:03/04/2013 19:52