Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : La presse

    Le roman du Figaro: un champ de batailles littéraires

    Il fait un « boucan d'enfer ». Depuis la parution, en 1876, de L'Assommoir, tout Paris ne bruisse que du nom de Zola. Sa prétention de construire une oeuvre naturaliste en décrivant, dans toute sa noirceur, la condition humaine, a déclenché un beau tollé dans la république des lettres. Le Figaro a fustigé « ce réalisme qui n'est que de la malpropreté », cette crudité qui s'apparente à de la pornographie ; Le Gaulois a vomi ces « vomissements ».

    Lire la suite

  • Catégories : L'érotisme

    Le choc d'Histoire d'O (article paru le 01/09/1975 dans l'Express) par Madeleine Chapsal

     

    medium_le_choc.jpgLa sortie à l’écran d’Histoire d’O, tourné par Just Jaeckin (1), est-elle un acte de violence? Sans doute, mais d’une tout autre violence que celle des films féroces qui triomphent actuellement aux Etats-Unis, ou au Japon, avant de venir ici.
    Dans Les Dents de la mer (Jaws), qui battent tous les records aux Etats-Unis, on voit un requin monstre couper sanguinairement les jambes des enfants.

    Dans Rollerballs, à coups de billes d’acier et de gants à crochets, le jeu, devant deux milliards de téléspectateurs en 1990, est de faire massacrer les autres à mort, si l’on veut se sauver, comme, au plus bas de la Décadence, les gladiateurs romains.

    "Bénissez le ciel pour les moments où quelqu’un s’évanouit dans vos bras et vous dans les siens. Là, vous touchez aux nuages, à l’eau courante, vous êtes un souffle dans le vent."

    Lire la suite

  • "Salomé" de Guillaume Apollinaire

        Pour que sourie encore une fois Jean-Baptiste
        Sire je danserais mieux que les séraphins
        Ma mère dites-moi pourquoi vous êtes triste
        En robe de comtesse à côté du Dauphin

        Mon cœur battait battait très fort à sa parole
        Quand je dansais dans le fenouil en écoutant
        Et je brodais des lys sur une banderole
        Destinée à flotter au bout de son bâton

    Lire la suite

  • Catégories : Des femmes comme je les aime, La littérature, NIN Anaïs

    Anaïs Nin

    medium_175px-Anais.jpg

    Anaïs Nin (21 février 1903 à Neuilly-sur-Seine - 14 janvier 1977 à Los Angeles) est une auteur française, célèbre pour la publication de ses journaux intimes entamés à l'âge de 12 ans et poursuivis sur une période de quarante ans. Leur version non-censurée n'a pu être publiée qu'après sa mort et celle de son mari.

    Lire la suite

  • Catégories : Des évènements

    Année de l'Arménie en France jusqu'au 14 juillet 2007

    La singularité de l’Année de l’Arménie tient dans le fait qu’elle rend compte de l’expérience historique d’un peuple très ancien et de son rayonnement en dehors des frontières de l’actuelle République. Arménie, mon amie évoque ainsi le destin arménien dans toutes ses dimensions, de l’histoire mythique qui débute avec l’Arche de Noé échouée au sommet du Mont Ararat jusqu’à la tragédie du génocide de 1915, traumatisme historique dont la mémoire structure encore fortement l’identité arménienne, et qui a jeté ce peuple sur les chemins de l’exil : « J’ai connu les douleurs de ce monde mensonger, je souffre l’absence de mes compagnons ; Grue n’as-tu pas une petite nouvelle de notre pays ? » écrivait le grand compositeur Komitas.

    Lire la suite

  • Catégories : La mélancolie, La peinture

    Acédie et mélancolie

    medium_melancolie.3.jpg

     

     Visite de l'exposition "Mélancolie.Génie et folie en Occident par Jean-Pierre Duvaleix(

     http://www.duvaleix.com/journaldespeintres/article.php3?id_article=60)

     

     

     

    La Mélancolie
    Cranach l’Ancien 1532 Huile sur bois, 76,5 x 56 cm Musée d’Unterlinden, Colmar © O. Zimmermann

    Magnifique Cranach l’Ancien « la Mélancolie » avec des tons rouges et bleus splendides.

    Lire la suite

  • Catégories : La littérature

    Entretien avec John Irving

    medium_irving.jpgpar François Busnel
    Lire, octobre 2006


     «L'écrivain doit dire la vérité, quitte à ne pas plaire»

    Il y a tout juste trente ans, le quatrième roman d'un jeune inconnu (que ses échecs répétés en littérature orientaient vers une carrière de lutteur) faisait le tour du monde: Le monde selon Garp s'imposa comme le bréviaire de la génération seventies. Aujourd'hui paraît en France le onzième livre de John Irving. C'est le plus long, le plus ambitieux mais surtout le plus autobiographique. Je te retrouverai offre les clés d'une œuvre marquée par l'absence du père, les troubles de la sexualité, la condition de l'écrivain... Sur près de 1 000 pages, on suit les aventures de Jack, depuis son enfance passée à rechercher son véritable père (un organiste amateur de tatouages, en fuite depuis qu'il a mis la mère de Jack enceinte) jusqu'à l'âge adulte, en passant par d'invraisemblables séances d'éducation sexuelle dans un collège de jeunes filles au cours d'une adolescence mouvementée...

    Lire la suite

  • Catégories : L'histoire

    Psychostasie

    Terme rencontré dans "la promesse de l'ange" (note polar) et que j'ai cherché sur le web:

    en grec pesée des âmes. La croyance qu'après la mort les actions humaines sont jugées avec une sévère équité a fait comparer cet examen à une pesée, dans lequel la Divinité met en balance le poids de nos vertus et celui de nos fautes. Cette image de la rémunération future passant du langage dans les idées, on prit à la lettre la pesée des âmes. On en trouve, dès la plus haute antiquité, des preuves écrites ou figurées : sur plusieurs monuments de l'Égypte Anubis, Horus, ou Thméi (déesse de la justice), pèsent les âmes dans une balance; dans la religion des Hindous, Dherma pèse aussi les bonnes et les mauvaises actions. 

    Lire la suite

  • Catégories : La littérature

    Plutarque

    medium_plutarque.jpg Plutarque, né à Chéronée en 46, mort à Thèbes en 120, est surtout célèbre pour sesVies parallèles des hommes illustres, oeuvre qui a fait de lui le grand maître de la biographie comparée. En effet, dans cette oeuvre, où il est plus portraitiste qu'historien, il met toujours en parallèle un grand personnage de la Grèce et son homologue à Rome. C'est ainsi qu'il a placé César aux côtés d'Alexandre, Cicéron aux côtés de Démosthène, etc.

    Lire la suite

  • Catégories : L'univers celte

    Psychopompe

    En mythologie, un dieu psychopompe (du grec psukhopompos) est le conducteur des âmes des morts (guide ou passeur), le guide dans la nuit de la mort. L'épithète s'appliquait entre autres à Apollon, Hermès ou encore Orphée. Chez certains peuples sibériens, un cheval sacrifié par le shaman sert également de psychopompe.

  • Catégories : La littérature, Web

    Edition électronique des journaux d’Alexandre Dumas

    L’édition électronique des journaux d’Alexandre Dumas est réalisée par une équipe de recherche de l’ENS-LSH et de l’UMR 5611 LIRE (voir rubrique « L’équipe ». Elle a commencé en 2004 et devrait se terminer en 2008.

     

    J'en profite pour saluer Monsieur Sarga Moussa qui appartient à cette équipe LIRE  et qui fut aussi mon directeur de recherche en DEA  à Lyon.

    Lire la suite

  • Catégories : Des lieux, L'histoire

    Le Mont-Dol

     medium_circuit-mont-dol.jpg

    Ce site majeur sur le plan archéologique vous offre un panorama somptueux sur la baie du Mont-Saint-Michel, Dol et les marais. 
    Au sommet du Mont, visitez la chapelle Notre-Dame de l’espérance, la tour Notre-Dame, le vieux moulin, le rocher des " griffes du Diable ". Cette terre de légende est réellement envoûtante.

    http://www.pays-de-dol.com/mont-dol.htm

     

  • Catégories : La littérature

    Camus,"le premier homme algérois"

    Elle a 60 ans environ. Elle est vêtue d'une jupe noire et d'un tee-shirt blanc et porte son sac en bandoulière, tout serré contre elle. Mais, dans son regard, soudain, on sent passer l'effroi. L'effroi et la honte. On est en juillet 2006, à Roissy, au comptoir Air France d'un vol en partance pour Alger, et la personne qui accompagne cette Algérienne qui retourne au pays vient de lâcher à l'hôtesse l'indicible : «C'est compliqué pour elle de voyager seule. Elle ne sait ni lire, ni écrire.» On observe la femme ainsi réduite, en une phrase, une seule, à sa condition d'illettrée et on ne peut s'empêcher de penser à la mère et à la grand-mère d'Albert Camus, toutes deux analphabètes. Oui, Albert Camus, ce «monument» de la littérature française, a passé son enfance dans un appartement misérable d'Alger, dans lequel aucun livre n'avait jamais pénétré. Obligatoirement, cela laisse des traces. Des humiliations ravalées, des affronts essuyés. Des références à jamais absentes. Le sentiment, surtout, de ne pas être comme les autres. D'être à part. À part, avec cette mère taciturne, à demi-sourde et ayant des difficultés de langage. Cette mère «qui ne connaissait pas l'histoire de France, un peu la sienne, et à peine celle de ceux qu'elle aimait». À part, aussi, différent, avec cette grand-mère autoritaire, qui dictait la loi à la maison. Empêchait le petit Albert de traîner dans la rue, l'obligeant parfois à faire des siestes à ses côtés dans la moiteur de l'été, à sentir près de lui «l'odeur de chair âgée». À part, enfin, dans ce petit trois-pièces pouilleux où vivaient également son frère aîné, Lucien, et leur oncle, drôle de hère, sourd lui aussi, qui vivait avec son chien et emmenait Albert à la chasse «entre hommes», près d'Alger, ou à la plage des Sablettes. Une plage dont il ne subsiste aujourd'hui qu'un mince ruban de sable, longé de rochers, et qui a été recouverte aux trois quarts par une route à quatre voies avec en fond de paysage les trois colonnes bétonnées et imposantes du monument des Martyrs. Dans l'Alger d'aujourd'hui, rares sont ceux qui connaissent encore Albert Camus. Ce n'est pas comme Zinédine Zidane, autre Français aux racines algériennes, dont on voit la photo s'étaler sur des affiches de 4 mètres sur 3 pour vanter les mérites d'une marque de téléphone portable.

    Lire la suite

  • Catégories : L'histoire

    Marco Polo

    Il est question de Marco Polo et de son "Devisement du monde" dans "Le monde dossiers et documents littéraires: désirs d'Orient" (note presse )

    medium_t_02090a.jpg

    Les récits de Marco Polo En 1295, Marco Polo revient à Venise après un périple de 24 ans qui l'avait conduit, lui, son père Nicolo et son oncle Maffeo, à travers l'Asie centrale jusqu'à la Chine ("Catay") et Pékin ("Chambalech"). Trois ans plus tard, en 1298, il dicta en français le récit de ses voyages, Le Devisement du monde qui est également connu sous des noms divers, Le Livre des merveilles, Il Milione... Si le texte original est perdu, près de 150 manuscrits anciens existent, traduits dans toutes les langues, dont une version dite de Ramusio a relancé au XXe siècle les études sur Marco Polo.

    Lire la suite

  • Catégories : La littérature

    Montaigne, Essais

    Michel Eyquem de Montaigne ou plus simplement Michel de Montaigne (né le 28 février 1533, rue Rousselle à Bordeaux, Gironde - mort le 13 septembre 1592 au château de Montaigne en Périgord) était un penseur et un homme politique français de la Renaissance. Il est l'auteur des Essais, premier ouvrage de ce genre.

    medium_180px-Montaigne-Dumonstier.jpg

    Lire la suite

  • Catégories : L'histoire

    Débat autour de la découverte d'une stèle olmèque

    On peut ne jamais avoir inventé la roue et avoir maîtrisé, très tôt, un système d'écriture complexe. Ainsi de la civilisation olmèque, qui émerge dans l'actuel Mexique vers 1 200 avant J.-C. et dont une équipe scientifique américano-mexicaine affirme avoir découvert la plus ancienne trace écrite connue à ce jour. Celle-ci serait, du même coup, la plus vénérable jamais découverte en Amérique. Le document, décrit dans l'édition du 15 septembre de la revue Science, est un bloc de pierre de 36 cm sur 21 cm, épais de 13 cm et lourd de 12 kg. Exhumé à Cascajal, au coeur du pays olmèque, dans ce mince bras de terre qui sépare le Pacifique du golfe du Mexique, il est daté par ses découvreurs d'environ 900 avant J.-C.

    Lire la suite

  • Catégories : Runge Philipp Otto

    Runge et l'art

    « L’éternité d’une œuvre d’art n’est, en effet, que sa cohésion avec l’âme de l’artiste, et cette cohésion fait d’elle l’image de l’origine éternelle de cette âme ».