Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Baudelaire Charles - Page 4

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Le spectacle de la création en marche

    Chaque jeudi, « Ma vie d’artiste » plonge dans l’intimité de cinéastes, chanteurs ou plasticiens en pleine création. Un travail semé d’embûches.

    Vingt minutes de la vie d’un artiste. Ici, la chanteuse guadeloupéenne FM Laeti.
    Vingt minutes de la vie d’un artiste. Ici, la chanteuse guadeloupéenne FM Laeti.

    Raphaël DAUTIGNY/FRANCE 5

    Vingt minutes de la vie d’un artiste. Ici, la chanteuse guadeloupéenne FM Laeti.

     

    Raphaël DAUTIGNY/FRANCE 5

    Vingt minutes de la vie d’un artiste. Ici, la chanteuse guadeloupéenne FM Laeti.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Walter Benjamin et la vie littéraire française - conférence

    Le mercredi 26 octobre 2011

    Rassemblement - Litterature - Essai


    Sortir a Paris - France


    Walter Benjamin et la critique sociale.

    Cette conférence, animée par Anne Roche, professeur émérite de littérature française à l’Université de Provence (Aix-Marseille I), revient sur le travail littéraire effectué par Walter Benjamin, en tant que traducteur de Baudelaire et de Proust notamment mais aussi comme critique écouté, proche de Gide, de Valéry, de Julien Green ou de Péguy.
    En exil à Paris, Walter Benjamin tentera de participer à la vie littéraire française en collaborant aux revues Cahiers du Sud et Europe, sans accéder à une vraie reconnaissance.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    « Une place au soleil »:« Impromptu, original et magique »

    Publié le lundi 01 août 2011 à 12H33

    201108014e367da438c53-0.jpg

    Il y avait du monde samedi dernier sur la place d'Armes. Dans le cadre du festival « Une place au soleil », organisée par la ville de Vitry-le-François, le collectif Eutectic avait installé son campement insolite. Il avait sorti pour l'occasion ses tables rondes et ses chaises. Assis comme sur la terrasse d'un café, les Vitryats pouvaient choisir, sur une carte du jour bien garnie, non pas une boisson, mais des poésies et des contes. Aimé Césaire, Baudelaire, La Fontaine… il y en avait pour tous les goûts.

     

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, Baudelaire Charles

    Passion Baudelaire

    47 €
    192 pages
    255 x 285 mm
    broché
    ISBN : 2-84597-089-2
    500 documents
    Charles Baudelaire, L’ivresse des images
    Comment illustrer une œuvre nourrie d’images impalpables, insaisissables et surnaturalistes et la vie d’un homme dont les drames se sont joués « silencieusement sous la coupole de son cerveau » ? Telle est la gageure de ce livre qui met en scène le temple des représentations baudelairiennes.

    « Baudelaire comme vous ne l’avez jamais vu. Un condensé de vie qui entre en correspondance avec un précipité de 500 images irréprochables. Exceptionnel !
    Le projet a d’autant plus de sens que ce héraut de la poésie-image fut aussi un vrai iconolâtre. » Le Point

    « Voici un album particulièrement réussi. Les maîtres d’œuvre de ce somptueux assemblage, mis en page avec une grande vitalité, sont Jean-Paul Avice et Claude Pichois, spécialiste incontesté de Baudelaire en France. » La Croix

    Responsable du fonds Apollinaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris, Jean-Paul Avice est avec Claude Pichois co-auteur de Baudelaire / Paris, (Paris-Musées,1993) et de Gérard de Nerval, Paris, la vie errante, (Paris-Bibliothèques, 1996).

    Claude Pichois, professeur émérite de la Sorbonne et directeur honoraire du Centre Baudelaire de l’université Vanderbilt, est le spécialiste de Baudelaire. Il est l’éditeur dans la « Bibliothèque de la Pléiade » de ses Œuvres complètes, de sa Correspondance ainsi que de l’Album Baudelaire. Auteur de nombreux ouvrages et études consacrées au poète, il a coécrit avec Jean Ziegler la biographie de référence de Baudelaire (Fayard, 1995). Il a obtenu en 1999 le prix Goncourt de la biographie pour Colette (Éd. de Fallois).
     

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Thomas De Quincey, le virtuose du bizarre

    Le Point - Publié le 19/05/2011 à 19:40

    L'écrivain Thomas De Quincey entre dans la Pléiade. Mais qui était vraiment l'auteur de "De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts" ?

     
    Thomas De Quincey, le virtuose du bizarre

    Esprit curieux, Thomas de Quincey (portraituré par sir John Watson Gordon, vers 1845) est désormais publié en Pléiade. © DR

    • Par Marie-Sandrine Sgherri

    '); // ]]> Click here to find out more!

    En France, Thomas De Quincey (1785-1859) est d'abord réputé pour avoir permis à Baudelaire de traduire génialement Les confessions d'un opiomane anglais. Et si, à ce haut fait s'ajoute la dévotion que ses fulgurances inspirèrent à Musset, Nerval, Huysmans, Poe, Kafka, Borges - et, même, à Michel Foucault qui fit quelques gammes sur De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts -, il apparaît que ledit De Quincey fut surtout un prétexte pour écrivain. Presque un faire-valoir posthume, ou un précurseur en paradis artificiels, illustre certes, mais peu lu, et en tout cas moins fameux que certains titres de ses livres. Son entrée dans la "Pléiade" saura-t-elle réparer cette injustice ? Rien n'est moins sûr.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Manet, inventeur du moderne - Avis +

    http://www.onirik.net/spip.php?article11995

    Onirik -> Art - Culture - Musique - Jeux -> Exposition, musée, Salon -> Dernière mise à jour : le dimanche 22 mai 2011.

    Une exposition d’une grande richesse, construite autour de l’oeuvre de Manet, ainsi que de ses maîtres, ses influences et ses amis artistes ou écrivains...


    Lieu : Musée d’Orsay

    du 5 avril au 3 juillet 2011

    Présentation officielle

    Plus qu’une rétrospective monographique, Manet, inventeur du Moderne entend explorer et éclairer la situation historique d’Edouard Manet (1832-1883), entre l’héritage réaffirmé du romantisme, l’impact de ses contemporains et le flux médiatique de son époque. Moderne, Manet l’est encore en défiant les maîtres anciens, de Fra Angelico à Vélasquez.

    Cette exposition repense de même les multiples liens que le peintre a résolument noués ou dénoués avec la sphère publique et politique. Car la modernité est aussi affaire d’inscription, voire d’opposition. Le parcours s’attarde donc sur l’enseignement de Thomas Couture, l’impulsion de Baudelaire, la réforme de l’art religieux, l’imaginaire érotique, l’art du fragment(é), le rapport à la peinture féminine (Berthe Morisot, Eva Gonzalès), la tentation mondaine, son impressionnisme décalé comme sa complicité avec le Mallarmé le plus noir.

    La reconstitution de l’exposition de la "Galerie de la Vie moderne", organisée en mars-avril 1880 en amorce du Salon, permet d’interroger enfin ce que signifiait pour Manet "créer en République". C’est dire que Manet, inventeur du Moderne donne une place de choix à l’oeuvre tardif, mal connu et surtout mal compris si l’on en fait une banale étape vers "la peinture pure".

    Il s’agit de la première manifestation d’ensemble consacrée à Manet en France depuis la mémorable exposition de 1983 aux Galeries nationales du Grand Palais, organisée notamment par Françoise Cachin, ancien directeur du musée d’Orsay.

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Baudelaire, poète symétrique

    Jean-Louis Cornille, Fin de Baudelaire. Autopsie d’une œuvre sans nom, Paris : Hermann, coll. « Fictions pensantes », 2010, 256 p., EAN 9782705670047.
     

    Sans s’encombrer de lourds impedimenta méthodologiques, préférant plutôt prendre son bien là où sa grande agilité intellectuelle lui permet de le trouver, ici dans la psychanalyse et la déconstruction, là dans le discours de l’histoire et dans celui des études postcoloniales, Jean‑Louis Cornille s’engage dans le domaine de la poésie moderne avec le pas sûr et confiant de celui qui l’a beaucoup fréquenté1. S’ils procèdent souvent par poussées aventureusement spéculatives, les « petits braconnages » critiques (p. 13) auxquels il s’adonne dans son plus récent ouvrage, Fin de Baudelaire. Autopsie d’une œuvre sans nom, impliquent aussi de méticuleux ratissages exégético‑herméneutiques. Ils sont l’occasion d’explorer une dimension relativement peu connue, et à certains égards insoupçonnée, de l’œuvre baudelairienne : l’impressionnant dispositif autotextuel à travers lequel se manifesterait, pour le critique, le principe de cohésion interne et externe du Spleen de Paris.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles, La littérature

    La lisibilité de la traduction

    Evénement

    Information publiée le jeudi 12 mai 2011 par Julia Peslier (source : Christophe Gutbub)

    Vendredi 27 mai 2011, Université de Poitiers, M.S.H.S. (Bâtiment A5 - 5 rue Théodore Lefebvre - 86000 Poitiers), salle Mélusine

     

    Journée d'étude organisée par le laboratoire FoReLL (Formes et Représentation en Linguistique et Littérature, E.A.3816, Université de Poitiers)

    Argument

        Il n'est de traduction littéraire qui puisse échapper au critère de la lisibilité. Pour autant, celle-ci ne peut toujours se définir comme un compromis entre les exigences de l'original et celles de la langue de destination, et la lisibilité comme visée de la traduction s'entend de manières très diverses.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    jORGE Semprun est mort

    L'adolescence avant l'enfer

    Par L'Express, publié le 26/02/1998, mis à jour le 08/06/2011 à 10:12

    C'est de Bayonne à Genève et de La Haye à Paris que le jeune Jorge Semprun fit ses humanités et découvrit les choses de la vie. Peu avant que le nazisme l'interne à Buchenwald.

    Il y avait une vie avant le block 56 de Buchenwald, avec ses plaies et ses bosses, ses fous rires et ses poings levés, ses humiliations, ses amertumes, ses fiertés; une vie d'adolescent avec puceaux bravaches, belles de jour et marâtres, directeurs de conscience et faux-monnayeurs de la pensée; une vie où la nudité lumineuse de l'Eve de Cranach s'impose comme idéal féminin; où un vers de Baudelaire fait chavirer le coeur comme la découverte de l'extase sur le visage d'une femme surprise par le plaisir dans un wagon de métro; où quelques pages de Malraux s'inscrivent à jamais au frontispice de la conscience; où des singes violonistes en livrée de soie scandent les rythmes de l'exil et ouvrent le grand bal du sexe. Et de l'Histoire. 

    De septembre 1936 - Jorge Semprun a 12 ans - à septembre 1939, l'adolescent, ballotté de Bayonne à Genève, de La Haye à Paris, va découvrir la dialectique et le désir. "Ce livre est le récit de la découverte de l'adolescence et de l'exil, des mystères de Paris, du monde, de la féminité. Aussi, surtout sans doute, de l'appropriation de la langue française. L'expérience de Buchenwald n'y est pour rien, n'y porte aucune ombre. Aucune lumière non plus." 

    Avant Buchenwald, la vie est un songe. Au fil des associations libres de cette autoanalyse, l'écrivain visite ses lieux de mémoire: une villa à Santander, une boulangerie du boulevard Saint-Michel, un bouquiniste de l'Odéon, un pont à Biriatou, la légation de la République espagnole à La Haye, le lycée Henri-IV, la rue Blaise-Desgoffe dans le quartier Saint-Placide... 

    Fidèle à sa technique narrative, l'auteur de L'Ecriture ou la Vie s'engouffre dans le dédale des souvenirs balayé par le vent mauvais d'une histoire qui s'ouvre avec la chute de Madrid et se ferme sur l'invasion de la Pologne. Un souvenir chasse l'autre, les décennies s'enchevêtrent. Toutes les vies croisées de Semprun - le résistant antinazi, le communiste antifranquiste, l'écrivain, le ministre - viennent se percuter au point précis que le travail de la mémoire aura fait affleurer. "Cette façon d'écrire dans le va-et-vient temporel, entre anticipations et retours en arrière, m'est naturelle, dans la mesure où elle reflète - ou révèle, qui sait? - la façon dont je m'inscris, corporellement, mentalement, dans la durée." 

    Ici, un acte manqué: pendant des années, Semprun recherche la villa des dernières vacances à Santander, en août 1936. Sans succès. Et tout à coup, en 1995, il la découvre - ou plus exactement il peut la voir enfin. Parfois, la vie ressemble à un rêve éveillé: malgré le demi-siècle qui s'est écoulé, il retrouve sans hésiter dans une maison neuve de Madrid le chemin du bureau de son grand-père. La pièce est intacte: il manque juste un plaid écossais! On vient de le jeter, mangé aux mites. 

    Il y aura aussi des photos jaunies, des lettres surgies du néant, des copies de lycée retrouvées, des objets fétiches (Das Kapital, rescapé de la mise à sac de la bibliothèque familiale). Sans oublier une petite madeleine - en l'occurrence, un croissant refusé par une boulangère xénophobe du Boul' Mich dont les sarcasmes lui rappellent les vers de Victor Hugo qualifiant le combattant espagnol d' "espèce de Maure" enrôlé dans une "armée en déroute". Par une de ces coïncidences qui n'appartiennent qu'à l'univers des rêves, les manchettes des journaux annonçaient, ce jour-là, la chute de Madrid. 

    De cet incident naîtra le désir farouche de Jorge Semprun de parler le français sans la moindre trace d'accent. Cela et aussi l'humiliation ressentie le jour où, noté 18/20 pour une dissertation, son professeur n'avait pu s'empêcher d'ajouter: "Si ce n'est pas trop copié!" Plus tard, la lecture de Paludes, de Gide, lui permettra de réintégrer notre langue. Et d'écrire son premier roman, Le Grand Voyage, directement en français. Sans cesser pour autant de s'affirmer rouge espagnol. Hasta siempre! 

     

    A lire aussi sur : Jorge Semprún

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles, Poe Edgar Allan

    « La Chute de la maison Usher » d’Edgar Allan Poe à la Maison de la Poésie

    mai 05, 2011

    Critique de Bruno Deslot -

    On tombe de haut !

    Dans une semi-obscurité, une porte claque et semble se refermer sur la nuit du tombeau, celle dont les mots d’Edgar Allan Poe (1809-1849) évoquent avec une inquiétante étrangeté l’atmosphère oppressante de ses Histoires extraordinaires, dont Baudelaire (1821-1867) effectue la traduction de la plus populaire : La Chute de la maison Usher.

    © Elisabeth Carecchio

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    André du Bouchet, la terre pour poème

    LE MONDE DES LIVRES | 05.05.11 | 12h14  •  Mis à jour le 05.05.11 | 13h16

    Considéré avec Yves Bonnefoy et Jacques Dupin comme un poète emblématique de la génération de l'après-guerre, André du Bouchet (1924-2001) incarne la poésie dans sa vivacité inquiète. A l'occasion du dixième anniversaire de sa disparition, les éditions Le Bruit du temps publient deux livres qui rassemblent une grande partie de ses oeuvres de jeunesse. Le premier, Aveuglante ou banale, permet de toucher du doigt la réflexion menée dans les années 1950. Plusieurs centaines de pages traduisent la lecture intensive de Baudelaire, René Char, Francis Ponge. Bel héritage pour un poète qui se cherche en refusant la pose ; triple horizon qui se déploie entre une modernité rebelle et conquérante, une écriture travaillée par la guerre et le parti pris des choses. La poésie lui semble déjà inacceptable, voire immorale si elle ne retient pas "un taux de réalité".

    La suite ici:

    http://www.lemonde.fr/livres/article/2011/05/05/andre-du-bouchet-la-terre-pour-poeme_1517171_3260.html

     

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Diaporama:15 écrivains dessinés avec leur propre texte

    Diaporama : 15 écrivains dessinés avec leur propre texte

    Posté par Céline le 22.04.11 à 11:14 | tags : arts et littérature
     

    Charismatiques ou réservés, marqués par les rides ou empreints de délicatesse, poseurs ou mystérieux : les visages des écrivains ont parfois quelque chose à révéler de leurs œuvres. Une idée que l’artiste américain John Sokol exploite jusqu’au bout avec ses magnifiques « Word Portraits ».

    Le principe ? Les écrivains sont représentés à partir de leurs propres mots : le visage de Baudelaire est ainsi redessiné avec le texte des Fleurs du mal, le regard de Beckett correspond à un passage de Godot, les cheveux de Toni Morrison à un extrait de L'Oeil le plus bleu

    Un travail minutieux dont le résultat vaut le détour (voire peut-être même un achat, puisque les dessins de John Sokol sont également à vendre sur son site). Découvrez notre sélection dans le diaporama des portraits d'écrivains en toutes lettres de John Sokol.

    http://livres.fluctuat.net/blog/48651-diaporama-15-ecrivains-dessines-avec-leur-propre-texte.html

  • Catégories : Baudelaire Charles

    De Maistre dans le panthéon de Sollers

    et nous incite à le lire.

    Il fait partie du patrimoine savoyard. Avec son frère Xavier, il a d’ailleurs été statufié devant le château de Chambéry. Mais qui sait ce qu’écrivait Joseph de Maistre ? Assurément pas grand monde. Il a pourtant inspiré des auteurs illustres tels que Baudelaire, Cioran, André Breton ou René Guénon. Et en 2007, Philippe Sollers consacra le premier article du numéro 100 de sa revue littéraire L’Infini à un éloge de celui qu’il présenta comme l’écrivain le plus maudit qui soit. C’est que le comte de Maistre, pour qui la Révolution française ne fut rien de moins que l’œuvre du Malin, est perçu comme un affreux réactionnaire. Selon Sollers, acteur majeur de l’avant-garde littéraire française des cinquante dernières années, Joseph de Maistre est en fait celui qui peut le mieux nous permettre d’appréhender en toute connaissance de cause les problématiques religieuses qui enflamment la planète aujourd’hui.

    Alors comme il l’a fait avec succès pour le sulfureux marquis de Sade, Sollers travaille à la réhabilitation de l’écrivain savoisien qu’il estime être l’un des plus grands auteurs de langue française. La tâche est difficile, même pour un homme que l’on dit très influent dans le milieu littéraire parisien. Car Maistre est désormais encore plus tabou que Sade et, malgré une réédition récente rassemblant nombre de ses œuvres, certains de ses livres majeurs restent quasi introuvables. Philippe Sollers est donc dans la Voix pour vous en parler.

    Philippe Sollers, que vous inspire le fait que, alors qu’une statue des frères de Maistre se trouve devant le château à Chambéry, l’œuvre de Joseph soit très largement méconnue sur sa terre savoyarde ?

    Ah ! La Troisième République… L’ignorance organisée qui débouche sur la dévastation. Mais Joseph de Maistre n’est pas méconnu seulement sur sa terre savoyarde. C’est la même chose en France. Et si j’observe que faire une statue avec les frères de Maistre est une initiative très charmante, l’un est quand même extraordinairement important, tandis que l’autre est notable. Les mettre ensemble, c’est déjà atténuer la portée extrêmement vaste et profonde de Joseph. Alors pourquoi est-il méconnu et même maudit ? A cause de l’enseignement falsifié de l’histoire de France depuis au moins la Révolution.

    On dit d’ailleurs de Joseph de Maistre que c’est un écrivain français, alors qu’il n’a jamais été français…

    Il n’a jamais été de nationalité française, mais on est l’écrivain de la langue qu’on écrit, surtout lorsqu’elle est si bien écrite. Et puis il s’est quand même occupé de questions qui touchent de près à l’identité française. Donc c’est un très grand écrivain français dont le travail le plus impressionnant porte sur l’histoire des religions, à l’intérieur même du christianisme.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Qui chante son mal l'enchante

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles, Des expositions

    Manet : le plus moderne des classiques

    Mots clés : , , ,

    Par Véronique Prat
    08/04/2011 | Mise à jour : 11:46
    «La lecture», qui représente madame Manet en 1868, est prétexte à un éblouissant «morceau de peinture», une symphonie de blancs qui fera dire à Zola: «Je ne crois pas qu'il soit possible d'obtenir un effet plus puissant avec des moyens moins compliqués».
    «La lecture», qui représente madame Manet en 1868, est prétexte à un éblouissant «morceau de peinture», une symphonie de blancs qui fera dire à Zola: «Je ne crois pas qu'il soit possible d'obtenir un effet plus puissant avec des moyens moins compliqués».

    Edouard Manet n'avait fait l'objet d'aucune exposition d'ensemble en France depuis plus de vingt-cinq ans. Le musée d'Orsay, au travers d'une centaine de toiles, cerne une nouvelle figure du peintre. À découvrir en avant-première.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles, Des expositions

    La modernité d’Edouard Manet

    Le Musée d’Orsay met en lumière l’œuvre de ce peintre qui a souvent fait scandale. Son art était pourtant bien ancré dans son époque.

     
    Exposition du mardi 5 avril au 3 juillet 2011 au Musée d’Orsay
    Exposition du mardi 5 avril au 3 juillet 2011 au Musée d’Orsay SIPA

    Cela faisait vingt-huit ans qu’aucune exposition n’avait été entièrement consacrée à ce peintre prolifique du XIXe siècle. Edouard Manet, dont le nom est parfois confondu avec son contemporain Claude Monet, ne saurait se réduire à la célèbre toile du Déjeuner sur l’herbe, qui fit scandale en son temps. La rétrospective proposée par le Musée d’Orsay, intitulée Manet, inventeur du moderne, vient rompre ce silence et révéler la modernité d’Edouard Manet à travers les liens que son art entretenait avec la culture romantique, aussi bien visuelle et littéraire que politique. Articulée autour de douze thèmes, elle s’attarde notamment sur la formation de l’artiste à l’atelier Thomas Couture, après son refus d’épouser la carrière d’avocat souhaitée par son père, l’influence de Baudelaire et des peintres espagnols Goya et Velasquez, son imaginaire érotique et ses zones d’ombre. L’expo fait la part belle à son art du portrait, notamment des femmes qui ont marqué sa vie : Berthe Morisot, sa belle-sœur, Suzanne Leenhoff, sa compagne, une Néerlandaise aux formes généreuses, et surtout Victorine Meurent, son modèle préféré, qu’il a même peinte en costume d’espada, version féminine du toréador.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles, Des expositions

    Rétrospective. Après Monet au Grand Palais, Manet à Orsay.

    Manet, l’autre Monet

    L’impressionnisme est de retour. Après une foisonnante “Normandie impressionniste” l’été dernier et à peine terminée la rétrospective Monet au Grand Palais, quelques intéressantes redécouvertes surgissent, offrant un regard moins convenu sur un mouvement qu’on pensait pourtant bien exploré. Gustave Caillebotte et son frère Martial, super­be inconnu, fleurissent les cimaises du musée Jacquemart André  tandis que, dans quelques jours, l’Hôtel de Ville chantera “Paris au temps des impressionnistes” (lire nos articles dans "Valeurs actuelles") . Bonnard, superbe coloriste habité par la lumière, brouille les pistes à Giverny tandis que le grand Édouard, rebelle malgré lui et considéré par les impressionnistes comme un de leurs maîtres, ceint le musée d’Orsay de son grave et noir ruban.

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Accusés Baudelaire, Flaubert, levez-vous ! : Napoléon III censure les Lettres

    Bruxelles, A. Versaille, 2010, 219 p., 22 cm
    ISBN : 978-2-87495-069-8 : 19,90 €

     

    Par Annie Gay

     

    Emmanuel Pierrat est avocat au barreau de Paris, spécialisé dans les affaires liées au droit d’auteur et à la liberté d’expression ; essayiste et romancier, il est aussi l’auteur d’une copieuse bibliographie centrée, mais pas seulement, sur sa spécialité professionnelle. On y trouve notamment Le livre noir de la censure publié sous sa direction en 2008 aux éditions du Seuil, récompensé par le prix opportunément nommé « Tartuffe ».

    Lire la suite

  • Catégories : Baudelaire Charles

    Le jour de l'an d'un vagabond

    De Albert Glatigny, le samedi 01 janvier 2011 à 19h21

    couveture

     

     

    (Communiqué)
    Dans la "Petite bibliothèque de Classiques sur la Corse", maintenant disponibles sur Izibook,  le récit des mésaventures d'Albert Glatigny en Corse.

    Grandeurs et misères d’un poète vagabond

    Albert Glatigny est né le 21 mai 1839 à Lillebonne, en Haute Normandie. Son père, alors charpentier, devient gendarme quelques années plus tard, pour mettre sa famille à l’abri du besoin ; il est nommé à Bernay en 1846. Bernay est une charmante petite ville typiquement normande, entourée de bocages et de forêts que le jeune Albert arpente inlassablement. Il va un peu à l’école, sans grand succès.

    Lire la suite

  • "Le chat" de Charles Baudelaire

    Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux;
    Retiens les griffes de ta patte,
    Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
    Mêlés de métal et d'agate.

    Lorsque mes doigts caressent à loisir
    Ta tête et ton dos élastique,
    Et que ma main s'enivre du plaisir
    De palper ton corps électrique,

    Je vois ma femme en esprit. Son regard,
    Comme le tien, aimable bête
    Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

    Et des pieds jusques à la tête,
    Un air subtil, un dangereux parfum,
    Nagent autour de son corps brun.

    Les fleurs du mal