Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Pour cent bricks, t’as plus faim

    Pour cent bricks, t’as plus faim

    25 mars 2015 à 18:06

    Une brick au thon et à l’œuf de chez la Mamma, boulevard de Belleville, à Paris.Une brick au thon et à l’œuf de chez la Mamma, boulevard de Belleville, à Paris. (Photo Boris Allin)

     
    L'auteurJacky DURANDJacky DURAND

    Il ne faut pas grand-chose pour embaumer une nuit. Une poignée de légumes secs et d’herbes fraîches, un soupçon d’épices, trois sous de mémoire et de jugeote qui font le savoir-faire, une bonne bouffée de chaleur humaine, et la magie opère entre le gonze qui fricasse et la bande d’apaches qui tournent autour de sa taule comme une nuée de papillons insomniaques sur un réverbère.

     

    Pour savoir en quoi la presse influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, A voir, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE, La presse

    Vélasquez

    Velázquez, l'astre du Siècle d'or

    Quand le roi est devant lui, vêtu de noir, avec son long visage triste, Velázquez l'auréole d'harmonies incomparables. Quand les petites infantes apparaissent tels des êtres éteints enfermés dans des robes d'apparat qui broient leur poitrine, il les nimbe de rose animé de taches d'argent, de bleu lointain et de mauve tendre. Quand la reine, qui n'aimait pas poser, se tient face à lui coiffée de la lourde perruque de la cour, il nacre sa peau et éclaire son regard de paillettes mordorées. Quand le souverain pontife, hargneux et acariâtre, crie et s'impatiente, Velázquez n'est occupé que de la symphonie de rouges éclatants dont il l'entoure. Quand les bouffons et les nains, dont la présence à la cour était une vieille tradition de la monarchie espagnole et qui avaient pour fonction de rire d'eux-mêmes et d'en faire rire les souverains, posent dans l'atelier de Velázquez, il les peint vêtus comme des princes, comme des êtres chez qui le divin resplendit. Un monde triste? Qu'importe: pour Velázquez, et pour lui seul, ce monde est poétique.

    Pour voir en quoi les artistes influent sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : CE QUE J'AIME. DES PAYSAGES, Venise, Voyage

    Slovénie, un rêve d'Europe centrale

    Slovénie, un rêve d'Europe centrale

     

     

    EN IMAGES - Indépendante depuis 1991, l'ancienne république yougoslave a su croiser ses influences latine, germanique, balkanique et hongroise pour se bâtir une identité singulière. Des Alpes Juliennes aux rives de l'Adriatique, voyage au pays des matins calmes et des nuits agitées.

    Pour voir en quoi le voyage influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • L'avenir incertain du latin à l'école

    La réforme du collège ne convainc pas

    pasLa réforme du collège[...]La promesse d'un collège interdisciplinaire «moins ennuyeux», vanté par Najat Vallaud-Belkacem[...]Pour les syndicats, la réforme programmée pour la rentrée[...]une réforme «monstrueuse[...]contraire le ministère à ne pas «détricoter la réforme[...]Un collège où «rien[...]Avec sa ...

     

    Pour voir en quoi l'éducation influe  sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce

     

    Cours de latin au collège La Tour d'Auvergne, Rennes. ÉDUCATION
    L'avenir incertain du latin à l'école

    La réforme du collège, qui doit entrer en vigueur en 2016, supprime les horaires réservés aux options latin et grec.Ces matières continueront d'être étudiées dans le cadre d'enseignements pratiques interdisciplinaires.

    Pour voir en quoi la langue influe  sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blogclef.jpg Lire la suite>

     

    Bernard Fripiat : « Le latin, un plus pour une bonne orthographe  »

    « Le latin, un plus pour une bonne orthographe » Belge, arrivé à Paris pour faire du théâtre au milieu des années 1980 après des études d'histoire à Liège, Bernard Fripiat, «coach» en orthographe[...]l'apprentissage du latin[...]À partir du latin, bien sûr, mais, avec l'apport des invasions franques[...]en latin[...]latin ...

     

  • Catégories : CE QUE J'AIME. DES PAYSAGES, L'Angleterre:séjours

    Richard III

    Il fait l'actualité  
     
         
     
      Les echos  
         
      Richard III  
         
     

    Après avoir reçu l'hommage de milliers de Britanniques, Richard III, mort en 1485 à la bataille de Bosworth, sera inhumé aujourd'hui dans la cathédrale de Leicester. Les ossements du roi avaient été découverts en septembre 2012, lors de la construction d'un parking municipal.

    Funérailles tardives pour Richard III

    Florentin CollompFunérailles tardives pour Richard IIIFunérailles tardives pour Richard III La cathédrale de Leicester[...]parée pour les funérailles royales[...]Des funérailles dignes de son rang[...]funérailles dignes de ce nom à son héros[...]pour les funérailles de son lointain ...

     
    Pour voir en quoi, l'histoire influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog
  • Catégories : CE QUE J'AIME. DES PAYSAGES, Des jardins et des parcs

    Jardiner sur son balcon, c'est possible !

    Jardiner sur son balcon, c'est possible !

    La start-up Urban Green végétalise la ville.

    La start-up Urban Green végétalise la ville.

    Pour combler un besoin de jardin (et de jardinage), un simple bord de fenêtre suffit. Une nouvelle génération de paysagistes urbains s'est penchée sur la question.

    Pour voir en quoi les jardins influent sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, A voir, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE

    Folle et triste ivresse de l’amour

    image: http://s1.lemde.fr/image/2015/03/27/147x97/4602764_7_9c2b_bastien-bouillon-et-lola-creton_c0e7223172a6319beab07c95211157d9.jpg

    Folle et triste ivresse de lamour

    Folle et triste ivresse de l’amour

    LE MONDE | 27 mars 2015

    Adaptation du roman d’Irène Nemirovsky, « Deux » rend un bel hommage à la romancière et à… François Truffaut (vendredi 27 mars à 20 H 50 sur Arte)..... Adaptation du roman d’Irène Nemirovsky, « Deux » rend un bel hommage à la romancière et à… François Truffaut (vendredi 27 mars à 20 h 50 sur Arte).....


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/recherche/#TZ7v3HGY0dzw3PAj.99

    Pour voir en quoi la littérature influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

  • Catégories : CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE, L'art

    Les bonnes perspectives du dessin

    Le dessin, terre de découvertes et de petits prix

    LE MONDE | 26.03.2015 à 11h09 • Mis à jour le 27.03.2015 à 08h18 | Par Harry Bellet et Philippe Dagen


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/03/26/le-dessin-terre-de-decouvertes-et-de-petits-prix_4601789_1655012.html#xWGI62fE8qwHs4oR.99

    image: http://s1.lemde.fr/image/2015/03/26/534x0/4601788_3_3d51_alors-surgit-un-autre-cheval-rouge-feu_4ab1f5411f70d8701cf489ec869ebfee.jpg

    "Alors surgit un autre cheval, rouge feu", 2012, de Jean Bedez. "Alors surgit un autre cheval, rouge feu", 2012, de Jean Bedez. GALERIE SUZANNE TARASIÈVE

     

    Il y aura bientôt un quart de siècle, en 1991, quelques marchands parisiens imaginèrent de créer un Salon exclusivement consacré au dessin, et d’y inviter certains de leurs confrères étrangers. Depuis, l’initiative a fait tache d’huile : une autre foire s’est forgée, réservée aux feuilles contemporaines, et une  Semaine du dessin s’est constituée, autour d’une vingtaine de musées et d’institutions à Paris et en Ile-de-France qui sortent leurs plus beaux (et fragiles) papiers pour l’occasion.

    C’est au Palais Brongniart que se tient la version originale, si on ose dire, de ces manifestations. Dix-neuf marchands français et vingt étrangers y montrent des œuvres anciennes, mais pas seulement. Il suffit de s’attarder dans le stand, à gauche en entrant, de Jean-Luc Baroni : sur les mêmes murs, trois siècles d’histoire de l’art. Un Tiepolo, un Ingres, un Gauguin, et un rare dessin de Francis Bacon, la messe est dite, il y en a pour tous les goûts.

    C’est aussi sur ce Salon que sera remis le prix Florence et Daniel Guerlain, créé par des collectionneurs, à un dessinateur contemporain. Là également que l’universitaire Claude Mignot va diriger deux après-midis d’études (depuis 2006, chaque édition du Salon accueille des rencontres savantes) consacrés à la place du dessin d’architecture.

    Des nouveaux venus

    Petit à petit, la chose s’est sue. Les rares collectionneurs spécialisés (une quarantaine en France, quelques centaines dans le monde) ont vu déferler des hordes de nouveaux venus : en 2014, le Palais Brongniart a reçu 13 000 visiteurs en une semaine. Nombreux...


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/03/26/le-dessin-terre-de-decouvertes-et-de-petits-prix_4601789_1655012.html#xWGI62fE8qwHs4oR.99

     

    Pour voir l'influence du dessin du moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : CDI du Lycée Hôtelier Le Renouveau, MON TRAVAIL

    Quand la planète dîne français

    Quand la planète dîne français

    LE MONDE | 26.03.2015 à 16h17 • Mis à jour le 27.03.2015 à 15h18 | Par Nicolas Bourcier (Rio de Janeiro, correspondant), Bruno Philip (Bangkok, correspondant en Asie du Sud-Est), Philippe Bernard (Londres, correspondant), Philippe Ridet (Rome, correspondant), Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant) et JP Géné

    Jeudi 19 mars, 1 300 chefs de 150 pays ont proposé un menu « à la française ». L’opération « Goût de/Good France » a été lancée par le Quai d’Orsay et Alain Ducasse, afin de redonner ses lettres de noblesse au savoir-faire tricolore.

    Il y avait quelque malice dans ces salons de Versailles – « cette modeste chaumière » – où Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, recevait le 19 mars à dîner 650 invités, dont plus de 90 ambassadeurs. La galerie des Batailles – théâtre du banquet – retrace, en effet, les victoires historiques remportées par les armées françaises, souvent contre des pays dont les représentants festoyaient ce soir-là sous des tableaux illustrant la défaite de leurs ancêtres. Poitiers, Bouvines, Marignan, Austerlitz, bienvenue à table. Excellences ! Le cadre des réjouissances correspondait à l’esprit de l’opération « Goût de/Good France », qui entend redonner à notre gastronomie à travers le monde l’éclat qu’elle mérite.

    image: http://s2.lemde.fr/image/2015/03/26/534x0/4602245_6_059c_le-ministre-des-affaires-etrangeres-laurent_388fd3be2807e3c2a119d67ddd44e2e3.jpg

    Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius lors de son discours pour l'opération "Goût de France" au Château de Versailles. Il est entouré du chef Alain Ducasse (à gauche) et de Catherine Pégard, présidente de l'Etablissement public du château de Versailles  dans la galerie des Batailles, jeudi 19 mars. Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius lors de son discours pour l'opération "Goût de France" au Château de Versailles. Il est entouré du chef Alain Ducasse (à gauche) et de Catherine Pégard, présidente de l'Etablissement public du château de Versailles dans la galerie des Batailles, jeudi 19 mars. Remy de la Mauviniere/AP

    La défense du bien manger


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-gastronomie/article/2015/03/26/quand-la-planete-dine-francais_4602247_4497540.html#focJQkwizRf7jpJk.99

    Pour voir en quoi la presse influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Les rêves d'un éternel jeune homme

    RÉCIT. Les rêves d'un éternel jeune homme

    Alain Rémond revisite sa vie professionnelle et s'interroge sur sa fidélité aux idéaux qui l'ont animé depuis un demi-siècle

     

    26/3/15 - 00 H 00

     

    Pour voir en quoi la lecture influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

     

     

     

    Lire la suite

  • Catégories : CE QUE J'AIME. DES PAYSAGES, Le paysage

    Villes

     

    Plan de réaménagement des voies sur berges parisiennes

    « En ville, il n’est plus intéressant de se déplacer en voiture »

    Lundi 28 janvier 2013, une partie des voies sur berges parisiennes, rive gauche, va être fermée, afin de commencer les travaux pour rendre les quais aux piétons. Bruno Marzloff, sociologue et directeur du groupe Chronos, un centre de recherche ...

    Pour voir en quoi les influent sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

     

     

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE

    Une vie fulgurante, équation à multiples inconnues

    EvaristeUne vie fulgurante, équation à multiples inconnues

    Un jeune auteur signe un roman éblouissant, par le style, l’érudition, l’audace et la liberté, sur le destin météorique du mathématicien Évariste Galois, tué en duel à l’âge de 20 ans.

     

    25/3/15 - 16 H 14 - Mis à jour le 25/3/15 - 15 H 34

    Pour voir en quoi la lecture influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Neal Cassady, l’ultime mezcal

    Neal Cassady, l’ultime mezcal

    25 mars 2015 à 20:21
     
    L'auteurMathieu LINDONMathieu LINDON

    Un an après Un truc très beau qui contient tout regroupant sa correspondance de 1944 à 1950, paraît Dingue de la vie & de toi & de tout, le second volume des lettres de Neal Cassady qui va de 1951 à sa mort, en 1968 (il est né en 1926). Neal Cassady est à la fois le prophète et l’inspirateur de la Beat Generation. Dans Sur la route, de Jack Kerouac, il est Dean Moriarty. En dédicace de son poème Howl, Allen Ginsberg, dont cet hétérosexuel passionné fut l’amant, le nomme «bouddha de la prose américaine». Il fut proche aussi de William Burroughs. On a lu dans le précédent volume sa longue lettre de 1950 sur Joan Anderson qui frappa tant les futurs écrivains célèbres de son entourage par la vie brute que Neal Cassady mettait dans son écriture au mépris de la syntaxe la plus traditionnelle. Quand s’ouvre le second volume, il est flatté par les compliments. A Kerouac qui le met au pinacle littéraire : «J’aimerais te croire pourtant ; mieux j’aimerais que tout le monde te croie.» A Ginsberg qui n’est pas en reste : «Toutes les âneries délirantes que vous débitez tous les deux à propos de ma Grande Lettre me font frissonner de plaisir, mais nous savons malgré tout que je ne suis qu’un effluve et qu’un rêve.» Etre écrivain est une ambition pour Neal Cassady, dont la manière d’écrire est originale en tous points. A Ginsberg : «Entre parenthèses, la première fois que j’ai commencé à écrire à la machine, si sans faire exprès je ne tapais pas la bonne lettre pour commencer un mot, plutôt que d’effacer, je cherchais un mot qui commençait par cette lettre et comme je faisais une nouvelle erreur, puis encore une autre, j’avais très vite complètement modifié le sens de ce que j’exprimais et aussi ce que j’étais en train de dire - avec tous les changements que cela entraînait dans le fil de mes pensées.» Le seul livre de Neal Cassady, Première Jeunesse, roman autobiographique, paraîtra de façon posthume.

    Pour voir en quoi la lecture influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE, Voyage

    On le promettait prométhéen

     

    Dominique KALIFA 25 mars 2015 à 17:11
    CRITIQUE

    Un regard nouveau sur le XIXe siècle

     

    Il y a d’abord un tour de force. Jeunes historiens l’un et l’autre, Emmanuel Fureix et François Jarrige ont beaucoup lu, beaucoup annoté, pour offrir ce panorama quasi exhaustif des travaux qui ont, depuis un peu plus de trente ans, renouvelé la compréhension du XIXe siècle français. La synthèse qu’ils présentent, «un voyage dans le XIXe siècle des historiens», est nourrie de centaines d’ouvrages, de thèses, d’articles publiés en français et en anglais, et constitue donc un très précieux vademecum pour qui souhaite s’orienter dans le continent des publications historiques récentes et repérer les références marquantes.

    Pour voir en quoi les livres influent sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE, La poésie, La presse

    Pasolini, roses et épines

    Pasolini, roses et épines

    Robert MAGGIORI 25 mars 2015 à 17:11

    Pier Paolo Pasolini, en décembre 1974.Pier Paolo Pasolini, en décembre 1974. (Photo AFP)

    LIVRES

    Poèmes inédits, période «Evangile selon saint Matthieu»

     

    Pour voir l'importance de la poésie pour moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE, L'architecture, La presse

    Les bâtisseurs du Bauhaus

    Les bâtisseurs du Bauhaus

    Philippe LANÇON 25 mars 2015 à 17:11

    Sur le bâtiment du Bauhaus à Dessau, lors du 80e anniversaire de son inauguration en 2006.Sur le bâtiment du Bauhaus à Dessau, lors du 80e anniversaire de son inauguration en 2006. (Photo John MacDougall. AFP)

    CRITIQUE

    De Gropius à Paul Klee, six génies de la modernité.

     

    Pour voir en quoi la presse influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Le grand maître du roman noir change de came

    Le grand maître du roman noir change de came

    image: http://s1.lemde.fr/image/2015/03/25/534x0/4601257_3_c794_l-ecrivain-americain-don-winslow_70d1b1cc5c25614264a369ac2748b455.jpg

    L'écrivain américain Don Winslow. L'écrivain américain Don Winslow. Jean-Lionel Dias/Le Carton/Picturetank

     

    LE MONDE DES LIVRES | 25.03.2015 à 18h02 • Mis à jour le 26.03.2015 à 10h10 | Par Macha Séry

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/03/25/le-grand-maitre-du-roman-noir-change-de-came_4601259_3260.html#q76AsDRfKJvPpovK.99
     
    Pour voir en quoi le polar influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE, Les polars

    Le polar, reflet de nos incertitudes ?


    Le polar, reflet de nos incertitudes ? par lemondefr

    Le Monde.fr | 27.03.2015 à 17h57 • Mis à jour le 27.03.2015 à 18h31 | Par Jean Birnbaum


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/video/2015/03/27/le-polar-reflet-de-nos-incertitudes_4603046_3260.html#LoxCS3JFTSAxj6B5.99

     

    Pour voir en quoi le polar influe sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : A lire, CE QUE J'AIME/QUI M'INTERESSE, Les polars

    Aurélien Masson : « Pour une littérature mal élevée »

    Aurélien Masson : « Pour une littérature mal élevée »

    LE MONDE DES LIVRES | 25.03.2015 à 18h02 • Mis à jour le 27.03.2015 à 18h31 | Propos recueillis par Macha Séry

    image: http://s1.lemde.fr/image/2015/03/25/534x0/4601262_3_4181_2015-03-25-37a8777-18784-1kaauqd_18ba39f1858f2bb1668f7ec09820333c.jpg

     DR

     

    Si Quais du polar a 10 ans, la « Série noire », elle, souffle ses 70 bougies, un ­anniversaire qui sera dignement ­célébré au festival. Créée par ­Marcel Duhamel, baptisée par Prévert, la collection a, depuis 1945, accueilli plus de 2 700 titres. Entretien avec Aurélien Masson, 40 ans, qui la dirige depuis 2005.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/03/25/aurelien-masson-pour-une-litterature-mal-elevee_4601265_3260.html#L0SAVeMxCUdmF2vu.99

     


     

     

    Pour voir l'influence du polar sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Journées marteau : les commissaires en cage à la Conciergerie !

    Journées marteau : les commissaires en cage à la Conciergerie !

     

     

    Le tableau <i>La Conciergerie</i>, de Paul Aïspiri, est acheté 4250 euros sous le marteau d'Éric Pillon.

    Le tableau La Conciergerie, de Paul Aïspiri, est acheté 4250 euros sous le marteau d'Éric Pillon.

    NOUS Y ÉTIONS - Pour la première fois, 40 commissaires-priseurs se sont relayés jeudi soir pour des enchères insolites à la Conciergerie, à Paris. Une des ventes événements organisées partout en France, jusqu'à dimanche.

     

    Pour voir l'influence de l'art sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite

  • Catégories : CEUX QUE J'AIME, Des artistes

    La mélodie du Bonnard

    La mélodie du Bonnard

    Rendons à César, ce qui est à César… La Mélodie du Bonnard, c'est le titre espiègle qui ouvre le catalogue  Pierre Bonnard, peindre l'Arcadie, promesse de soleil, de langueur et de félicité en ce mois de mars encore tangent. Pour son invitation au dîner de gala dans les salons dorés, la Société des amis du Musée d'Orsay a choisi un détail de Vue du Cannet (1927). Vallons orangés, bois bleutés, humanité distanciée. Douceur toute, à l'image du mimosa et des tulipes perroquets dans les surtouts de table!

    Pour voir en quoi les artistes influent sur moi, cf. mes 14 livres en vente sur ce blog

    Lire la suite