Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : L'actualité

    Décès de la comédienne Anne-Marie Carrière à 81 ans

    29 décembre 12:02 - PARIS (AFP) - La comédienne et chansonnière Anne-Marie Carrière, interprète d'innombrables personnages comiques dans les cabarets et théâtres parisiens des années soixante à quatre-vingts, est décédée à l'âge de 81 ans, dans la nuit de jeudi à vendredi.
     

    AFP/Archives -

     

    "Anne-Marie Carrière est décédée à 4H00 du matin, à l'hôpital de Nanterre", a indiqué à l'AFP une source proche de la comédienne.

    Née le 16 janvier 1925, de son vrai nom Anne Marie, Alice Louise Blanquart, licenciée en droit, elle avait tout d'abord travaillé dans un bureau d'études fiscales, avant de devenir chansonnière et comédienne.

    Jouant de sa rondeur et de son humour bon enfant, elle devient rapidement populaire et se produit dans de nombreux cabarets (aux Noctambules, aux théâtres de Dix-Heures et des Deux-ânes, au caveau de la République).

    Anne-Marie Carrière joue aussi au théâtre "J'y suis, j'y reste" (1973), "Madame... pas dame" (1984) et au cinéma, dans "La cuisine au beurre" (1963) ou "Trois enfants dans le désordre" (1966).

    A la télévision, elle apparaît régulièrement dans "Au théâtre ce soir", l'émission de Pierre Sabbagh, qui diffuse nombre de ses pièces, présente elle-même des émissions.

    Elle fera aussi de la radio, animant à partir de 1970, le programme "l'Humour au féminin" sur la radio Europe 1, et publiera plusieurs livres, notamment "Piments doux" (1963) un recueil de poèmes humoristiques, et "Mon musée de l'homme" (1968).

    "Je suis la Française moyenne type", disait-elle à la fin des années 1970, "Après trente ans de métier je crois ne pas avoir changé. Je pense être une honnête femme, de la même façon qu'au XVIIIe siècle on était un honnête homme".

    http://actualite.aol.fr/culture/deces-de-la-comedienne-anne-marie-carriere-a-81-ans/114152/p-article_cat/article_titre/article_id/article.html (pour voir sa photo, allez sur mon site source).

  • Mémère chérie.

    Oublier le cimetière, la morgue
    Les bouquets dérisoires
    Ma plaque, à ma mèmère chérie
    Comme seul signe de notre lien nié

    Oublier la cérémonie minable
    Le chapelet ridicule dans tes mains

    Oublier ton visage de momie
    Pour me rappeler ta vie
    Nos soirées, nos sorties
    Toutes les fois où nous avons ri

    Oublier le jaune de ton visage
    Pour me rappeler ta cuisine
    Où je goûtais en cachette
    Nos discussions, ton écoute

    Oublier tes cheveux en bataille
    Pour me rappeler ta présence
    Tes mises en plis, tes perruques
    Tes bigoudis, tes teintures

    Oublier le cercueil, la froideur
    De ta peau, me rappeler sa douceur
    Ta poudre de riz, son odeur
    Ton rouge à lèvres, ta chaleur

    Oublier les lèvres gercées
    De tes derniers baisers
    Pour me rappeler ton café
    Avec beaucoup de chicorée

    Oublier ton corps décharné
    Me rappeler comme nous avons dansé
    Comment j’ai percé ton plancher
    Les vieilles chansons chantées

    Oublier tes délires, ta folie finale
    Tes yeux fermés, ton souffle court ;
    Le masque sur ton visage, tes bras attachés
    Pour me souvenir de toi, vivante.

    Hommage à ma grand-mère morte il y a 3 ans (jour pour jour)

  • Catégories : L'actualité, Voyage

    Le réveillon du jour de l'an à Vienne(GMT+1)

    medium_ill_vienne.jpg

    Mélomanes de tous pays, unissez-vous et filez à Vienne pour le réveillon ! Deux événements traditionnels marquent les célébrations du Nouvel An.
    Commençons par le bal de l'Empereur ou Kaiserball qui ravira les fanatiques de Sissi et les routards au portefeuille bien garni. Ce bal très élitiste se déroule dans les salons de la Hofburg, l'ancien palais impérial des Habsbourg (excusez du peu !). Dans le hall d'entrée, au son des valses de Strauss, les convives sont accueillis par les gardes impériaux et par les sosies de François-Joseph et de… Sissi ! Après un banquet servi par des domestiques en livrée, débute le bal qui dure jusqu'à 3 h 30 : polonaise, valse, quadrille, opérette… À minuit, comme partout dans Vienne, on marque une pause pour entendre les douze coups du Pummerin, la cloche de la cathédrale Saint-Étienne (Stefansdom).
    Le Kaiserball ouvre la saison des bals, toujours très courue à Vienne. C'est un événement mondain, emblématique de la vie viennoise. Costume et robe de bal sont exigés : le ticket d'entrée coûte de 50 à 490 € !
    Autre pilier du Jour de l'An viennois, le Concert du Nouvel An, donné au prestigieux Musikverein le 1er janvier à 11 h 15. C'est sans doute l'une des manifestations musicales les plus connues au monde, retransmise à la télévision dans de nombreux pays. Les valses de Strauss se retrouvent invariablement au programme de cette tradition qui remonte à 1939. Les plus grands chefs d'orchestre ont dirigé ce concert, de Herbert von Karajan à Claudio Abbado en passant par Riccardo Muti, Seiji Ozawa ou Lorin Maazel. Cette année, Zubin Mehta dirigera le Philharmonique de Vienne. Mais il est déjà trop tard pour acheter vos billets. Les réservations ouvrent 364 jours à l'avance et ce, pendant seulement trois semaines. Vous pouvez néanmoins vous consoler en assistant aux répétitions ouvertes au public le 30 décembre (tickets à partir de 20 €) ou bien en regardant la télé !
    www.hofburg.com
    www.wienerphilharmoniker.at

    http://www.routard.com/mag_dossiers/id_dm/59/ordre/5.htm

    Lien permanent
  • Catégories : La littérature

    Rentrée littéraire de janvier 2007

    medium_rentree_litteraire_de_janvier_2007.jpg
    La rentrée littéraire de début 2007 n'a qu'une courte fenêtre de tir : dès mars, l'actualité électorale dominera

    542 nouveaux romans, français et étrangers, sortent néanmoins en ce début d'année : avec 353 titres, la production française est en  baisse par rapport à janvier 2006 (-12), mais le nombre de romans étrangers est stable, avec 189 titres, selon Livres Hebdo.

    Comme chaque année, janvier est le rendez-vous des écrivains déjà couronnés qui ne courent plus les prix littéraires.

    Rufin créera-t-il la polémique ?
    Quatre anciens Goncourt répondent ainsi à l'appel. D'abord Jean-Christophe Rufin qui signe avec "Le parfum d'Adam" (Flammarion), un thriller sur (ou plutôt contre) le militantisme écologique radical, qui devrait faire couler beaucoup d'encre (l'écologie radicale sera dans le futur une des principales sources de terrorisme, si l'on en croit le livre ...et les services secrets américains). A signaler aussi,  Pierre Combescot avec "Faut-il brûler la Galigaï?" (Grasset), Paule Constant avec "La bête à chagrin" (Gallimard) et Jacques-Pierre Amette, "Un été chez Voltaire" (Albin Michel).

    Figurent également parmi les valeurs sûres : Jérôme Garcin, Marc Dugain, Marie NDiaye, Pierre-Jean Remy, Eric Holder ou Philippe Besson.

    La génération SMS débarque
    Les premiers romans marquent également une pause, avec 67 titres en deux mois (-10). La génération SMS débarque, avec "Je T'M" (Calmann-Lévy) d'Isabelle Le Louarn ou "Pomme Q" (Michalon) d'Emilie Stone, qui fait de son
    ordinateur (un Mac, bien sûr) le personnage de son roman. A 22 ans, Guillaume Sire, benjamin de la promo 2007 et étudiant à HEC, signe "Les confessions d'un funambule" à La Table Ronde.

    La fin de l'autofiction se confirme, avec le retour en force des sujets de société. Les thèmes dominants sont ainsi l'immigration, avec "Douce France" (Grasset) de Karine Tuil, les OGM, avec "Soleil d'enfer" (L'Archipel) de Thomas Abercorn (pseudonyme), ou la vie de bureau, avec "La working girl" (Stock) de Sophie Talneau.

    L'élection présidentielle inspire de son côté son lot de fictions plus
    ou moins cryptées. Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy apparaissent sous leurs noms dans "Le pacte secret" (Albin Michel) d'Albert Algoud et Pascal Fioretto. "Rase campagne" (Privé), "Main basse sur l'Elysée" (Hugo roman) ou "Hôtel des ministres" (Fayard) misent également sur l'approche des échéances électorales. Désormais retiré de la politique, l'ancien ministre François Léotard livre en revanche "Le silence" (Grasset), un roman loin des préoccupations électorales.

    Du côté des étrangers
    La littérature étrangère sort de son côté lez valeurs sûres, à dominante anglo-saxonne, avec des ouvrages de Martin Amis, Julian Barnes ou William Boyd pour le roman anglais, Cormac McCarthy, Paul Auster ou Percival Everett côté américain.

    Signalons encore le Japonais Haruki Murakami, avec "Le passage de la Nuit" (Belfond), et l'Espagnol Arturo Perez-Reverte, qui évoque son passé de correspondant de guerre dans "Le peintre des batailles" (Seuil).

    Publié le 29/12 à 10:10

     

    http://cultureetloisirs.france2.fr/livres/actu/27087138-fr.php

  • Catégories : Le patrimoine

    2007 sera l'année Vauban en France

    medium_vauban.jpg
    Une série de manifestations culturelles et patrimoniales marqueront en 2007 le tricentenaire de la mort de Vauban

    L'année consacrée à l'architecte militaire du roi Louis XIV mettra en lumière les facettes méconnues de celui qui a fortifié les frontières de la France.

     

    Penseur, homme politique, fiscaliste et inventeur, ce sont tous les aspects de la vie et de l'oeuvre de Vauban qui seront proposés à la découverte du public.

    Spectacles historiques, concerts, colloques, expositions, cavalcades, festivals, documentaires se succéderont au long de l'année dans les 14 citadelles du réseau des sites majeurs Vauban (RSMV).

    "Les Oisivetés", les 12 tomes dans lesquels Vauban  avait raconté sous un titre ironique une vie de travail au service du roi, seront réédités pour la première fois depuis sa mort.
    La cité de l'architecture et du patrimoine, au Palais de Chaillot à Paris, exposera les fameux "plans-reliefs" des citadelles sur lesquels le Roi Soleil pouvait suivre les travaux de son architecte sans se déplacer.

    Vauban , lui, couvrait de 2000 à 4000 km par an à cheval tout
    au long des frontières. Il a fortifié 150 sites à l'ombre
    desquels vivent aujourd'hui sept millions de personnes, dans 40
    départements.

    Jacques Hamon
    Publié le 28/12 à 13:57

     

    http://cultureetloisirs.france2.fr/patrimoine/actu/27095620-fr.php